#Manche #tourisme : #TATIHOU AU RYTHME DES MARÉES ! - Cotentin Webradio le Site
Cotentin Webradio le Site

Visitez le site de la webradio du Cotentin - Ecoutez chaque jour nos nouveautes Club - electro - Trance - House - Deep - EDM en live 24/24 et 7/7 - Decouvrez sur notre site l'actu en Normandie et dans le Cotentin (ainsi que Manche - Calvados -orne - eure) - Les infos Musique (clips - concert - festivals) - Les jeux video avec l'actu consoles (PS4 - XBOX - switch) - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias (Radio et tele ) - Ecoutez notre webradio en mp3 128kbs sur votre pc ou sur le site a l'aide du player en page d'acceuil.

#Manche #tourisme : #TATIHOU AU RYTHME DES MARÉES !

TATIHOU AU RYTHME DES MARÉES

Située dans le Cotentin, en Normandie, l’île Tatihou est un espace naturel de 28 hectares qui devient presqu’île à marée basse. Affectée par l’État au Conservatoire du Littoral et des Espaces lacustres en 1988, le Conseil départemental de la Manche en a reçu la gestion en 1990. Tatihou tient son nom des Vikings présents sur les côtes de Normandie au IXe siècle. En noroît, hou signifie terre entourée d’eau et tat était sans doute un nom propre.

Depuis 1992, l'île s’offre aux visiteurs avec un musée maritime, la tour Vauban classée patrimoine mondial en 2008 et ses fortifications, des jardins et un espace d'hébergement et de découverte pour les classes, les sociétés ou associations et même un lieu de détente en hôtellerie classique. Tatihou est également un site naturel et ornithologique majeur puisqu’au fil de l’année, l'œil et l'oreille du naturaliste pourront détecter plus de 150 espèces différentes, nicheuses, migratrices ou visiteuses occasionnelles. Chaque année, plus de 63 000 visiteurs viennent fouler les sentiers de l’île. Au rythme des grandes marées du mois d’août, Tatihou devient le théâtre d’un festival de musiques traditionnelles, tout un programme !

EN 2017, L’ÎLE TATIHOU FÊTE SES 25 ANS D’OUVERTURE AU PUBLIC ET PRÉSENTE SON NOUVEAU MUSÉE

À l’occasion du 25ème anniversaire de l’ouverture de l’île Tatihou au public, le Conseil départemental de la Manche présente cette année son grand musée qui a bénéficié depuis 2010 d’un plan de réaménagement. Celui-ci prend fin cette année avec l’ouverture du hangar de restauration du cordier Sainte-Thérèse-Souvenez-vous, bateau emblématique de la pêche aux cordes dans le Val-de-Saire.

L’ÎLE TATIHOU DEVENUE AU FIL DES ANS LA VITRINE DU PATRIMOINE MARITIME NORMAND NATURE ET HISTOIRE COHABITENT DANS UN LIEU D’EXCEPTION

L’île Tatihou, située à quelques encâblures du port de Saint-Vaast-la-Hougue dans la Manche, conserve dans ses murs et sur son territoire l’empreinte d’une histoire mouvementée. Elle fut le lieu privilégié de nombreux débarquements.

C’est sur ses côtes basses que les Vikings, les Anglais ou encore les Américains purent pénétrer dans le Cotentin. De la défense des côtes, l’île est devenue la gardienne d’un riche patrimoine historique et naturel.

#Manche #tourisme : #TATIHOU AU RYTHME DES MARÉES !

LA NAISSANCE D’UN MUSÉE POUR CONSERVER LES VESTIGES DE LA BATAILLE DE BARFLEUR-LA HOUGUE

L’événement le plus marquant de l’histoire de l’île reste la bataille de Barfleur-la Hougue qui vit s’opposer en 1692 la flotte française du Roi Louis XIV aux escadres anglo-hollandaises. À l’issue de ce combat, les vaisseaux français sombrèrent dans la baie de SaintVaast-la-Hougue, tout près de l’île Tatihou.

Les épaves sont redécouvertes en 1984 et le département de la Manche met en place une grande campagne de fouilles archéologiques sousmarines pour sauvegarder ces précieux fragments d’histoire qui renseignent sur la construction navale au 17e siècle et sur la vie à bord des vaisseaux de ligne. Le musée maritime de l’île ouvre ses portes en 1992 pour célébrer alors le tricentenaire de la bataille de la Hougue

LE MUSÉEE S’EST OUVERT À D’AUTRES DOMAINES

Depuis 25 ans, le musée s’est enrichi de nouvelles collections liées aux domaines des Beaux-Arts, de l’éthnologie maritime, de la construction navale et de l’histoire naturelle. Chaque année, des expositions temporaires sont présentées sur ces thèmes avec une volonté d’être accessibles au plus grand nombre.

Depuis 2010, le développement des salles d’exposition s’est mis en place. Il a débuté par l’ouverture d’une salle racontant la riche histoire de l’île et par celle de la galerie d’histoire naturelle qui dévoile les milieux du littoral ainsi que l’histoire du premier laboratoire maritime du Muséum d’histoire naturelle implanté sur l’île. Cette année, les travaux s’achèvent avec l’ouverture du hangar de restauration du cordier la Sainte Thérèse Souvenez-vous et la mise en valeur de bateaux traditionnels de plaisance et de pêche collectés par le musée.

