Jeux video: Test : Titan Souls sur #PS4 - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

Jeux video: Test : Titan Souls sur #PS4

 Test : Titan Souls sur #PS4
Test : Titan Souls sur #PS4

L'affiliation avec la Team Ico tient ici de l'évidence, que ce soit le fait d'être largué dans un univers totalement inconnu sans indice ni véritable point de départ scénaristique, la présence d'une langue mystérieuse qu'on ne pourra déchiffrer que dans un mode annexe après avoir terminé le jeu, ou encore son principe à la Shadow of the Colossus avec un monde dénué d'ennemis, les seuls opposants étant directement des boss éparpillés aux quatre coins de la zone de jeu. La seule différence dans son cheminement vient que, s'il faudra bien trouver la route pour atteindre tel ou tel ennemi, on devra parfois au préalable résoudre un petit puzzle pour en débloquer l'accès. Rien de bien difficile, si ce n'est qu'il n'est pas toujours facile de se repérer dans certaines zones larges sans le moindre plan, et surtout qu'il va falloir faire avec le challenge de chaque affrontement, bien au-delà des productions Ueda.


Si l'on excepte le fait qu'il est évidemment plus simple de viser avec un joystick, le gameplay de Titan Souls aurait pu se retrouver sur une simple Nes, le titre ne proposant que deux boutons pour l'intégralité du jeu : le premier sert à faire des roulades et courir lorsqu'on le maintient, le second permet lui de décocher notre flèche et de la faire revenir à nous (là encore en maintenant cette même touche). Flèche qu'il sera d'ailleurs possible de récupérer en faisant passer notre petit personnage dessus. Pourquoi ce besoin d'aller récupérer votre dû ? Tout simplement car vous n'avez qu'une seule flèche d'un bout à l'autre de l'aventure et c'est là que réside tout le vice de cette production. En plus de n'avoir aucune barre de vie (un coup = retour au checkpoint), vous ne pourrez jamais y aller en bourrinant face aux ennemis avec le besoin d'analyser à chaque fois l'intégralité des pattern pour déceler le point faible (ce qui est parfois très rapide) et la façon de le toucher au bon moment (ce qui est déjà plus problém
atique).

Et bien sûr, à moins d'être très chanceux, ne comptez pas sortir victorieux au premier coup. Ni au deuxième. Battre un boss réclame parfois des dizaines d'essais, ce qui n'est pas vraiment dommageable vu le genre et c'est d'ailleurs loin d'être le premier jeu à proposer ce principe Die&Retry à la chaîne, surtout quand les consoles actuelles ont déjà accueilli des titres commeTrials Fusion, Hotline Miami 2 ou plus récemment BoxBoy. Sauf qu'il y a un léger problème : les développeurs ont omis que pour ne pas énerver le joueur, la chose la plus primordiale était de les faire respawner rapidement pour redémarrer de suite. Et ce détail n'est pas présent dansTitan Souls car si on ne déplorera pas d'odieux temps de chargement, c'est une belle erreur de nous faire réapparaître au dernier checkpoint plutôt que dans la salle du boss. Alors, le retour vers votre opposant ne réclamera que 5 à 15 secondes en fonction de la zone mais si vous couplez ça à des dizaines d'échecs, la sensation de rage et de frustration risque rapidement de monter en vous.

Passé cela, pour les plus courageux, le jeu est plutôt gratifiant et s'avère être une bonne expérience malgré la durée de vie évidemment très limité (seulement 19 boss, dont certains cachés) et les masochistes pourront toujours se rabattre sur trois options supplémentaires à débloquer après les crédits de fin : mode difficile, mode sans roulade et mode sans échec (une seule vie tout au long du jeu). A 15€, la facture est peut-être un tiers trop élevée, surtout que si le titre fait hommage à la Team Ico comme on l'a dit, la formule 2D/Pixels ne permet pas le dépaysement poétique de l'époque, sauf du coté de l'OST qui s'avère très réu
ssie.

Conclusion : Titan Souls s'approprie la recette Ueda en la modifiant suffisamment pour en faire autre chose qu'un simple copié/collé. Très réussi sur le fond et suffisamment difficile pour motiver les amateurs, le titre pêche malheureusement par une erreur fatale dans le game design (le respawn) qui peut finir par démotiver totalement dans un jeu qui demande constamment de s'accrocher pour obtenir la victoire. Dommage, mais l'expérience reste à tenter.

source: gamekyo

Test : Titan Souls sur #PS4

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

 

> Réseaux

---------------