En ce moment en diffusion sur cotentin-webradio ! Cliquez :

 

Découvrez les catégories du site en cliquant ci-dessous:

 
Jeux video: Test de Far Cry 4 sur #XboxOne ! 17/20 ! #PS4 #UBISOFT - Cotentin Webradio: Site infos Webradio Electro Regionale Normande
Cotentin Webradio: Site infos Webradio Electro Regionale Normande

Visitez le site de la webradio du Cotentin et Ecoutez chaque jour nos nouveautes #electro #Trance #House #Deep,#EDM 24/24 et 7/7- Decouvrez sur notre site l'actu en Normandie (Cotentin Manche Calvados ) les infos Musique concert ainsi que les jeux video #PS4 #XBOX #switch le buzz et l'info du jour l'actu medias - Ecoutez notre webradio en mp3 128kbs sur votre pc ou sur le site a l'aide du player dans notre colonne de droite.>

Jeux video: Test de Far Cry 4 sur #XboxOne ! 17/20 ! #PS4 #UBISOFT

Test de Far Cry 4 sur #XboxOne ! 17/20 ! #PS4 #UBISOFT
Test de Far Cry 4 sur #XboxOne ! 17/20 ! #PS4 #UBISOFT

Avant dernier gros titre de l'année chez Ubisoft, Far Cry 4 va s'avérer être le produit le mieux fini du lot, à défaut de jouer l'originalité.


La licence Far Cry est assez particulière en terme de qualité. Un premier épisode réussi (mais qui a incroyablement mal vieilli), un spin-off sympathique pour l'univers console, une suite loupée par ses choix de game design, et le troisième opus de la dernière chance qui fut également celui qui a sauvé la série. Du coup, Ubisoft ne s'est pas fait prier pour deux ans plus tard en balancer un quatrième qui délaissera totalement les vertes contrées plus ou moins paradisiaques afin de se consacrer au froid de l'Himalaya. Changement de ton donc pour un nouveau casting plutôt réussi, à commencer par le héros qui, une fois n'est pas coutume dans l'univers du FPS, a autre chose qu'une gueule lambda. Ajay Ghale de son nom est originaire d'une contrée fictive du Tibet et après avoir passé une partie de sa vie aux USA, l'homme retourne sur ses terres natales pour y laisser reposer les cendres de sa mère.


Bien entendu, les choses ne vont pas se passer comme prévu et un contrôle routier mal négocié va vous permettre de faire la rencontre de Pagan Min, dictateur local façon Kim Jong-un qui étrangement semble vous connaître depuis l'enfance. Comme pour Far Cry 3, cet antagoniste est un modèle de réussite, transpirant le charisme derrière sa folie et chacune des cinématiques qui le met en scène est un véritable régal. Mais bref, à moins de rester happer par cette classe et d'être susceptible d'enclencher une fin alternative, votre première mission sera de fuir ce guêpier, ce qui se fera rapidement au travers d'une séquence « Call of » où vous serez recueilli par la résistance locale, découpée en deux clans selon leur façon de procéder. Dommage que dans l'ensemble, le casting soit assez mal exploité, les développeurs ayant privilégier le gameplay et l'exploration au background, clairement en retrait. L'exemple le plus parlant reste l'antagoniste, qui a le mérite d'être inoubliable mais qui a justement faille l'être vu le peu de vraies scènes qui lui sont consacrées, l'homme se rattrapant un minimum par ses interventions radios.Sur le plan technique en tout cas, Far Cry 4 fait le boulot et on sent quand même que Ubisoft lâche peu à peu les anciennes machines (même si contrairement au dernier Assassin's Creed, notre intéressé sort également sur old-gen). Tout dépend en fait des situations liées au cycle jour-nuit et de certains panoramas qui valent plus le coup d'oeil que d'autres mais à défaut d'une claque magistrale, on en ressortira satisfait, bien aidé par la taille du terrain (qui reste identique au précédent, ce qui reste impressionnant), des cinématiques qui détonnent par le travail sur les différents personnages et une multitude d'effets, particulièrement lorsque le climat y met du sien. Dommage que vu le moteur un peu daté, les consoles doivent se limiter au 30FPS, ce dont on s'habitue très vite de toute façon vu qu'il s'agit de la norme das 90 % des jeux actuels et au niveau des réels défauts, on reprochera surtout les quelques bugs décidément communs des jeux Ubisoft au lancement, le pire ayant été pour notre part le son qui a en partie disparu en sortant d'un habitacle, et qui n'a pu revenir qu'après avoir totalement éteint la console.

