10ème Trophée agroalimentaire Normandie - Découvrez les 10 PME normandes innovantes récompensées ! - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

10ème Trophée agroalimentaire Normandie - Découvrez les 10 PME normandes innovantes récompensées !

Dixième du nom, l’édition 2016 des Trophées de l’agroalimentaire-Normandie a récompensé ce mercredi 12 octobre dix PME normandes dans quatre catégories : « Praticité », « Art culinaire », « Export » et « Gourmandie ».
Toutes ont été distinguées pour leur capacité à capter l’« air du temps », à comprendre et anticiper les demandes des consommateurs d’aujourd’hui et de demain, à explorer de nouveaux territoires, à aller de l’avant. Bref, à innover !

Parmi elles, trois belles Maisons de Calvados qui sont « des habituées de l’innovation » : 
. la maison Christian Drouin (14) et son gin :  le seul et l’unique Gin élaboré à base de pommes à cidre, distingué prix « Art culinaire » 
. la distillerie Busnel (27) et son cocktail exotique à base de Calvados « prêt à servir » distingué prix « Praticité » 
. le Domaine louis Dupont (14) et son Spray Original au Calvados, pour parfumer subtilement des mets … Idéal sur une tarte aux pommes tiède, distingué par le prix « Export »… 

Pour l'apéritif toujours, signalons l’innovation produits avec 
. la Biscuiterie de l’Abbaye (61) qui signe une nouvelle de gamme de biscuits apéritifs aux saveurs camembert (Gillot), mimolette (Isigny) et crème fraîche d’Isigny AOP/ail/ciboulette, distinguée « Prix Gourmandie »,
. la SARL Marais (14) qui complète sa gamme des crok’Apéro (déjà récompensée en 2015) avec deux nouvelles recettes à base d’escargot et de crépidules, distinguée prix « Praticité » 

Autres innovations remarquables… qui tombent à pic en ces premiers jours de frimas…
. La coopérative Isigny Sainte mère (14) réinvente la fondue avec une version normande aux 3 fromages (Camembert, Pont-l’Evêque et Livarot). Le tout présenté dans un pot "micro-ondable", distinguée « Prix Gourmandie »,
. La fromagerie Gillot (61), récompensée pour sa recette de ca

membert chaud servi dans une boîte en bois rehaussée, sans agrafes, pour faciliter sa cuisson, au bbq, au four, et même au micro ondes, distingué prix « Praticité » 
Toutes deux promettent de grands moments de convivialité !

L’univers des légumes est également très créatif, avec une offre originale et particulièrement astucieuse signée Priméale (50) :
. un assortiment de 2,5kg de légumes de saison présenté en sac kraft pour répondre aux besoins hebdomadaires d’une famille. L’offre : « Les légumes pour la semaine », est distinguée du prix « Praticité » 

Et enfin quelques douceurs sucrées avec 
. Les Chevaliers d’Argouges (50) et leurs gammes de chocolats qui s’associent chacune avec un type de vin, distinguées du prix « Art culinaire » 
. Lait douceur de Normandie (50) et ses guimauves archi fondantes élaborées à base de confiture de lait, distinguées du prix « Art culinaire » 

Pour mieux les découvrir, les 10 produits lauréats sont en démonstration au SIAL à Paris depuis hier et  jusqu’au jeudi 20 octobre,
À retrouver sur le stand Normandie - Hall 5A / Allée P / stand 38 

 

