#Culture #Musée - Exposition Le Mont Saint Michel à la manière d'eux... au #Scriptorial de #Avranches ! - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

#Culture #Musée - Exposition Le Mont Saint Michel à la manière d'eux... au #Scriptorial de #Avranches !

Exposition "Le Mont Saint Michel à la manière d'eux..." au Scriptorial

Du 1er avril au 16 septembre 2018, le Scriptorial d’Avranches expose les œuvres de la série Le Mont Saint-Michel à la manière de réalisées par François Jouas-Poutrel. En reprenant l’esthétique et la façon de peindre de Renoir, Magritte, Cézanne, Modigliani (et bien d’autres encore !) comme de célèbres illustrateurs (Toulouse-Lautrec, Schulz, Pinson…), cet artiste originaire de Domfront anime les plus grands noms de l’histoire de l’art pour nous donner une vision du Mont Saint-Michel, décalée et poétique. Gardien de phare pendant trente-trois ans, François JouasPoutrel dessine, peint des aquarelles et des icônes, puis tente un pastiche : « Un jour, je me suis mis à peindre mon phare à la manière de Mathurin Méheut. C’était un clin d’œil à l’histoire de l’art. » Après une série de phares, il s’intéresse à la Merveille qu’il interprète à la manière des artistes qu’il aime : « L’idée n’est pas sotte du tout dans le fond ; se mettre à peintre le Mont Saint-Michel, pourquoi pas ? De plus, entre le Mont et un phare, au premier coup d’œil, il n’y a pas tant de différences, c’est un univers maritime où l’on pourrait trouver des points communs. Alors que j’avançais progressivement dans cette série, il me paraissait de plus en plus improbable qu’un tel édifice, situé en mer, n’ait pas eu dans toute son histoire un phare… » Pour chaque dessin, François Jouas-Poutrel se met dans la peau d’un peintre, d’un illustrateur ou d’un sculpteur pour lui rendre un hommage sans prétention, avec humour et tendresse. Au sein de l’exposition, une soixantaine de peintures, accompagnées des billets d’humeur du gardien de phare, revisitent l’histoire de l’art, à la manière de François Jouas-Poutrel. Visites guidées, jeux en famille, rencontre avec l’artiste… Une large programmation anime l’exposition d’avril à septembre. Pour accompagner les plus jeunes, un espace de médiation prend place dans la salle d’exposition et un livret de visite permet de découvrir l’exposition sous forme d’enquête. Et pour assurer le confort de nos chers visiteurs anglophones, nombreux à découvrir la ville d’Avranches en haute-saison, tous les textes de l’exposition sont pour la première fois traduits en anglais

#Culture #Musée - Exposition Le Mont Saint Michel à la manière d'eux... au #Scriptorial de #Avranches !

Originaire de Domfront, la famille Jouas-Poutrel quitte l’Orne pour s’installer à Paimpol où François vit toujours dans une maison peuplée de ses peintures, de ses livres et de ses maquettes. Un marin immobile au milieu des flots Après avoir envisagé de devenir marin, puis étudié les lettres à l’Université, François Jouas-Poutrel choisit la mer. En 1974, il devient officiellement électromécanicien de phare. Il passera vingt-et-un ans aux Roches-Douvres, phare le plus éloigné des côtes d’Europe, puis dix ans aux Sept-Îles, au large de Trégastel.

Plus qu’un métier, gardien de phare est un mode de vie et une philosophie. Une vie tantôt à terre, tantôt en mer, ponctuée de longues heures de veille et de bons repas partagés. La solitude et la vie intérieure dominent malgré la présence du collègue, de rares visiteurs et la compagnie du chat Toutoune.

Et pour occuper le temps, François Jouas-Poutrel lit beaucoup, réalise de nombreuses maquettes et se passionne pour le dessin. Un gardien de phare qui dessine À partir de 35 ans, il se met à peindre des aquarelles et bientôt des icônes. Formé à cet art raffiné au Centre d’études russes Saint-Georges à Meudon, il peint selon les règles de la tradition byzantine. François Jouas-Poutrel réalisera en dix ans quelques trois cents pièces de tilleul ou de bouleau et nourrira son travail de voyages à Moscou, Istanbul, Rome et Venise. Grâce à sa capacité à assimiler un art codifié, il reprend sans mal les codes des artistes qu’il admire cette fois-ci « pour se marrer ».

Un soir de veille aux RochesDouvres, il peint son phare à la manière de Mathurin Méheut. Suivra toute une série à la manière des plus grands artistes des XIXe et XXe siècles. Parue en 2000, la publication Les phares du gardien de phare rencontre le succès et sera vite épuisée. Une retraite à la manière de François Jouas-Poutrel Avec la retraite, arrivée en 2007, la mer lui manque, le temps est long et le goût de la couleur s’est éloigné. En 2010, à la demande d’un éditeur normand, François-Jouas Poutrel reprend des couleurs et dans le même temps, goût à la vie. Il retourne à ses amusants pastiches et réalise en une année une soixantaine de peintures, présentées ici. Avec ses clins d’œil, il partage généreusement ses goûts en peinture et son enthousiasme gagne les amateurs

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

-----------------------

> Réseaux

--------------