Jeux video: Test de The Order 1886 sur #PS4 15/20 - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

Jeux video: Test de The Order 1886 sur #PS4 15/20

Test de The Order 1886 sur #PS4 15/20Test de The Order 1886 sur #PS4 15/20Test de The Order 1886 sur #PS4 15/20

Test de The Order 1886 sur #PS4 15/20

Test de The Order 1886 sur #PS4 15/20
Test de The Order 1886 sur #PS4 15/20

L'attente fut longue mais c'est bon, le fameux titre polémique de la semaine est désormais disponible dans les bacs et voyons à quel niveau se situe la prétendue claque, qu'elle soit bonne ou mauvaise.


Après avoir été l'un des meilleurs développeurs de la PS Vita (coté occident) avec trois titres inédits, tous de qualité de surcroît, l'équipe de Ready at Dawn s'émancipe enfin des « projets commandes » avec son premier vrai bébé bien à lui. Une nouvelle licence donc, annoncée depuis bientôt deux ans mais en développement bien plus longtemps, qui nous balance à l'époque Victorienne décidément à la mode cette année en attendant Bloodborne et Assassin's Creed Victory. La toile de fond est là et ne manque plus que le scénario qui va donc mettre en place un affrontement entre l'Ordre et les lycans (= loups-garous), qui ont la bonne idée d'œuvrer tranquillement dans les alentours d'une zone rebelle peu accessible par les autorités. Alors qu'on s'attendait à beaucoup de ce coté, probablement trop, l'histoire est une petite déception devant sa simplicité, mais à au moins l'honneur de se laisser suivre agréablement tout en laissant une petite porte ouverte pour une très probable
suite.

Le background est surtout renforcé par un casting plutôt intéressant, particulièrement du coté des « gentils » avec notre groupe de Chevaliers plein de virilité et de poils (la demoiselle exceptée, mais on n'a pas été vérifié). Mention spéciale au Marquis de Lafayette, indéniablement classe dans son genre et il est dommage que l'on doive techniquement se contenter d'une VF qui certes fait le boulot sans vraiment choquer plus que cela, sauf si vous souhaitez au préalable modifier les paramètre de votre console pour avoir la VO (sous-titres anglais malheureusement) pour un résultat de bien meilleure qualité. En bref, c'est un peu le même constat que lorsque vous vous amusez à regarder une série TV en français pendant des années avant de découvrir les voix d'origine pour ensuite ne plus pouvoir revenir en arrière.


Bon, on ne pas pas tourner autour du pot et évoquer de suite le plan graphique : The Order 1886, ça défonce la gueule. Voilà, qu'importe la force du terme, il s'applique totalement ici tant le jeu met une claque encore jamais ressentie sur cette génération, et ce sur tous les aspects. Chaque nouveau décors est une véritable toile avec un jeu de lumière, d'effets et de textures qui forcent le respect et qui nous permet de dire que, oui, on a enfin l'impression de jouer dans une cinématique avec une absence totale de transition entre les scène et le gameplay. La version preview annonçait le ton, la version finale va encore plus loin tant le dirigeable est loin d'être le niveau le plus impressionnant du jeu. Mais au-delà de ça, c'est dans les détails que le jeu explose toute concurrence actuelle (excepté peut-être The Last of Us). Chaque zone a fait l'objet d'un soin tout particulier pour pousser le réalisme à son paroxysme, sans un pet d'aliasing, bug et la moindre chute de fram
e-rate.

Tout est parfait, on ose le dire... excepté que pour une raison tout simplement incompréhensible, les développeurs ont semble t-il oublié les reflets dans le miroir, que ce soit vous et les PNJ. On ne comprend toujours pas et on aimerait bien une explication un de ces jours... Et bien entendu, comme dans une musée, on reprochera un peu le fait que ce joli tableau est apposé d'un gros [Ne Pas Toucher]. Si l'on excepte quelques assiettes et deux-trois éléments qui peuvent souffrir durant nos joutes (barils, certains abris qui s'écroulent sous les balles...), 99 % des éléments du décors sont figés dans le temps et la prétendue destruction des décors évoquait au début de la campagne de communication n'existe pas hormis par les scripts dédiés. Le prix à payer probablement pour un tel rendu et surtout un choix de l'équipe pour ce qu'ils souhaitaient réellement offrir : autre chose qu'un simple TPS.


