Jeux video: Test de Dragon Ball Xenoverse sur #XboxOne #PS4 ! 14/20 - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

Jeux video: Test de Dragon Ball Xenoverse sur #XboxOne #PS4 ! 14/20

Test de Dragon Ball Xenoverse sur #XboxOne ! 14/20
Test de Dragon Ball Xenoverse sur #XboxOne ! 14/20

Au summum il y a encore une décennie avant de tomber dans la médiocrité durant la quasi-totalité de la précédente génération, la licence Dragon Ball revient avec une énième adaptation qui compte corriger le tir.


Véritable ironie pour une des licences les plus surexploitées dans le JV comme ailleurs, Dragon Ball semble encore chercher sa voie sur consoles et après avoir tenté la voie moisie du pierre-papier-ciseau (Ultimate Tenkaichi), la version Kinect usante et sans intérêt puis le coup des combats à plusieurs dans Battle of Z, Bandai Namco tente désormais l'orientation MMO. Ou plutôt le semi-MMO afin de recycler quelques points du précité tout en récupérant les restes encore chauds du produit asiatique que seuls les plus gros fans connaissent. En ressort donc Dragon Ball Xenoverse qui va se charger d'ouvrir une porte à ce qui pourrait être l'avenir de la franchise sur consoles si le succès est au rendez-vousDonc le pitch est simple : deux vilains foutent le boxon dans le continuum espace-temps en modifiant les gros événements de la série pour transformer la finalité d'un combat. C'est là qu'intervient Trunks, qui depuis la ville de Tokitoki où opère une police du temps, va invoquer Shenron pour demander un peu d'aide dans cette tâche. Et bien évidemment, cette aide, c'est vous ou plus particulièrement votre avatar que allez créer avec cinq races au programme : saiyen, humain, namek, race de Freezer et race de Boo (qui dans l'histoire n'était qu'une création mais c'est pas bien grave). On personnalise le tout avec un choix plutôt correct tout en prenant en compte que chaque type de personnage possède ses points forts/faibles : les Boos ont plus d'endurance, les Freezer-like sont plus rapides, les Nameks ont des bonus de régénération, etc. Prenez tout de même en compte que seuls les Saiyens ont droit à des transformation, ce qui est un peu injuste ne serait-ce qu'en repensant à Freezer.

Et c'est là qu'on atterrit au Hub central réparti en trois zones toutes plus moches les unes que les autres. Passé la mise en place des événements, on commence rapidement à saisir de quoi il en retourne avec trois principaux modes de jeu, à commencer par le mode histoire. Comme dit plus haut, il faut donc remettre en place les événements liés à la série généralement en bourrant la tronche du « problème » aidé par un ou plusieurs alliés IA au QI négatif qui se contente de placer quelques « pifs » sur l'ennemi pour vous laisser le sale boulot. On serait presque habitué mais on trouve néanmoins dommage que le travail ait été clairement expédié à ce sujet. En effet, alors que tous les fans connaissent l'histoire de DB, DBZ et accessoirement GT, l'idée de modifier le déroulement à cause d'un événement en particulier (comme le premier couac : Radditz qui esquive le second Makenkosappo) aurait pu offrir de jolis effets papillons sur la suite des événements. Un peu comme l'histoire de Trunks justement. Mais non, pas le temps de voir le résultat sur le long terme : on arrive, on tabasse, et on repart. Encore dommage, même s'il y a quelques sympathiques surprises da
ns le lot.

Seulement, ce mode histoire va vite grimper dans la difficulté et il faudra être rapidement à niveau en plus d'avoir de l'équipement et des objets dignes. Mais pour cela, il faut du pognon et pour en gagner, rien de mieux que de se lancer dans les « quêtes parallèles », qui nous demande là encore d'aller broyer la tronche d'un ou plusieurs opposants avec parfois le besoin de fouiner pour ramasser des boules de cristal. Basique, sachant qu'il faudra obligatoirement refaire plusieurs fois les mêmes missions pour gagner en expérience, mais là où la chose gagne en intérêt, c'est dans la possibilité de faire chacune des quêtes en coopération en ligne pour ajouter un petit plus au concept et surtout permettre de s'attaquer aux missions d'un niveau plus relevé que la moyenne (les versus à 2VS2 ou 3VS3 sont bien entendu disponibles). Avec notre pécule, on peut donc ensuite faire évoluer notre avatar autant en puissance que dans le design (les boutiques se chargeant de faire évoluer leur stock constamment) sans oublier de trouver un maître parmi les grandes stars de la série pour s'octroyer des techniques inédites.


De fait hé bien... ça fonctionne plutôt pas mal. Mieux en tout cas que ce à quoi on pouvait s'attendre et pour peu que l'éditeur n'oublie pas de booster le contenu les mois allant avec de nouvelles missions (gratuites si possible), le titre aura de quoi vous tenir un moment mais on sent surtout qu'il s'agit d'un premier jet dans un nouveau genre, qui aura besoin d'être sérieusement amélioré pour prétendre au statut de hit. Outre les graphismes pas vraiment « New Gen » et une OST toujours aussi dégueulasse (voix japonaise heureusement), c'est surtout le gameplay qui pose problème. La possibilité de proposer ses propres combos et une volonté de davantage se baser sur le corps-à-corps ou les attaques à distance (au choix) est un vrai plus mais on trouve malheureusement un mauvais équilibrage et il y a déjà quelques abus, sans compter le fait que le tout manque encore sévèrement de punch, de technique et de précisions, autant dans la jouabilité avec une caméra qui a souvent du mal à suivre le foutoir à l'écran, que dans la hitbox qui fait que l'on se mange parfois de sales attaques quand on pensait l'avoir esquivé (et qu'on avait esquivé !). De fait, si les fans auront de quoi s'amuser un peu en PVE malgré un certain manque de renouvellement global, le PVP lassera assez rapidement, ce qui est un peu un comble pour un jeu DBZ, et qui n'est pas sans nous rappeler la situation de la précédente adapt
ation.

Conclusion : Clairement imparfait sur de nombreux aspects, Dragon Ball Xenoverse reste tout de même une sympathique base pour le futur de la licence. L'orientation « MMO » fonctionne plutôt bien et on découvre une autre manière d'arpenter la licence grâce à ses dizaines de quêtes à faire en coopération pour gagner en puissance avec notre avatar créé pour l'occasion. Dommage que le coup des scénarios alternatifs soit plus un prétexte qu'une véritable volonté de modifier l'univers en place.

Reste à espérer que pour une éventuelle suite, les développeurs bossent davantage la profondeur du gameplay, les graphismes et le contenu pour faire revenir la licence vers des sommets inespé
rés.

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

----------------------

Xbox Séries S

a - de 300 euros

 

> Réseaux

--------------