LES EXPOSITIONS PERMANENTES LE HANGAR DE RESTAURATION DU CORDIER LA SAINTE-THÉRÈSE-SOUVENEZ-VOUS

Dans ce hangar, entre gabarits, outils de charpente navale et engins de pêche, les visiteurs découvriront l'histoire singulière du cordier SainteThérèse-Souvenez-vous construit à Barfleur en 1948. Grâce à une passerelle, ils pourront admirer le savoir-faire des charpentiers de marine qui ont construit cette unité mais aussi celui de ceux qui l'ont restaurée. La SainteThérèse-Souvenez-vous est un bateau emblématique de la pêche aux cordes dans le Val de Saire.

FLOTTES ET FRACAS, LES ÉPAVES DE LA HOUGUE (1692)

Le 29 mai 1692, les vaisseaux de Louis XIV se confrontent à la puissance navale anglo-hollandaise. A l’issue de ce combat, plusieurs unités françaises seront incendiées dans la rade de SaintVaast-la-Hougue. L’exposition présente plus de 200 objets et aborde de nombreux thèmes tels que la construction navale, la navigation et la vie à bord des navires du roi jusqu’aux travaux des archéologues sous-marins. Un parcours enfant ainsi qu’un livret jeux permet aux plus jeunes de mieux appréhender l’exposition

SAGAS DE TATIHOU

Des panneaux illustrés, agrémentés de quelques objets, ainsi qu’un livre d’images numériques racontent comment les hommes ont occupé l’île depuis le Paléolithique jusqu’à aujourd’hui.

 

LA GALERIE D’HISTOIRE NATURELLE

Sur 200 m2 , cet espace présente la biodiversité de l’île du pied de la dune à la haute mer, avec ses trésors naturels terrestres et maritimes. Elle revient aussi sur les travaux des naturalistes du Museum d’histoire naturelle de Paris qui s’installèrent à Tatihou de 1888 à 1925. Fonctionnement des marées, « chant » de la patelle, requins de nos côtes y sont présentés au moyen de panneaux richement illustrés, de collections naturalisées, de moulages et de dispositifs multimédias.

 

DE VAUBAN À TODT, 300 ANS DE FORTIFICATIONS

La tour Vauban est classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis 2008. L'exposition «Vauban, les sites majeurs », créée par le Réseau des Sites majeurs Vauban, présente les aspects physiques et architecturaux de l'œuvre fortifiée de cet ingénieur et la replace dans son contexte historique. De plus, des fouilles archéologiques réalisées en 2009 et 2010 ont mis au jour les vestiges de l’occupation militaire de Tatihou depuis trois cents ans. Un parcours d’interprétation permet d’en faciliter la lecture.

LES EXPOSITIONS TEMPORAIRES LA MER DÉBORDE MAIS ÇA N’DATE PAS D’HIER !

Un titre provocateur pour ces deux expositions temporaires qui s’adressent à tous publics. Elles s’intéressent à l’évolution du trait de côte. Loin d’alarmer les visiteurs ou de leur présenter un scénario catastrophiste, la première exposition leur donnera les clefs pour comprendre les mécanismes responsables de ce phénomène et la seconde envisagera le sujet d’un point de vue historique en se consacrant aux relations transmanches du Paléolithique à Guillaume le Conquérant. Les panneaux des expositions sont réalisés par l’illustrateur Jérôme Studer à la façon de bandes dessinées et apportent une note très colorée et même humoristique à ces présentations.

 

PLEASED TO MEET YOU : LES RELATIONS TRANSMANCHES DU PALÉOLITHIQUE À GUILLAUME LE CONQUÉRANT

Du Paléolithique à Guillaume le Conquérant, en fonction des variations climatiques, la Manche a pu être alternativement une voie de passage ou bien un obstacle au développement des relations transmanches. Grâce à plusieurs sites archéologiques emblématiques de l’ouest de la France, du sud de l’Angleterre et aussi des îles anglo-normandes, l’exposition invite le visiteur à voyager dans l’histoire. Il pourra découvrir, en fonction des périodes, quel était le trait de côte et l’aspect du paysage et comment s’organisaient les échanges culturels, matériels et humains entre les différentes populations d’Europe. Ce sont ces relations qui ont façonné l’identité du sud de l’Angleterre et de la Normandie. De nombreux objets présentés dans l’exposition en témoignent : parures, pièces de monnaie, vestiges humains ou animaux, objets du quotidien et de prestige…

Le visiteur pourra même découvrir des moulages d’empreintes de pas de Néanderthal ! Un volet particulier est consacré aux types d’embarcations utilisés de l’Age du bronze au haut Moyen-Age grâce grâce à une collection de maquettes de bateaux

QUAND LA MANCHE NE SERA PLUS QU’UN FLEUVE !

