Jeux video: Test de TitanFall sur XBOX ONE ! 18/20 - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

Jeux video: Test de TitanFall sur XBOX ONE ! 18/20

Jeux video: Test de TitanFall sur XBOX ONE ! 18/20

Le créateur de la série Call of Duty revient chez Electronic Arts pour un jeu complètement inédit et orienté multi. Prêt ? Sautez !


À la tête du projet TitanFall, les fans de Call of Duty seront sans doute ravis de constater la présence de Respawn Entertainment, studio créé par le papa de la saga restée chez Activision. Avec l'aide et surtout l'argent d'Electronic Arts, lui et son équipe livrent la vision qu'ils ont du FPS ultime, quitte à laisser certains joueurs sur le carreau. Car TitanFall est un FPS multi et uniquement multi, ce qui veut dire qu'il faudra faire l'impasse sur les campagnes solo de Call of Duty : Ghosts ou de Battlefield 4 allant du sans plus au catastrophique. Ça tombe bien, elles ne manquent à personne. Pour autant, il y a quand même un mode histoire qui permet de nous placer successivement dans la peau des deux forces disponibles sur le terrain : l'IMC et la Milice. La première s'avère être l'armée aux mœurs détestables, tuant des civils à tour de bras durant la conquête spatiale, la seconde luttant pour leurs libertés, quitte à faire quelques victimes inutiles au passage.


Le mode histoire se joue comme un mode multi classique, les cinématiques anecdotiques en plus. On ne va pas parler du scénario, dans la mesure où il n'est finalement pas important, mais ce mode se révèle être un gros tutoriel et met vraiment dans l'ambiance. On est en effet invité à faire équipe avec 6 autres joueurs (amis ou parfaits inconnus), contre 6 autres joueurs, et le but va être de remplir un objectif clair, en plus de nous permettre de nous faire la main sur certaines cartes. Cette campagne est obligatoire, car elle permet de débloquer deux Titans supplémentaires, ce qui n'est pas un mal puisqu'il n'y en a que trois au total. En plus de nous familiariser avec les commandes et les nouveautés de gameplay, elle rajoute donc du choix supplémentaire pour les aut
res modes multi.

Ces modes parlons-en : il y en a cinq, et sont plutôt variés. Le plus joué s'appelle Attrition. Il s'agit d'un mode où le but est de tuer le plus grand nombre de soldats, joueurs compris. Car dans TitanFall, en plus des joueurs, il faut également ajouter à la bataille un système de bots qui vous viennent en aide, ou qui peuvent également vous tirer dessus en fonction de leur faction. Ils sont constamment présents et peuvent évidemment être tués (facilement), ce qui vous apporte de l'expérience permettant de monter en niveau et de débloquer de nouvelles armes et éléments de combats. Si vous préférez vous consacrer aux pilotes, un mode est fait pour vous : Chasseur de Pilote. Dans ce dernier, vous ne pouvez avoir de point pour votre équipe que si vous tuez un joueur adverse : les bot ne comptent pas. Il y a également un mode où l'équipe n'ayant plus de Titans en vie perd, un Capture the Flag est aussi au rendez-vous, tout comme un Capture de Zone. Du classique, mais qui arrive à se démarquer de la concurrence avec quelques légères différences qui ont tendance à relancer considérablement le plaisir de jeu.

