#Cherbourgencotentin : Muséum Emmanuel Liais : la momie prête à dévoiler ses secrets ! #Egypte - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

#Cherbourgencotentin : Muséum Emmanuel Liais : la momie prête à dévoiler ses secrets ! #Egypte

MUSÉUM EMMANUEL LIAIS

LA MOMIE PRÊTE À DÉVOILER SES SECRETS

Le muséum Emmanuel Liais compte, parmi ses collections, une momie donnée en 1832 par le capitaine Anne-François Troude. Afin de confirmer les premières suppositions, vérifier son état et préciser son époque, le muséum Emmanuel Liais entreprend des examens approfondis, avec le soutien du Centre Hospitalier Public du Cotentin et de l’Andra.

Le capitaine Anne-François Troude était le fils du contre-amiral Aimable Gilles Troude qui a participé à l’expédition d’Egypte de Bonaparte et rapporté cette momie. Celle-ci sera donnée à la Ville de Cherbourg en 1832, à l’occasion de l’inauguration du musée à l’Hôtel de Ville.

Bien que le sarcophage accompagnant la momie soit au nom féminin de Nésy-Khonsou-Pa-Khéred, traduction confirmée par Champollion en 1832, il n’est pas certain que le corps soit celui d’une femme car les Egyptiens réutilisaient occasionnellement les sarcophages.

Parc Emmanuel Liais, accès ou rue de l'Abbaye,, 19 Rue Bonhomme, 50100 Cherbourg-Octeville

Crédits Photos: Ouest France
Crédits Photos: Ouest France

DES QUESTIONS EN SUSPENS





Bien mystérieuse car toujours entourée de ses bandelettes, cette momie très fragile n’a, jusqu’à présent, jamais fait l’objet d’études scientifiques, hormis celles effectuées par l'égyptologue Henri-Charles Loffet qui a fait l'inventaire de la collection égyptienne en 2006. Les progrès accomplis dans le domaine de l’imagerie médicale et de la médecine permettraient de répondre à de nombreuses questions à son sujet, comme ce fut le cas récemment pour l’australopithèque Lucy, dont les restes osseux étudiés par scanner aux Etats-Unis ont permis de comprendre qu’elle était décédée suite à sa chute d’un arbre.





Le Centre Hospitalier Public du Cotentin a accepté de prendre part à des études approfondies de la momie, grâce à des examens au scanner et par radiologie. Les équipes du muséum et de l’hôpital espèrent ainsi répondre aux nombreuses questions encore en suspens :


- Quel est l’état du squelette ?


- S’agit-il bien d’une femme comme l’indiquent les inscriptions figurant sur la face du sarcophage ? La mesure de la largeur du bassin et d’autres indications révélées par radiologie permettront d’indiquer son sexe. Le Dr Collignon, conservateur du muséum Liais en 1911, s’était fié aux mesures cérébrales pour déterminer que la momie était une femme.


- A quel âge est-elle décédée ?


- Souffrait-elle de maladies chroniques ou autres ?


- Les opérations de momification, comme l’opération d’extraction du cerveau qui se fait par les narines, ont-elles laissé des traces tangibles ?


- Y a-t-il des traces d’organes encore présents ? Les corps momifiés étaient traditionnellement vidés avant d’être remplis d’onguents conservateurs, puis entourés de bandelettes de lin imprégnées de gomme arabique.


- Les amulettes, insérées à l’intérieur du réseau de bandelettes, sont-elles encore présentes ?





Des analyses au carbone 14 viendront compléter ces examens afin de permettre de dater la momie avec plus de précision. A ce jour, seules les conclusions de l’étude de Henri-Charles Loffet lui donnent un âge dans une fourchette large : elles la situent pendant la Troisième Période intermédiaire, soit entre 1085 et 730 av. J.-C.








UNE EXPOSITION ITINÉRANTE





« Les visiteurs du muséum Emmanuel Liais sont souvent surpris de voir une momie à Cherbourg-en-Cotentin et le mystère qui l’entoure les fascine, explique Catherine Gentile, maire-adjointe à la culture. Percer les secrets de la momie est passionnant. Aussi, nous souhaitons vivement partager nos découvertes, avec l’aide du Centre Hospitalier Public du Cotentin et de l’Andra, acteur engagé dans la préservation et la transmission de la mémoire. »





L’histoire de la momie et les résultats des examens feront l’objet d’expositions successives en 2017, chez chacun des partenaires de cette opération :


- De janvier à mars, dans la salle Egypte du muséum Emmanuel Liais où est présentée habituellement la momie,


- D’avril à mai, au Centre Hospitalier Public du Cotentin - site de Cherbourg-en-Cotentin,


- En juin et juillet, au C
entre Hospitalier Public du Cotentin - site de Valognes,


- D’août à décembre, au Centre de stockage de la Manche de l’Andra, à Digulleville.





Seul le muséum Emmanuel Liais présentera la momie véritable avec l’exposition. En raison de sa fragilité et des conditions d’éclairage qu’elle exige, elle ne pourra être déplacée dans les autres lieux d’exposition. Mais elle sera reproduite en photo à l’échelle 1.

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

-------------------

> Réseaux

--------------