#Cinema #Bluray : Perfect Blue enfin en haute définition ! - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

#Cinema #Bluray : Perfect Blue enfin en haute définition !

Perfect Blue enfin en haute définition !

Pour le vingtième anniversaire de la première projection de Perfect Blue (Festival International du Film Fantastique FantAsia, Canada), les éditions Kazé ont le plaisir de ressortir le premier long-métrage réalisé par Satoshi Kon.

Pour rendre honneur à ce monument de l'animation japonaise, Kazé a fait le choix de proposer une version en haute définition déclinée en trois versions : Blu-ray et une édition collector conçue pour refléter au mieux l'esprit du film. Les apparences y étant souvent trompeuses, le coffret grand format est orné d'une magnifique illustration qui ne se révèle totalement qu'une fois le fourreau semi-transparent ôté...

Pour rendre honneur à ce monument de l’animation japonaise, Kazé a également fait le choix de proposer un coffret collector à travers une édition conçue pour refléter au mieux l’esprit du film : les apparences y étant souvent trompeuses, le coffret grand format est orné d’une magnifique illustration qui ne se révèle totalement qu’une fois le fourreau semi-transparent ôté... Il contient, en plus du film, de nombreux bonus tels que deux livrets exclusifs avec des travaux de recherche, des éléments du story board, de nombreuses illustrations en couleurs ainsi que des documents préparatoires ayant servi à une série de conférences. On y retrouve également une interview du réalisateur réalisée à la sortie du film en 1997, un entretien avec la comédienne de doublage qui prêtait sa voix à Mima ou encore une session d’enregistrement de la chanson mythique des Cham

2017 marque le vingtième anniversaire de la première projection de Perfect Blue, à l’occasion du Festival International du Film Fantastique FantAsia au Canada. Ce premier long-métrage d’animation réalisé par Satoshi Kon est une adaptation du livre éponyme de Yoshizaku Takeuchi, qu’il a réarrangé de manière audacieuse. Porté par le mythique studio Madhouse, le film marque rapidement les esprits du public et de la critique pour accéder très vite au statut de chef-d’œuvre au niveau international. La force de Perfect Blue repose sur plusieurs procédés : l’utilisation de messages dissimulés tout au long du film, de nombreuses références subtiles ainsi que l’inversion des mécaniques classiques du thriller. Dès les premières secondes, le réalisateur joue avec le spectateur en lui proposant une scène à première vue totalement détachée du sujet principal de l’histoire, tout en lui montrant en fait la véritable nature de l’intrigue à travers une magnifique allégorie du masque. Ces indices indicibles sont savamment distillés tout au long du film, maintenant le suspense à son comble, pour ne former enfin qu’un seul tableau parfaitement maîtrisé et cohérent. De nombreuses références qui ne sont accessibles qu’après une analyse plus poussée font de Perfect Blue un de ces films qui livrent un nouveau secret lors de chaque visionnage. Pour cette première réalisation, Satoshi Kon a non seulement puisé ses références dans d’autres œuvres cinématographiques, mais également empruntant des concepts dans diverses branches des sciences humaines. Blade Runner, Requiem for a Dream, The Shining ou encore Batman Returns côtoient ainsi les théories d’inconscient collectif, de persona ou encore du syndrome de Stendhal. En développant volontairement des thématiques pensées pour un public adulte et en se concentrant sur la victime de harcèlement plutôt que sur la perversité d’un criminel, Satoshi Kon induit délibérément le spectateur en erreur en mettant en scène une réalité subjective : incapable de faire la différence entre les scènes supposées réelles, rêvées ou tournées par l’héroïne, le public perd progressivement ses repères et n’a d’autre choix que de plonger dans la psyché trouble de Mima, qui sombre doucement mais inexorablement. Dans une société où la multiplication des écrans, l’invasion de la télé-réalité, des réseaux sociaux et où les smartphones sont devenus légion, imposant toujours plus de transparence, Perfect Blue reste d’actualité en dénonçant l’emprise de ces fenêtres que l’on croit naïvement maîtriser : regarder, c’est aussi être regardé.

©1997 MADHOUSE

#Cinema #Bluray : Perfect Blue enfin en haute définition !

Satoshi Kon (12 octobre 1963 - 24 août 2010) se passionne pour l’animation et le manga dès son plus jeune âge. Il est diplômé des Beauxarts de Musashino en 1987, et devient assistant de Katsuhiro Otomo sur le manga Akira avant de se lancer en publiant dès 1990 sa première œuvre dans laquelle on peut déjà observer son style si caractéristique. Avec Perfect Blue en 1997, l’adaptation du roman de Takeuchi Yoshizaku, Satoshi Kon s’attelle à la réalisation. C’est une révélation : le film est récompensé à de multiples reprises par des prix tels que celui du meilleur long-métrage d’animation au B-Movie Film Festival (USA), du meilleur film d’animation à FantAsia ou encore meilleur film d’animation lors du Fantasporto (Portugal). En 2001, Satoshi Kon développe dans Millenium Actress un des thèmes qui deviendra récurrent dans son œuvre, à savoir la mince frontière séparant la vie et la fiction. Cette fois encore, le succès est au rendezvous auprès du public et de la critique ainsi que primé de nombreuses fois : Festival international du Film de Catalogne à Sitges, Grand Prix de l’animation au Japan Media Art Festival, Meilleur Film d’animation et Prix Ground Breaker de FantAsia. Il se lance alors dans la réalisation d’un nouveau projet encore plus ambitieux, Tokyo Godfathers (2003), récompensé entre autres par le Grand Prix de l’animation du Film Manichi, le Prix d’Excellence d’animation au Japan Media Art Festival. Satoshi Kon entame ensuite la réalisation d’une série en treize épisodes, Paranoia Agent, en collaboration avec le mythique studio Madhouse, avant d’adapter un roman de Yasutaka Tsuitsui, Paprika, qui lui permet de revenir à ses thématiques de prédilection : réalité subjective ainsi que l’interconnexion entre rêve et réalité. Alors qu’il travaillait sur un projet de nouveau film (Yume Miru Kikai) à destination cette fois d’un public plus jeune, il s’éteint soudainement à l’âge de 46 ans des suites d’un cancer du pancréas, une disparition douloureuse pour ses proches et pour le monde de l’animation japonaise.

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

-----------------------

Sarah Brightman

-----------------------

Promo Gaming 

LG OLED HDMI 2.1

Compatible PS5 et Xbox Series X

LG OLED 55B9 au meilleur prix ! Compatible HDMI 2.1 Xbox Series X et PS5

 

> Réseaux

--------------