Olivier Dauvers, éditeur, ex-rédacteur en chef de Linéaires et de Rayon Boissons, a souligné l’atonie de la consommation en France : celle qui connaissait avant 2008 une croissance moyenne de 2,5 % par an, stagne depuis à un niveau de + 0,3 %, alors même que les surfaces de vente ne cessent de croître, et donc les rendements de baisser. Dès lors, la compétition ne peut que s’aiguiser, avec une guerre des prix sans pitié qui se traduit par des promotions de plus en plus nombreuses. Une situation aggravée par la croissance régulière du e-commerce, la poussée des « drive » (avec un chiffre d’affaire de près de 5 milliards d’euros, en croissance de 10 % par an) et la fragmentation de la consommation : les consommateurs multiplient désormais leurs lieux d’approvisionnement et certains sont prêts pour une partie de leurs achats à aller très haut dans leurs dépenses. C’est ce qu’on appelle la « premiumisation ». Tout cela représente une menace réelle pour les commerçants en place. D’autant que des modèles venus d’outre-Atlantique sont à nos portes : les clubs-entrepôts du géant de la distribution Costco, les applications de shopping comme Instacart ou Google Shopping… Quand l’industriel entre directement en contact avec le consommateur via le e-commerce et alors que les acteurs des flux de livraison se professionnalisent ... Olivier Dauvers pose alors une question iconoclaste : « Les commerçants sont-ils vraiment indispensables ? » Agrégation de l’offre d’une zone... Agrégation des flux ... Et si demain les commerçants étaient Fedex, UPS, la Poste ? « Seul le flux n‘est pas désintermédiable... » Les formes traditionnelles du commerce, telles que nous les connaissons depuis un demi-siècle, sont donc menacées… Et, dans ce grand bouleversement, les fournisseurs pourraient bien tirer leur épingle du jeu ! C’est clairement ce qu’il est ressorti du deuxième temps fort de la soirée, la table ronde qui avait pour thème « Réussir le lancement de son innovation : l’influence au cœur des enjeux »....Ce qu’elle trouve auprès des PME, plus proches de leurs consommateurs, plus réactives, plus innovantes… C’est aussi, et de plus en plus, une demande du client, qui veut de la qualité, de la proximité.… de la citoyenneté.» Il ressort donc que les PME, notamment celles du secteur agroalimentaire, ont besoin de conforter leurs relations avec les distributeurs. Ceux-ci doivent « les aider à grandir.» Pour pouvoir investir, il faut de la visibilité. C’est à dire des relations commerciales équitables et des contrats stables. L’innovation, nous l’avons dit, est une attente forte des consommateurs. Pour autant, « il ne s’agit pas de faire de l’innovation pour de l’innovation ! », surtout quand on sait que plus de la moitié des nouveaux produits disparaissent des rayons au bout de deux ans… « Il faut donc travailler en amont, bien valoriser son produit auprès des distributeurs. » Il convient aussi de soutenir cette innovation par une médiatisation bien pensée, qui, aujourd’hui, passe notamment par l’image : vidéos sur YouTube, réseaux sociaux… Au-delà, bien sûr, « de nouvelles formes de contractualisation entre agriculteurs, transformateurs et distributeurs sont à inventer. ».En écho aux constats posés par Olivier Dauvers, Christine Barthe, déléguée générale de la Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France (FEEF), a insisté sur un chiffre : « 85 % de la croissance de chiffre d’affaires de la grande distribution est issue de produit élaborés par des PME. » Pourquoi ? « Parce que, face aux grandes marques mondialisées, ce sont les PME locales qui permettent une différenciation. Pour fidéliser ses clients, la grande distribution a besoin d’offrir du choix, de la nouveauté !! « Trophées » obligent, le troisième temps fort fut bien sûr celui de la remise des distinctions. Tout d’abord, cinq points de vente ont été récompensés pour la remarquable théâtralisation «Gourmandie» de leur magasin. Le 1er prix a été remporté par le Carrefour Market de Bretteville-sur-Odon (14), suivi du Carrefour Market de Fécamp (76), du Super U de Caen-Beaulieu (14), de l’hyper Cora de Rots (14) et enfin de l’hyper Auchan du Havre (76). Ont ensuite été distinguées, pour fêter ce dixième anniversaire des Trophées, dix « entreprises remarquables » : la Biscuiterie de l’Abbaye (Lonlayl’Abbaye, 61), les Chevaliers d’Argouges (Moyon, 50), Créaline (Lessay, 50), les Calvados Louis Dupont (Victot-Pontfol, 14), la Ferme du Mesnil (Le MollayLittry, 14), la coopérative Isigny Sainte-Mère (Isignysur-Mer, 14), Norhuil (Passais-la-Conception, 61), les Escargots du Pré d’Auge (Trouville-sur-Mer, 14), Tartefrais (Falaise, 14) et l’UCPA du Centre hospitalier universitaire (Rouen, 76). Ces entreprises ont reçu un abonnement d’un an aux Echos, le quotidien économique étant en effet, et pour la première fois, partenaire de l’opération.

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

 

> Réseaux

---------------