Concernant le jeu lui-même, on ne peut pas cacher la tendance 3.5 tant on reste sur les mêmes bases que le précédent qui avait pu enfin propulser la série dans les charts, tout en y ajoutant quelques nouveautés qui transcenderont le trip sur l'instant, mais aucunement sur la longueur. Le premier point est qu'il s'agit d'un jeu open-world et que comme la plupart des titres du genre, sa durée de vie reposera surtout sur la tonne de choses annexes mais qui tourneront invariablement en boucle d'un bout à l'autre du jeu. Ce n'est jamais désagréable mais comme souvent dans ce type de cas, il vaut mieux privilégier les sessions courtes/moyennes dès lors qu'on s'attarde sur le 100 % pour mieux apprécier ces petits moments comme lorsqu'on évolue à tâtons arc en main pour aller chasser la faune locale (instant parfois gâché par un aigle royal bien relou) afin de booster notre équipement, particulièrement notre porte-feuille et le sac à dos pour éviter les allers-retours à la base toutes les dix minutes. Bonheur en revanche, si les points de téléportation sont moins nombreux que dans un Assassin's Creed, il est possible à loisir d'indiquer l'endroit où l'on souhaite aller sur la map puis d'enclencher le pilote automatique dès lors qu'on se trouve sur une route. Une option des plus agréables tant on se retrouvera souvent à traverser des gros morceaux de la map pour aller chercher des cranes, ouvrir des coffres, actionner des piliers et tout un tas de choses très basiques mais susceptibles de nous offrir sur la longueur des points de compétences (à placer dans deux arbres et dont certains éléments restent bloqués dans les premiers chapitres comme avec Assassin's Creed Unity), et bien entendu du pognon pour garnir notre équipement, sachant que certaines armes pourront en plus être améliorées avec des accessoires.Et à ce propos, comme tout bon FPS, le feeling est impeccable pour offrir quelques joutes nerveuses. L'IA ne brillera pas toujours mais le jeu étant d'une difficulté assez relevée, surtout au début, la précipitation ne paye pas toujours, forçant à rapidement s'attarder sur nos compétences pour ensuite se retrouver à nettoyer des bases avec des actions classieuses comme exécuter rapidement un ennemi puis prendre son couteau pour automatiquement le lancer dans un autre opposant à quelques mètres. En y ajoutant les nouveaux véhicules, le grappin pour choisir l'approche que l'on veut, la possibilité d'opter pour l'infiltration et l'utilisation des animaux (l'éléphant qui ravage tout sur son passage, c'est toujours quelque chose), cet épisode se montre clairement à la hauteur, surtout que l'on peut maintenant s'y adonner en coopération à deux (uniquement en ligne évidemment). Dommage que cette nouveauté très attendue ne concerne que les aspects annexes (qui représentent heureusement le plus gros du jeu), laissant le joueur obligatoire seul pour les missions principales.

La durée de vie reste donc au rendez-vous avec quelques bonnes dizaines d'heures de jeu pour faire la totale mais comme dit plus haut, tout dépendra de votre manière de jouer. Le jeu a beau offrir quelques passages très forts (comme les assauts des forteresses ou les combats à poil en arènes) et d'autres clairement ratés (les trips sous drogue), l'aventure perd un peu de son charme si on y joue intensément. On reste clairement dans la valeur haute des FPS en monde ouvert mais il aurait peut-être fallu que les développeurs poussent davantage les missions principales qui n'offre finalement pas grand-chose de plus que ce que l'on pourra faire hors scénario. Notons que l'on pourra tout de même laisser tout cela en pause pour s'attarder sur le multijoueur, plus travaillé qu'à l'accoutumée avec ses affrontements entre soldats surarmés et membres de la tribu Rakshasa (plus axé infiltration et disposant uniquement d'un arc, tout de même super puissant). Un concept connu depuis la série Splinter Cell et qui fonctionne toujours aussi bien, surtout qu'il faudra impérativement gérer chaque classe, les trois modes de jeu nous obligeant à passer d'un clan à l'
autre après chaque manche.

Conclusion : A l'instar de Watch Dogs, Assassin's Creed Unity et une brouette d'autres, Far Cry 4 est ce que l'on peut appeler un produit carré. Le travail est fait sur la qualité graphique, encore plus sur le contenu, et la nervosité ainsi que l'arrivée du mode coopération lui permettront de recueillir la majorité des suffrages. Pour autant, comme pour les autres, son coté « remplissage » et son classicisme marqué l'empêcheront de briller parmi les titres cultes, particulièrement si on a déjà fait le précédent. La formule Ubisoft en somme.

Commenter cet article

> Autres Catégories

----------------------

Culture Theatre Spectacle

Technologie High-Tech

Concerts et festivals 

Nouveaux Clips 2017

----------------------

Le Top articles du site

----------------------

 Ecoutez nous en mp3 

----------------------

+ Plus de NORMANDIE

ECOUTEZ-NOUS EN

 

MP3 en diffusions

 Programme webRadio

----------------------------

Ecoutez nous en mp3

----------------------------

ART SONIC 2017

Printemps de Bourges 2017

 

 Devenez Partenaire 

La radio sur votre site

 Horoscope gratuit du jour 

LMeteo a Cherbourg 

----------------------------

Ecoutez nous en mp3

----------------------------

Cotentin webradio la Radio:

Droits d'auteurs gérés et acquittés par Radionomy.

Le Site : PHV 2012 - 2017 (c)

Copyright 77WKOY