Cotentin webradio actu buzz jeux video musique electro  webradio en live !

Visitez notre site et decouvrez notre webradio et nos hits. Dance,electro,Trance,House,techno,des versions Remix ou extended 24/7/7 et les nouveautes club . Decouvrez sur le site le meilleur du buzz,clips 2014,de l'actu musicale ,de l'actu en Normandie,du jeux video ,du cinema et des people's,de la radio et de la tele. Decouvrez aussi la selection du jour des meilleurs videos humour et parodie et buzz du net ainsi que les coups de coeur du site. Vous avez une actu,un clip,un single,un coup de coeur,un jeux video ? Contactez-nous et nous relayerons la news sur le site gratuitement ! vous voulez un echange de lien ? Contactez-nous

Théâtre avec Le Cid Théâtre à l'Italienne - Cherbourg Octeville

 Théâtre avec Le Cid Théâtre à l'Italienne - Cherbourg Octeville

LE CID


Théâtre à l’Italienne
Les 18 et 19 mars I Théâtre
Mar 18 I 20h30 • Mer 19 I 19h30

Ouverture de billetterie le 23 novembre
T
arifs B de 7 à 20 €

LE CID


COMPAGNIE SANDRINE ANGLADE

Distribution
Matthieu Dessertine : ......................... Don Sanche, amoureux de Chimène
Pierre-François Doireau : .................... Un messager
Sterenn Guirriec : ................................ Dona Urraque, infante de Castille
Damien Houssier : .............................. Don Rodrigue, amant de Chimène
Nicolas Larmignat : ............................. Un musicien (batterie)
Alain Macé : ........................................ Don Fernand, premier roi de Castille
Patrick Messe : .................................... Don Diègue, père de Rodrigue
Laurent Montel : ................................. Don Gomez, comte de Gormas, père de Chimène
Géraldine Szajman : ............................ Chimène, fille de Don Gomez

Mise en scène Sandrine Anglade
Collaboration artistique Sophie Robin
Maître d’armes Christophe Mie
Scénographie Claude Chestier assisté de Pierre Mathiaut
Lumières Sébastien Lefèvre
Costumes Julie Lardrot
Maquillage et coiffures Elisa Provin
Réalisation des décors Pierre Mathiaut et les Ateliers de la Scène Nationale de Besançon
Réalisation des costumes Julie Lardrot, Louise Watts et les Ateliers de la Scène Nationale de
Besançon
Régie
Générale Jeanne Putelat
Régie Lumière Léo Thévenon
Régie Son Alexis Lazar

Production déléguée : Compagnie Sandrine Anglade.
Coproduction : Compagnie Sandrine Anglade ; Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre ; Comédie de Picardie, scène conventionnée ; Théâtre de Saint-Quentin en Yvelines, scène nationale ; Romans Scènes ; Ferme de Villefavard en Limousin, Scène nationale de Besançon.
Avec l’aide à la diffusion d’ARCADI Île-de-France. Avec le soutien du Jeune Théâtre National et de la Ville de Vincennes.
La Compagnie remercie pour la mise à disposition de leurs espaces et de leur matériel : François Verret et la Compagnie FV ; l’Arcal - Compagnie Nationale de théâtre lyrique et musical, la Compagnie Philippe Genty et l’Opéra de Lille.


Durée 2h

Notes d’intention

CETTE OBSCURE CLARTE…
L’envie d’interroger l’alexandrin cornélien,
L’envie de m’atteler à une grande pièce épique du répertoire,
L’envie de travailler cette langue et cette fougue avec des acteurs au compagnonnage fidèle,
Toutes ces envies là ont prévalu à la création de ce Cid.
Au fil du travail se sont imposés des choix.
Celui du texte d’abord puisque il n’existe pas moins que trois versions du Cid (1637, 1648, 1660) au cœur desquelles Corneille remanie des vers, met en exergue le passage d’une monarchie à une autre (de Louis XIII à Louis XIV). La version établie s’inspire pour l’essentiel de celle de 1637, Cid de la jeunesse, plus fougueux, plus archaïque parfois dans la langue.

