#Culture : LE DANGEREUX - Un portrait sans concession de Laurent Wauquiez - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

#Culture : LE DANGEREUX - Un portrait sans concession de Laurent Wauquiez

LE DANGEREUX - Un portrait sans concession de Laurent Wauquiez

DANS L'ACTUALITÉ : SAMEDI 27 JANVIER 2017 A LIEU LE CONSEIL NATIONAL DES RÉPUBLICAINS

EXTRAIT:

Ancien vice-président de la Commission européenne, membre du Conseil constitutionnel, l’homme qui avait mis sur orbite politique Wauquiez n’en pouvait plus de regrets. Évoquant la trajectoire idéologique de son consternant héritier, il dirait: «J’ai fait entrer le loup dans la bergerie, c’est mon grand remords.» C’était en effet, pour lui et pour d’autres, une vision «incompréhensible, insultante et irresponsable» de l’avenir européen. Mais il était trop tard pour démonter la tribune du nouveau chantre du courage politique, qui dessinait sans pitié le portait de ceux auxquels il devait tout: «Des êtres médiocres, incapables de courage, qui se rassurent dans une technocratie lourde et pesante, des gestionnaires au petit pied, des piètres plombiers qui serrent des boulons.» Et comme si ce diagnostic ne suffisait pas, il les qualifiait de « gens épuisés, sans envergure et sans éthique». – Nous n’avons plus le droit d’avoir peur de nous-mêmes, signait-il en s’arrogeant le rôle d’un chef de croisade Mais les temps n’étaient pas à la conquête immédiate du pouvoir national. Les primaires de la droite se profilaient pour dans deux ans. D’autres que lui s’y étaient préparés de longue date. Il ne pourrait qu’assister au débat. Au mieux, il exprimerait sa préférence. Il construisait donc son avenir autour de trois échéances: d’abord, conserver en ce printemps 2014 sa mairie pour y entamer un second mandat. Ensuite, conquérir en 2015 la nouvelle Région Auvergne-Rhône-Alpes détenue par la gauche depuis onze ans. Enfin, prendre le contrôle de l’UMP, bientôt rebaptisée Les Républicains, pour atteindre l’Élysée en 2022. Après tout, il aurait alors quarante-sept ans: un an de moins que le plus jeune président de la Cinquième République, Valéry Giscard d’Estaing.

Le Dangereux (p.90)

« Aujourd'hui, avec l'élection de Laurent Wauquiez à la tête du principal parti d'opposition, j'ai compris qu'en réalité nous sommes tous en face d'un cas exceptionnel, d'une menace, même. »
" J’ai connu Laurent Wauquiez assez tard. Il m’a appelé en 2014 pour l’aider à conquérir la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Il m’a séduit. J’ai voulu l’accompagner.

Après mon élection sur sa liste, j’ai découvert un nouveau monde qui ne ressemblait pas à ce que j’avais imaginé. Je n’ignorais pourtant rien de la Région : j’en avais été vice-président durant douze années.

Ce qui changeait, c’était une gouvernance isolée, une façon de ne plus débattre, le tout engendrant une peur générale, un silence gêné, des poignées de mains moites. Ce qui changeait, c’était la mise sous tutelle des initiatives, des idées, des diversités. Ce qui changeait, c’était un culte nouveau, dont toute contestation menait à l’isolement.

Et aujourd’hui, avec l’élection de Laurent Wauquiez à la tête du principal parti d’opposition, j’ai compris qu’en réalité nous sommes tous en face d’un cas exceptionnel, d’une menace, même.

Menace de voir accéder aux plus hautes fonctions de l’État un homme dangereux par son idéologie banalisant le programme xénophobe et antieuropéen du Front national, qu’il veut désormais imposer à la droite républicaine. Menace de réduire Les Républicains à un parti godillot ne marchant que pour le seul futur triomphe de son chef."

Philippe Langenieux-Villard

Philippe Langenieux-Villard, Le Dangereux, Éditions Philippe Rey. 144 pages, 14€, en librairie.

Né en 1955, Philippe Langenieux-Villard est à la fois écrivain et homme politique. Implanté en Isère, ancien député, il est maire d’Allevard sans discontinuer depuis 1989, et conseiller Les Républicains de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Il est l’auteur de plusieurs essais mais aussi de romans, dont Les Frères Rattaire, La Pomme d’Alan Turingou La Course à l’oubli (publiés aux Éditions Héloïse d’Ormesson).

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

-----------------------

> Réseaux

--------------