D'ailleurs... Nous a t-on menti sur le produit finalement ? Oui et non. Si les équipes marketing de Sony n'ont pas souhaité trop s'attarder sur le genre même du jeu, oscillant entre vidéo cinématique et gameplay (au compte-gouttes quand on y repense), les propos de Ru Weerasuriya à l'E3 2013 avaient pourtant le mérite d'être clair : c'est « une expérience cinématographique » et « linéaire ». Certes, le terme est très pompeux et suffisamment large pour que chacun puisse l'utiliser à sa dose, tel Call of Duty, mais dans les faits The Order 1886 correspond lui totalement à cette description et mieux vaut le savoir avant de passer à la caisse. L'aventure qui vous demandera plus ou moins huit heures, en fonction du mode de difficulté choisie (et en fouillant), se situe clairement à mi-chemin entre le TPS lambda et le film interactif, les développeurs allant même jusqu'à proposer plusieurs chapitres... uniquement sous forme de cinématique sans même qu'on ait à toucher à la manette. Au final, sur le temps de jeu, environ un tiers est alloué entre les séquences où l'on ne fait rien ou presque (QTE), ce qui sera susceptible de déplaire et c'est compréh
ensible.

Au moins, le titre a le mérite de bien faire les choses et les cinématiques ne sont jamais redondantes tout en servant clairement le scénario avec une mise en scène soutenue. Mais le gameplay alors, ou tout simplement du « jeu » ? Hé bien quitte à risquer de faire face à une armée de fan équipés de fourches rouillées, nous n'irons pas par quatre chemins : prenez le plus mauvais des Gears of War (celui que vous souhaitez), et il déboîtera The Order 1886 à tous les niveaux. Voilà. Et c'est fort dommage car les joutes ne sont pas mauvaises et donnent l'essentiel des bases : cover-system, régénération automatique (et possibilité de se relever soi-même si l'on échappe à de nouveaux tirs), attaques au corps-à-corps, équipement bien foutu particulièrement du coté des quelques armes expérimentales... Mais diable, c'est tout. Ce n'est pas mauvais mais ça manque de punch, il n'y a aucun renouvellement réel dans les situations et le bestiaire compte 3 types d'ennemis d'un bout à l'autre du jeu (incluant les Lycans présents à seulement trois reprises)... Parfois, les développeurs de TPS tentent une ou deux choses pour casser la routine. Il y en a ici deux, et c'est les plus mauvaises phases du jeu : des séquences d'infiltration nullissimes et un type de boss qu'on affronte deux fois de la même façon : une phase à mi-chemin entre des QTE et les combats de sabre dans Red Steel (le premier). Meh...


Reste le contenu et là encore, c'est faible. Trop faible. Si certains sortent l'argument de Journey (2h de jeu), la situation est incomparable car ce dernier était une expérience totalement hors norme, ce qui ne l'empêchait pas d'ailleurs d'être pointé pour son prix un peu élevé. The Order 1886 est lui classique. Assez efficace dans les faits, mais classique. Ne proposer qu'un simple solo n'est pas forcément préjudiciable si la durée de vie est au RDV (ou du moins la replay-value), et ce n'est pas le cas faute d'objectifs secondaires hormis des objets qui ne servent à rien : des enregistrements audio dont on se contrefout, des photos sans intérêt, des objets qu'on s'amuse à regarder comme dans Shenmue est des journaux uniquement disponibles en anglais. Dans un autre cas, proposer un solo de moins de dix heures peut se rattraper avec du coop et du multi et comme chacun le sait, il n'y a ni l'un ni l'autre. Le coop, ça peut encore se comprendre par « l'aspect cinématographique » qui en ressort mais l'absence de multi est bien moins pardonnable, surtout pour le genre. Et l'excuse du « premier épisode » ne tient plus beaucoup en 2015, surtout avec Sony comme
éditeur.

Conclusion : Ironie de la situation, là où certains jeux offrent beaucoup d'idées mais qui lassent au bout de deux heures, The Order 1886 fait le strict minimum... mais se montre sympathique. Il n'y a aucune révolution, pas même une évolution, et si l'on ne prétendra jamais avoir atteint l'orgasme vidéoludique, on avoue ne pas s'être ennuyé durant ces quelques heures, bien aidé par un background intéressant (à défaut d'être très profond), une ambiance très travaillée et un gameplay classique mais pas désagréable.


Si les graphismes ne font pas un bon jeu à eux-seuls, dire qu'ils ne jouent en rien sur l'expérience serait de mauvaise foi. Oui, The Order 1886 avec un rendu lambda, ça n'aurait intéressé personne. Mais voilà, ça défonce graphiquement et ça fait plaisir d'alimenter une New Gen avec un produit qui a vraiment la gueule d'un jeu New Gen. Mais dans ces conditions, pas à plus
de 30€.

source: gamekyo

Test de The Order 1886 sur #PS4 15/20Test de The Order 1886 sur #PS4 15/20Test de The Order 1886 sur #PS4 15/20

Test de The Order 1886 sur #PS4 15/20

Test de The Order 1886 sur #PS4 15/20

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

----------------------

Xbox Séries S

a - de 300 euros

 

> Réseaux

--------------