Jeux video: Test : Earth Defense Force 2025 sur xbox 360 17/20 - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

Jeux video: Test : Earth Defense Force 2025 sur xbox 360 17/20

Jeux video: Test : Earth Defense Force 2025 sur xbox 360 17/20

Sept ans après le troisième épisode (et trois ans après le spin-off US), les insectes reviennent nous assouvir dans Earth Defense Force 2025. La lutte reprend de plus belle.

Beaucoup en occident ne connaissent pas la série Earth Defense Force malgré le fait que plusieurs épisodes soient sortis chez nous à ce jour. Tel un Dynasty Warriors (ou n'importe quel Musô), on aime ou on déteste. Certains n'y voient qu'un jeu moche odieusement répétitif et sans plus d'intérêt que cela, quand d'autres font les louanges d'une formule totalement fun qui mise tout sur un principe purement arcade où on délaisse chaque aspects secondaires pour ne s'attarder que sur la prise en main immédiate. Ce quatrième épisode de la série (le cinquième si on compte le spin-off US) arrive donc enfin chez nous quelques bons mois après le lancement japonais. Et sachez-le, le constat est exactement le même qu'à l'époque, à quelques détails près.En premier lieu, et histoire de s'attaquer de suite au sujet qui fâche : la partie technique. C'est moche, c'est laid à crever, les textures sont dégueulasses, ça rame, ça lag, les animations sont risibles et ça se permet même d'être encore plus aliasé que dans le troisième épisode sorti il y a environ sept ans. Voilà voilà... En y regardant de plus près, on remarquera tout de même que les décors s'avèrent un poil plus variés qu'avant en plus de disposer de davantage de détails. Un nivellement vers le haut pour la licence mais toujours incroyablement bas pour la quasi-totalité du reste de l'industrie. D3 Publisher, ce n'est ni EA, ni Activision, mais on espère juste qu'après le gros succès de ce nouvel épisode au Japon, l'éditeur tendra à lâcher quelques billets supplémentaires pour rendre un minimum honorable le prochain opus, d'ores et déjà annoncé (au moins sur PlayStation 4).

Donc maintenant qu'on sait à quoi on peut s'attendre sur la forme, en rajoutant tout de même que le scénario est toujours aussi inexistant et que le titre est désormais tout en anglais contrairement à 2017, attardons maintenant sur le fond. Earth Defense Force 2025 comme les précédents nous plonge donc dans une guerre face à une force extra-terrestre autant armée d'insectes géants que de méchas et autres vaisseaux. Pour s'en débarrasser efficacement, c'est bien simple : il faut leur éclater la tronche. Pour cela, cet épisode réemprunte le système de classe d'Insect Armageddon en peaufinant un peu le tout pour offrir une vraie complémentarité dès le moment où on pratique le jeu à quatre en coopération (un mode local à deux est toujours disponible, sachant que le splitté est également disponible pour les sessions en ligne).On trouve ainsi le soldat de base, celui de 2017, qui dispose d'une large gamme d'armes et d'un système d'esquive basique. Pour l'accompagner, on a droit à la demoiselle armée d'un jet-pack, plus faible coté défense mais qui sait faire le boulot une fois le bon équipement en main, ainsi que la classe soutien largement utile en coopération (100 % nul en solo) qui est spécialisé dans la défense en plus de pouvoir appeler à sa guise quelques véhicules. Et on trouve le gros bourrin, celui destiné au mec qui choisi d'office le barbare dans Diablo III, le nordique dans Skyrim ou le Berserker dans Borderlands 2. Sauf qu'ici, il est tout moisi. Bon pas trop une fois équipé de missiles à tête chercheuse agissant à plus de 800m, mais dans la prise en main, c'est juste le calvaire absolu. Alors oui, avec un perso possédant la meilleure défense, quatre slots d'armes (deux pour les autres), la possibilité d'attaquer au corps-à-corps, d'équiper des boucliers et disposant de quelques unes des armes les plus puissantes du jeu, il fallait trouver un moyen d'équilibrer. Et les développeurs ont trouvé le moyen : rendre le perso tellement lent qu'on a l'impression de jouer en 10FPS. Autant dire qu'en coopération, pour peu que vous disposiez de potes suffisamment bien armés, les mecs auront largement le temps de faire le ménage dans une zone avant même que vous n'y mettiez les pieds.

Pour le reste, EDF reste EDF, avec son évident aspect répétitif mais qui se montre généreux en contenu avec environ 90 missions que les amateurs se chargeront de torcher dans chacun des modes de difficulté pour grapiller toujours plus d'armes et de points de vie (retour de la formule du 2017). On peut donc autant passer une quinzaine d'heures sur le titre qu'une centaine (voir plus) pour le 100 %, à condition d'accrocher suffisamment. Une fois de plus, même si l'IA fait un peu plus le boulot qu'avant, c'est dans son mode coopération que le titre puise tout son fun, ne serait-ce que par son système de classes mais également dans certaines situations, comme quand on se retrouve piégé dans une toile et qu'il est bien plus facile d'avoir un soutien que de se débrouiller soi-même pour s'en dépatouiller. Et avec enfin la possibilité de pouvoir relever un collègue, voir le soigner selon la classe, plus d'excuse pour ne pas s'engager à plusieurs pour sauver le monde. Même s'il est tout moche.Conclusion : Digne suite du troisième épisode, Earth Defense Force 2025 arrivera sans mal à satisfaire les amateurs de la série mais sera toujours aussi incapable de satisfaire les autres, à moins de les placer peut-être devant le mode coopération à quatre. Plus complet et même un poil plus profond avec son système de classe, ce nouvel opus restera malheureusement cantonné au statut de petit jeu à cause d'une partie technique à la limite du scandale. Pas un problème pour les fans, mais suffisant pour freiner une bonne partie du p
ublic.

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

 

> Réseaux

---------------