Jeux video: Test de Destiny #xboxone 15/20 #activision - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

Jeux video: Test de Destiny #xboxone 15/20 #activision

Jeux video: Test de Destiny #xboxone 15/20 #activision

Activision souhaitait faire de Destiny l'un des coups d'éclat de cette fin d'année. Avec 500 millions de dollars engrangés en l'espace d'une journée, l'objectif est pleinement atteint coté business. Et la qualité ?

C'est en mai 2012 que Destiny fit son premier pas sur la scène vidéoludique, de manière non intentionnel car directement lié à une fuite de documents durant un procès opposant Activisionaux anciens dirigeants d'Infinity Ward. Il aura fallu attendre près d'un an, en février 2013, pour enfin avoir droit à une présentation en bonne et due forme, puis 18 mois de plus pour que le jeu déboule dans les bacs. L'art de la patience pour un projet qui compte nous tenir en haleine dix ans durant à coups de suites, extensions et événements. Voici donc comment tout démarre.

Pour ceux qui ont eu le cerveau retourné devant la méta-histoire de Halo au point d'avoir parfois du mal à suive si l'on souhaitait passer outre les romans et autres wikis, rassurez-vous, Destinypropose un scénario très compréhensible d'entrée. Trop d'ailleurs, au point d'en devenir basique. Le point de départ, c'est le Voyageur, une relique géante qui a permis à l'humanité de faire un bond en avant technologique parlant (coucou Mass Effect), mais pas suffisamment pour contrer les attaques aliens qui vous déboîter nos colonies et obliger notre espèce à se réfugier sous ce même Voyageur en attendant que l'heure de la revanche soit venue. Et justement, il est l'heure : grâce aux Gardiens, force armée spécialisée dans le bottage de culs aliens, l'espoir renaît pour pouvoir reprendre en main nos terres. Pas dément comme synopsis, mais le principal problème, c'est que la totalité de la campagne solo/coop (dans la moyenne avec une quinzaine d'heures grand max) donne davantage l'impression d'avoir affaire à un prologue mettant simplement les choses en place, sans poser d'événements marquants en plus d'être bien chiche du coté des cinématiques, pire encore en ce qui concerne la mise en scène.Certains diront que ces quelques problèmes sont communs de certains MMO, mais justement,Destiny est tout sauf un MMO. La seule chose qui essaye de lui ressembler reste le HUB central (« La Tour ») où l'on aura l'occasion de croiser d'autres joueurs vaquant à leurs occupations. Et c'est là que l'on touche un point déjà rencontré dans la bêta, et malheureusement resté tel quel dans la version finale : l'aspect social est totalement en retrait. Un comble pour un jeu 100 % orienté online (connexion obligatoire sur toutes plates-formes) et qui mise à fond sur la coopération. Il n'est pas possible d'interagir directement avec les autres joueurs rencontrés autrement qu'en les saluant et en dansant comme un demeuré. On peut bien entendu s'approcher d'eux pour rejoindre leur escouade ou, inversement, leur proposer une invitation mais c'est tout. Pas de chat, que ce soit sous forme de texte via raccourcis (genre phrases préconstruites) ou en vocal, et on se rend vite compte que le seul moyen d'organiser correctement un plan d'expédition précis en étant certain de ne pas voir ses collègues fuir devant la difficulté ou parce qu'ils ont tout simplement changé d'avis, c'est de se tourner vers les blogs et forums. Next Gen.

Et histoire de rester sur cette voie de problèmes, on notera quelques tâches dans le game design et les idées mises en place. Par exemple, pourquoi proposer aux joueurs de personnaliser le visage de leur avatar si cela ne sert que dans le HUB central, la totalité des zones d'exploration requérant un casque, même sur Terre ? Et justement, notre avatar, parlons-en. Dès le départ, on nous propose de créer notre Gardien avec des options de personnalisation ultra limitées, laissant entendre que dans le futur, personne n'a de poils au visage, personne n'est gros et personne n'est petit. La principale possibilité pour se différencier d'un ou deux potes, c'est évidemment la classe sélectionnée. Et même là, la variété n'y est pas. Déjà parce qu'il n'y en a que trois (Titan, Chasseur et Arcaniste), mais également parce qu'au final, toutes sont incroyablement semblables. On est très loin d'un Borderlands à ce niveau. Chacun débloque des grenades, juste que ce ne sont pas les mêmes, un unique pouvoir spécial, juste que ce ne sont pas les mêmes, et quelques broutilles de même acabit, qui font certes ressentir une évolution propre pour le joueur mais qui ne permettent aucunement de poser un système de complémentarité, ne serait-ce que parce que chaque classe peut équiper toutes les armes. En bref, que vous soyez une équipe de 3 Arcanistes, 3 Titans ou une team mixe, votre potentiel de survie sera exactement le même.L'aventure se présente elle très simplement avec une map spatiale où l'on pourra sélectionner (en évoluant dans l'aventure) quatre territoires : la Terre, la Lune, Vénus et Mars. C'est peu, et encore plus lorsqu'on sait que chaque planète ne dispose que d'une seule zone ouverte, certes très grande. Pour chacune, l'affaire reste la même : une poignée de missions principales nous balançant à chaque fois d'un coté ou l'autre de la zone, et nous demandant de nous rendre à un point B pour alors entrer en « espace de danger ». Car contrairement au reste du temps où l'on est plus ou moins immortel (on peut respawn à loisir), vous pouvez mourir dans l'espace en question si vous et vos collègues êtes mis au sol en même temps (vous êtes alors renvoyer au point de départ). Les objectifs restent sensiblement les mêmes, à savoir du déboitage de streums dans le cadre d'attaque, défense ou de survie, avec quelques rares originalités où l'on s'équipera par exemple d'une grosse épée, offrant alors une vue TPS.