Autre choix : celui de synthétiser les rôles en de grandes figures répondant à des positionnements dramaturgiques forts, et notamment en supprimant les servantes et en ne préservant que les deux rôles féminins centraux : l’infante et Chimène. Deux façons de s’affronter à l’amour et au politique du point de vue de la femme dans une société d’hommes, une société de guerriers. L’information, le commentaire, le sens commun sont portés par un messager-chœur, jouant d’un travail sur le son en connivence avec la pulsation d’une batterie.

La musique, qui tient toujours une place de choix dans les projets de la Compagnie, est ici celle de l’alexandrin sous-tendu par la frappe de la batterie, qui dit le temps, déchire le silence ou accompagne la vibration des mots, scande rageusement la montée en puissance d’un monde en guerre(s).

Le décor veut n’être que mouvement, invention d‘espaces et de vides, maillage du temps qui avance inéluctablement. Trois grands mâts en aluminium, suspendant des drisses noires. Inscrits en triangle dans l’espace, ils tournent lentement sur eux-mêmes, intimant aux drisses autant d’architectures différentes : un mur, une percée en perspective, une diagonale, ou un saisissemen
t de l’espace dans toute sa profondeur

Dire aussi l’extérieur, la bataille, la force de la guerre : un grand ventilateur renversant partitions, objets et corps. Le chaos du vent pour la bataille infernale de Rodrigue contre les Maures.

Pièce sur les générations et la difficulté de prendre position dans le « monde des grands », le Cid est autant l’histoire de Rodrigue que celle des femmes face à lui : Chimène et l’infante. Un jeune homme et deux jeunes femmes face aux lois sociales, aux codes du pouvoir, de la gloire, de l’honneur, face à l’histoire.

Si Rodrigue et l’Infante font le choix du pouvoir, par raison pour l’une et par un aveuglement sanguinaire pour l’autre (l’innocente détermination ne sort pas indemne d’un assaut meurtrier, ni des injonctions du père), Chimène tente en vain d’imposer un autre discours, celui du sentiment, de la reconnaissance des larmes dans un monde politique où la justice est celle de la raison d’Etat.

Solitude des femmes. Solitude de Chimène. Tout se passe comme si elle refusait jusqu’au bout de jouer la pièce, questionnant les fondements même de la tragédie. Sans doute aurait-elle préféré que Corneille fasse d’elle un personnage de comédie, telle l’Angélique de la Place Royale, répondant au sentiment. Le Cid lui enjoint d’être un personnage politique, mais quelle force a le discours si l’on ne porte pas l’épée ? Comment faire entendre la pleine raison du dilemme ? Point de salut ici, sauf à rester enfermé(e) dans le présent éternel du texte.

Sandrine Anglade, janvie
r à avril 2013

Les biographies SUR SCENE


Matthieu Dessertine - Don Sanche
Matthieu Dessertine est reçu en classe libre puis au CNSAD. Il travaillera dans ces deux écoles avec Jean Pierre Garnier, Michel Fau, Andrzej Seweryn, Jean Damien Barbin. Par la suite il joue au théâtre avec Jean Pierre Garnier, Olivier Py, Adel Hakim, Benjamin Poree, Marie Montegani entre autres. Pour la télévision et le cinéma il travaille avec Nicolas Klotz, Frédéric Mermoud, Josee Dayan, Nina Companeez.


Pierre-François Doireau -- Le messager
Après des études théâtrales à l’université de Besançon, Pierre-François se forme à l’ERAC. Il y fait ses classes avec Georges Lavaudant (Conférence et petits fours, Odéon-Ateliers Berthier, 2005),
Alain Françon (Demeurent de Daniel Danis, Montévidéo, Marseille, 2005) et participe à la création de M.#10 Marseille, épisode de la Tragedia Andogonidia de Roméo Castellucci (Le Gymnase/Les Bernardines, Marseille, 2004).
Il participe à de nombreuses créations du théâtre Gyptis de Marseille, (Le médecin malgré lui, Ruy Blas, Les caprices de Marianne, 2006-2010). Il accompagne régulièrement le travail du poète, auteur, plasticien, performeur, Yves Chaudouët, notamment lors du Cycle Dehors au Théâtre Dijon
Bourgogne (mars 2008). Tous les ans, il participe en tant qu’acteur ou metteur en scène au festival de Caves de Besançon avec la compagnie Mala Noche et Guillaume Dujardin.