Aujourd’hui mer côtière de 500 kilomètres de long et profonde de 54 mètres en moyenne, la mer de la Manche comme toutes les étendues d’eau de la planète change de contour au fil du temps. Cette évolution se traduit par une variation du niveau des océans et des mers engendrée par de nombreux mécanismes (astronomiques, géologiques, climatiques, anthropiques) dont l’interdépendance n’est pas encore bien comprise.

Dans la galerie d’histoire naturelle, cette exposition présente les différents mécanismes responsables de l’évolution du trait de côte permettant, par exemple, de comprendre pourquoi la Manche redevient un simple fleuve ou au contraire inonde nos basses terres selon un cycle de 100 000 ans depuis environ 3 millions d’années. Si cette variation du niveau des mers impacte les activités humaines, elle est également responsable de modifications géographiques profondes et se révèle être un facteur important de l’évolution de la diversité biologique. Une maquette en volume de la mer de la Manche éclairée par une vidéo est mise en place dans la salle d’expostion pour illustrer ces propos

L’ÎLE TATIHOU ET SES RICHESSES NATURELLES

UNE SITUATION GÉOGRAPHIQUE ORIGINALE

De par sa position intermédiaire entre deux grandes formations géologiques ; le Bassin parisien sous l’influence de la mer du Nord et le Massif armoricain d’influence Atlantique, l’île Tatihou, au large de Saint-Vaast-la-Hougue, présente une grande variété d’habitats naturels terrestres et marins abritant une flore et une faune remarquables. Le caractère insulaire du site associé à un fort marnage accentue le développement de la vie de nombreuses espèces. Sur une petite surface de 28 hectares, les écosystèmes se juxtaposent : la laisse de mer, des récifs, une vasière, des prés-salés, un sous-bois arbustif et des prairies offrent une biodiversité très riche protégée par le Conservatoire du littoral en collaboration étroite avec le département de la Manche et le Groupe ornithologique normand (GONm).

DE TRÈS NOMBREUSES ESPÈCES MARINES

La richesse algologique de l’île et de ses abords a été attestée dès le 19e siècle par les scientifiques du Museum d’histoire naturelle de Paris qui ont installé dès 1888 un laboratoire de biologie marine à Tatihou. De très nombreuses espèces d’algues brunes, vertes et rouges sont présentes sur les fonds proches de l’île qui est aujourd’hui un site Natura 2000. Les plantes marines, mollusques, crustacés et poissons intègrent un inventaire qui comptabilise près de 700 espèces.

 

UN SITE ORNITHOLOGIQUE MAJEUR

Tatihou est également un site ornithologique majeur pour la Normandie car environ 150 espèces d’oiseaux nicheurs, migrateurs ou visiteurs occasionnels se croisent ou se côtoient au fil des saisons sur ce territoire. Goélands, tadorne de Belon, Aigrettes Garzettes, limicoles, anatidés et passereaux affectionnent particulièrement l’estran, la prairie, les vasières ou les digues de l’île.

 

UNE FLORE PRÉSERVÉE

Enfin, l’intérêt floristique de ce lieu est aussi à noter. L’Armérie maritime forme en été un très beau tapis rose près des digues sud. Les vieux murs abritent lichens, mousses et fougères. Les zones d’embruns sont colonisées par le Pavot cornu, par l’Euphorbe des sables et par la Bugrane rampante. Tatihou recèle également quelques plantes rares et protégées comme le Bec-de-Brue Glutineux et le Chénopode à feuilles grasses. Parmi les arbustes, on remarque encore l’Aubépine, l’Ajonc d’Europe, le Tamaris et le Sureau noir.

 

TROIS JARDINS THÉMATIQUES

Dans les trois jardins de Tatihou (jardin d’acclimatation, jardin botanique et jardin maritime), les plantes des côtes de Normandie côtoient une végétation très exotique venue d’autres continents. A l’abri des embruns, dans l’enceinte de l’ancien lazaret, agaves, cordylines, echiums et palmiers se développent d’une façon extraordinaire, à la grande surprise des visiteurs débarquant sur ce petit bout de Cotentin.

Informations pratiques

Ile Tatihou BP 3– 50550 SAINT-VAAST-LA-HOUGUE

Tél : 02-33-54-33-33 - Fax : 02-33-54-33-47

Billetterie Tatihou à Saint-Vaast-la-Hougue : 02.33.23.19.92

Courriel : ile.tatihou@manche.fr

Facebook : Patrimoine et musées de la Manche

Renseignements sur le site : patrimoine.manche.fr

Commenter cet article

Culture et theatre

Technologie et applications

Concerts et festivals

Clips 2017

MP3 en diffusions 

Plus de NORMANDIE

> Notre playlist sur 7 jours  !

> Ecouter Cotentin Webradio avec notre player ou en MP3 en cliquant sur  POP-UP  !

PS4 - XBOX - SWITCH - PC 

Découvrez la Manche !

> Gestion du site et webradio depuis cherbourg-en-cotentin

Copyright © 2015 Cotentin Webradio - N° de dépôt 77WKOY

Droits d'auteurs gérés et acquittés par Radionomy !