Second type de mission : l'Exploration. Là, on nous offre un accès à la totalité de la zone ouverte pour faire des missions random à l'infini. Le but, on le comprendra, est ici de gratter de l'expérience, d'accomplir quelques défis (tuer 100 ennemis sans mourir, 50 ennemis à la tête, etc.) et de tenter de chopper quelques armes et matériaux. Le troisième genre de mission, le plus intéressant d'ailleurs, est l'Assaut. Ici, la formule change légèrement, particulièrement sur un aspect : l'obligation d'y jouer en coopération. Contrairement aux séquences précitées, entrer dans une phase Assaut lance d'ailleurs automatiquement une recherche de partenaires, et c'est loin d'être innocent vu la difficulté rencontrée. Un petit bonheur de challenge, surtout que ces missions seront l'occasion d'affronter des boss inédits et parfois très impressionnants (même si la manière de les combattre manque d'originalité) et on croise déjà les doigts pour de future missions gratuites de ce coté là, en dehors des extensions donc. Restera enfin les Raids, qui arriveront régulièrement dans le cadre d'événements et qui impliqueron
t jusqu'à six joueurs.

Et c'est là que petit à petit, on se rend compte à quoi l'on a véritablement affaire. Destiny n'est pas un MMO. Ce n'est pas non plus un « FPS-RPG », genre que l'on a plutôt l'habitude d'associer à la licence de Gearbox Software. Non, Destiny, c'est un Halo RPG, tout simplement. Le feeling est exactement le même, ce qui est un gage de qualité, et on finit par parcourir le jeu de la même façon, à savoir en déboîtant tout avec une jolie nervosité et de nombreuses séquences où l'on explose à plus soif. C'est d'ailleurs toute l'ironie de la situation, malgré tous ses défauts, on ne peut s'empêcher d'y revenir pour continuer de booster son personnage et s'octroyer des armes et pièces d'armures de plus en plus imposantes, ce dernier point décollant davantage après de nombreuses heures via l'acquisition de nouvelles monnaies d'échange.


C'est donc fun et il y a largement matière à s'éclater pour les amateurs qui savent à quoi s'attendre mais difficile de ne pas être déçu devant les promesses annoncées. Si le jeu est bien en monde ouvert, son utilité reste très relatif (il n'est pas souvent très utile de fouiner vu la rareté des coffres et des matériaux à récupérer). Le manque de contenu se fera également vite sentir sur la longueur, à moins de craquer pour les extensions, et on l'imagine déjà pour le deuxième épisode qui déboulera dans un an ou deux. Mais le plus gros reproche, ce n'est pas forcément la campagne, qui reste un coup d'essai pour Bungie, probablement peu habitué à cette composante RPG & Social qui reste clairement à peaufiner sur tous les aspects, mais bien le multi. De ce coté là, c'est l'incompréhension. On s'attendait à l'héritier légitime de Halo, et on se retrouve avec une sorte de mélange bâtard proche de Call of Duty pour les maps étriquées. Là encore, on pourra s'amuser dès lors qu'on en comprend le fonctionnement et quelles armes privilégier en fonction de la situation, mais impossible en l'état (et avec seulement quatre pauvres modes, hors événements) de maintenir les joueurs pendant d
es mois.

Conclusion: Malheureusement pour Bungie qui souhaitait du changement, il n'est pas toujours facile de bouleverser ses propres acquis et s'en sortir d'un coup de baguette magique. Destiny reste au final un Halo en zone ouverte auquel on aurait greffé divers éléments de RPG, ce qui est déjà bien, mais difficile de ne pas ressentir le syndrome Assassin's Creed dans tout cela. Car il y a un énorme potentiel, c'est indéniable, mais ce dernier ne risque d'être exploité que dans de futurs épisodes, extensions inclus. Entre l'amélioration de l'aspect social, les voyages vers d'autres galaxies, les batailles spatiales, les classes aussi différentes que complémentaires, il y aura largement matière à bosser pour que la licence atteigne les prétentions affichées mais pour l'heure, on s'amuse tout de même pendant de nombreuses heures, encore plus en coopération, et franchement, ce n'est déjà pas mal pour un coup d'essai.

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

-----------------------

Sarah Brightman

-----------------------

Promo Gaming 

LG OLED HDMI 2.1

Compatible PS5 et Xbox Series X

LG OLED 55B9 au meilleur prix ! Compatible HDMI 2.1 Xbox Series X et PS5

 

> Réseaux

--------------