Sterenn Guirriec -- Dona Urraque
Sterenn Guirriec suit les cours Florent et La Classe Libre avant d'entrer au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique, dans la classe de Daniel Mesguich. Au théâtre, elle interprète Célimène dans Le Misanthrope mis en scène par Nicolas Liautard, Ophélie dans Hamlet mis en scène par Daniel Mesguich, Fleur de Marie dans Les Mystères de Paris mis en scène pas William Mesguich et l'Infante dans Le Cid mis en scène par Sandrine Anglade. Elle joue également dans des moyens métrages de Blandine Lenoir, L'honneur de Robert et Monsieur l'abbé ainsi que dans La p
art Céleste réalisé par Thibault Gobry

Damien Houssier -- Rodrigue Jouant pendant sept ans au sein de la compagnie Les Sales Gosses puis formé à l’école Charles Dullin et au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris (promotion 2008), Damien Houssier travaille ensuite avec Amélie Lepeytre (Lou, les yeux fermés, de A. Lepeytre) en Avignon puis à Paris, avec Anouch Paré (Le Suicidé de N. Erdman) au Théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet,
Adama Diop (Le Masque Boîteux de K. Kwahulé) au Lavoir Moderne, Diane Scott (Nietzsche triptyque de D. Scott) au 104 et à La Fonderie, Gilberte Tsaï (Vassa 1910 de M. Gorki) au CDN de Montreuil, Maxime Kerzanet (La Coupe et les Lèvres de A. de Musset) au Théâtre 13, Thomas Bouvet (La Cruche Cassée de H. von Kleist) au Théâtre 13 et au théâtre de l’Odéon (festival Impatience), Patrick Zuzalla (Philoctète & ravachol de C. Demangeot) à la Maison de la Poésie, Marcel Bozonnet (Les Remplaçantes de Dimitri Dimitriadis) lecture aux Ateliers Berthier, Bernard Sobel (Cymbeline de W. Shakespeare) à la MC93 et Michel Valmer (Le Neveu de Rameau de D. Diderot) à Nantes.


Nicolas Larmignat -- Batteur
Vers 1985, Nicolas, alors âgé d’une douzaine d’années, a envie de se défouler en tapant sur des peaux. Il insiste auprès de ses parents, qui l’inscrivent alors à l’école Dante Agostini. «Une très bonne école», tellement bonne qu’il y reste jusqu’à l’âge adulte, et qu’il y reçoit «un énorme bagage technique». Vers 20 ans, il s’est investi dans le groupe Triade, un trio avec Cédric Piromalli au piano et Fender Rodes, et Sébastien Boisseau à la contrebasse. Une très belle aventure, commencée en 1997, trois CD pour l’heure (un premier sorti chez AA en 1998, L’ardu édité par Yolk en 2000 et Entropie sorti chez Minium en 2006), mais qui peut-être n’a pas dit son dernier mot.
Trois potes qui, désormais à leur pleine maturité, se retrouvent tous trois en plein dans le monde du jazz français. Il joue avec les plus grands, entre autres Machado, Médéric Collignon ou Michel Portal. Mais il n’a pas coupé les ponts avec ses premières connaissances, notamment Baptiste Dubreuil et Benoît Lavollée. Ce trio joue surtout la musique écrite par Baptiste, mais ils aiment tous tr
ois improviser.



Alain Macé -- Don Fernand
Après des études à l'École de la rue Blanche puis au Conservatoire national supérieur d'art dramatique, il interprète depuis la fin des années 1970 de nombreux rôles, classiques et contemporains, notamment sous la direction de Philippe Adrien, Jean-Luc Largace, Jacques Nichet, Jean-Michel Rabeux, Sylvain Maurice, Jean-Pierre Vincent, etc. En 2012, il est Créon dans l’Antigone de Sophocle mis en scène par Olivier Broda (Maison de la culture de Nevers, XXème Théâtre Paris).
Au cinéma, Alain Macé tourne dans plusieurs films historiques, notamment Danton d'Andrzej Wajda en 1983 (rôle de Héron), Le Radeau de la Méduse d'Iradj Azimi en 1989, Les Chevaliers de la Table ronde, Talou, etc.