Attrition s'appuie ainsi sur les bots, mais la Capture de Drapeau vous donne accès à la position de l'ennemi qui vient d'attraper le vôtre, et vice-versa. Une fois à la base, le porteur du drapeau adverse ne peut ainsi pas rester immobile. Le jeu s'appuie également sur une sélection de cartes au design très réussi, mais qui ne sont pas forcément toutes bien adaptées à l'ensemble des modes de jeu. Parfois, c'est un joyeux bordel, qui empêche clairement d'apprécier une capture de drapeau par exemple. Les aficionados du sniper auront également beaucoup de mal à trouver du plaisir puisque la plupart des cartes ne se révéleront finalement pas adéquates pour ce genre de plaisir solitaire. Dommage. Car au-delà de ça, on ne peut nier le pied que l'on prend à parcourir des zones finalement suffisamment grandes pour s'autoriser toutes les folies possibles et imaginables, notamment grâce à l'aide d'un gameplay axé sur le parkour et la rapidité. On peut ainsi courir sur les murs pour rejoindre une zone en hauteur ou échapper aux tirs ennemis. Un vrai plus pour les soldats frêles que nous sommes en début de parties, ce qui donne aussi un avantage plus que raisonnable face aux massifs Titans dont les armes jouent davantage sur l'attaque de masse que la précision. C'est d'ailleurs ce qui fait qu'on peut sans problème s'éclater durant le temps d'attente nécessaire pour en débloquer un, en notant que ces méchas dévastateurs restent lents et finalement très fragiles, notamment par la possibilité de grimper dessus d'une simple pression de bouton, obligeant le conducteur à descendre s'il n'a pas un allié salvateur dans le
coin.

Visuellement, TitanFall n'est pas ce que l'on pourrait appeler un jeu next-gen. La faute sans doute au moteur Source (dernière version) qui l'empêche vraiment d'être aussi impressionnant qu'un Battlefield 4, mais cela permet au titre de ne jamais vraiment trop décevoir sur le plan purement technique (hormis quelques chutes de frame-rate sur Xbox One), surtout avec les décors futuristes des différentes cartes se défendent plutôt pas mal. Le titre nous assure aussi de longues heures de fun grâce à un système d'expérience dont on parlait plus haut. 50 niveaux sont proposés, donnant à chaque fois de petites nouveautés pour son soldat ou son Titan, mais aussi des « atouts », qui sont en fait des cartes que l'on peut choisir par trois avant une bataille, et qui peuvent être utilisée lors d'un seul round à chaque fois. Elles amènent diverses améliorations éphémères comme le Double XP, ou une arme avec plus de dégâts. Et une fois au niveau maximum, vous pouvez tout recommencer à zéro, en échange d'un grade. Il y en a 10 au total, soit 500 niveaux à gravir pour devenir le meilleur joueur , ou tout simplement celui qui joue le plus. D'une manière générale, il faut avouer que la progression se fait plus rapidement qu'ailleurs, ce qui est susceptible de poser problème pour la communauté les mois avançant, même si on avoue que ce type de problème est très facilement réparable pour le développeur qui pourra faire grimper le tout avec une simple MAJ.


L'expérience globale du jeu de Respawn Entertainment est cependant plombée par un défaut incompréhensible en 2014 : l'absence quasi totale de matchmaking. C'est simple, si ce n'est un système permettant quand même d'être rejoint par ses amis et l'emplacement des serveurs, on ne peut rien choisir. Il en résulte alors quelques problèmes comme des parties trop souvent inadaptées aux niveaux de tous les joueurs. Il est qui plus est courant de se retrouver lors d'un changement de carte et de mode à 3 contre 6, sans qu'aucun joueur ne vienne s'ajouter, créant alors un déséquilibre forcément frustrant. Pour un jeu où le multi a autant d'importance, un tel manque est parfaitement injustifié et injustifiable, surtout quand on sait que la Xbox 360 gérait le matchmaking efficacement depuis
Halo 3.

Les plus Les moins
+ Un gameplay fun et accessible
+ Le parkour : LA bonne idée
+ Les atouts
+ Les maps nombreuses et variées
+ Progression rapide et jamais frustran
te...

- … Mais peut-être trop rapide pour les plus gros joueurs
- Où est l'autobalance ?
- Plus généralement l'absence de matchmaking




Conclusion : Rapide, simple de prise en main, et très efficace, TitanFall n'a pas vraiment de défaut. Certains le trouveront peut-être un peu trop classique, mais malgré tout, le fun est immédiat, si bien qu'il assure l'expérience multijoueurs la plus aboutie de ce début d'année 2014 à quiconque est fan de FPS. N'en déplaise aux âmes désabusées, Respawn Entertainment tient entre ses mains une franchise qui on l'imagine n'a pas fini de faire parler d'elle sur la s
cène vidéoludique.

source: gamekyo

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

 

> Réseaux

---------------