Patrick Messe - Don Diègue
Après une adolescence africaine entre les éléphants, les hippopotames et les girafes, il arrive en France pour se frotter à d’autres mastodontes. Il entre au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique et en sort avec un premier prix.
Au théâtre : de Camoletti à Sam Sheppard, Bradbury, en passant par Molière, Marivaux, Corneille,
Racine, Audureau, Mrozeck et d’autres, sous la houlette de Jean Négroni, Roger Planchon, Georges Vitali, André Barsacq, Georges Werler, Stephan Meldegg, Laurence Andreini, Naidra Ayadi.
A la télévision, il tourne plus de 50 films, séries et téléfilms. Au cinéma, même punition : de Louis Malle à Gilles Carle en passant par Tachella, Pierre Richard, René Alliot, il poursuit son métier tout en transmettant, depuis quelques années, le fruit de son expérience au sein de l’Académie Internationale des Arts du Sp
ectacle dirigée par Carlo Boso

Laurent Montel - Don Gomez
Après une formation au conservatoire d’Avignon et au Cours Florent, il travaille dans diverses compagnies théâtrales, et est engagé en 1997 par Jean-Pierre Miquel comme pensionnaire de la
Comédie-Française. Il y travaille sous la direction de Daniel Mesguich (La Vie Parisienne,
Andromaque), Jorge Lavelli (Mère Courage), Simon Eine (Les Femmes Savantes), Jean-Michel Ribes (Amorphe d’Ottenbourg), Jean-Louis Benoît (Le Bourgeois Gentilhomme, Le Révizor)… Il joue son dernier spectacle dans la grande Maison - Opera savon de Jean-Daniel Magnin - sous la direction
de Sandrine Anglade. A son départ en 2002, il entame un grand compagnonnage avec Daniel Mesguich (Le Diable et le bon dieu, Boulevard du boulevard du boulevard, Cinna, etc.), et retrouve Jean-Louis Benoit (De Gaulle en mai, La Nuit des rois). Il est l'auteur avec Sarah Gabrielle de la Trilogie Eby, spectacles jeune public joués partout en France, et en collaboration avec Olivier Dejours du conte musical Pierre de la lune, avec l'ensemble FA7.


Géraldine Szajman - Chimène
Après une licence d'études théâtrales à l'Université Paris 8 puis deux années dans la classe d'art dramatique de Pascal Parsat au Conservatoire du XXème, Géraldine Szajman entre en Classe Libre du Cours Florent en 2008 (promotion 29) et y suit l'enseignement de Jean-Pierre Garnier, Mathieu Genet, Laurent Natrella et Daniel Martin. Elle a joué sous la direction de Pierre Hoden (Celui qui dit oui-Celui qui dit non), Paul Desveaux (Jacques ou la soumission de Ionesco), Clément Poirée (Les drôles de Petites bêtes), Francis Huster (Dom Juan, Manhattan Rapsody), Frédéric Jessua (L'Amant de la Morte) ainsi que des metteurs en scène stagiaires du CNSAD. Elle collabore avec la
Compagnie de danse contemporaine Abrutisme sur deux créations La Tête de L'Autruche et Moïra ainsi qu'avec les éditions Gallimard dans des lectures-spectacles pour enfants en 2007 puis en 2012. En 2012, elle crée la Compagnie Les Enfants du Paradis avec Vincent Marguet, écrit et joue un spectacle jeune public (Les P'tits Mythos-les histoires de la mythologie jouées pour les enfants) et collabore avec Fanny Santer sur une pièce courte de Thomas Bernhard (Claus Peymann et Hermann Beil sur la Sulzwiese) présentée à Confluences-Paris dans le cadre
du festival Péril Jeune.

Commenter cet article

Cotentin webradio en direct live:

Listen cotentin webradio mp3 by clicking below with your favorite media player:

Les hits récents en diffusions:

cotentin webradio en MP3 

cotentin-webradio-play.jpg
Logo-iTunes.jpg
cotentin-webradio-sur-free.jpg

+ Voir page "Partenaires"

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog