#Cherbourg #Tourisme #Manche - Découvrez Normandie l'océan commence ici a la Cité de la Mer ! - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

#Cherbourg #Tourisme #Manche - Découvrez Normandie l'océan commence ici a la Cité de la Mer !

Découvrez Normandie l'océan commence ici a la Cité de la Mer !

Pas besoin de se rendre à l’autre bout de la planète pour être fasciné par la richesse des océans. A nos pieds, la mer de la Manche, regorge d’espèces et de ressources remarquables et insoupçonnées.

La Cité de la Mer se lance le défi de faire connaître au public en 2018*, au sein de son parcours permanent, les atouts maritimes de la Normandie et les animaux marins, dont une tortue marine caouanne, qui fréquentent régulièrement nos côtes normandes. Cette nouvelle exposition est réalisée par La Cité de La Mer, avec le soutien financier de la Région Normandie et divers partenariats image et son avec notamment Galatée Films, le Groupe d’étude des Cétacés du Cotentin (GECC), Normandie Fraicheur Mer (NFM) - émanation des comités régionaux normands de la pêche et de la conchyliculture, et de la région Normandie.

*jusqu’au 30 septembre 2018

« Depuis 15 années, La Cité de La Mer s’est constamment attachée à
ouvrir l’horizon de ses 3 600 000 visiteurs au monde subaquatique et à
la prodigieuse épopée contemporaine de ces hommes et de ces femmes,
peu nombreux, qui ont ouvert à l’humanité les portes de l’Océan et des
profondeurs sous-marines.
Dans ses missions d’éducation à la mer, La Cité de La Mer s’attache
constamment à éveiller chez le visiteur le désir d’en connaître plus sur
l’océan, à susciter l’envie d’apprendre pour regarder et comprendre ce
milieu si particulier, voire le désir d’en devenir acteur.
Notre programmation 2018 ne faillira pas à ces objectifs :
- Jusqu’au 30 septembre, notre territoire maritime normand se révèlera
au cœur du parcours-exposition « Normandie…l’Océan commence ici »
- Au printemps, la SNSM sera à l’honneur avec un parcours dédié au
quotidien des sauveteurs en mer et des stations de sauvetage en mer du
Cotentin
- Enfin, à partir du 1er octobre, le plus grand écosystème de la planète :
l’Océan s’offrira à nos visiteurs, avec les expéditions scientifiques de la
goélette Tara. »

BERNARD CAUVIN Président Directeur Général de La Cité de la Mer

#Cherbourg #Tourisme #Manche - Découvrez Normandie l'océan commence ici a la Cité de la Mer !

REQUINS DE NOS CÔTES ET D’AILLEURS… SOUS LA MER PAS DE FRONTIÈRES !

Face à l’Aquarium Abyssal, les visiteurs curieux découvrent sur une fresque à échelle 1, divers requins dont certains fréquentent la mer de la Manche. Ces derniers, représentés par des illustrations réalistes, sont facilement identifiables car « tatoués » d’un drapeau normand. Du plus grand au plus petit figurent : le requin pèlerin (12 m), lerequin renard (6,10 m), le requin taupe (4 m), la grande roussette (2 m) et l’émissole tachetée (1,50 m). Signalons qu’en Normandie, la roussette dispose de plusieurs appellations : du Cotentin jusqu’à Honfleur, c’est la « biche » ou « bichon », tandis que du côté d’Etretat, Dieppe ou Fécamp, on la surnomme la « vache » !

Au sein de la fresque, ces requins « normands » accompagnent d’autres requins, mieux connus du grand public, tels le grand requin blanc et le requin léopard, ou des plus petits comme le squalelet féroce ou le requin pygmée, habitué des grandes profondeurs. À l’échelle de la planète, on recense pas moins de 530 espèces de requins à travers le globe, occupant les premiers mètres sous la surface jusqu’aux profondeurs abyssales. Certains sont impressionnants par leur taille, comme le requin Pèlerin qui peutmesurer jusqu’à 12 m et qui est le 2e plus gros requin du monde après le requin baleine. Saviez-vous que d’avril à septembre, ce dernier fréquente nos côtes normandes ? En effet, le requin pèlerin fréquente les eaux froides et tempérés des océans du monde, se nourrissant de plancton. Ce poisson cartilagineux est menacé mais aujourd’hui protégé, inscrit sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) après avoir été longtemps pêché pour sa peau, son foie, sa chair ou encore ses ailerons en Asie.

LA NORMANDIE, FIÈRE DE SA MER !

Autour du bassin tactile, la Normandie maritime « halieutique » se révèle aux visiteurs, grâce à plusieurs dispositifs muséographiques adaptés et accessibles à tous. Pas besoin de plonger ou de s’équiper de palmes pour accéder aux côtes immergées de la Normandie !

Echappée sous-marine à la rencontre des petites espèces locales de nos côtes, au cœur du bassin tactile… À l’aide de caméras manipulables depuis la surface, les petits et les grands plongent - les pieds au sec - dans 2 nouveaux décors, à la rencontre de bigorneaux, huitres, moules, pétoncles, coquilles Saint-Jacques, coques, praires…dans leur environnement naturel imaginé et reconstitué par l’équipe de biologistes de La Cité de la Mer. Ces petites caméras embarquent les visiteurs en immersion entre les fonds rocheux ou sableux sans se mouiller ! La balade est retransmise en direct sur deux écrans situés aux abords du bassin tactile, permettant à chacun de partager ses propres découvertes. Cette expérience permet ainsi d’observer des petits coquillages régulièrement aperçus sur nos côtes.

Pour les tout petits explorateurs des clapets à soulever permettent de découvrir les espèces locales de coquillages. Imaginés sous forme de dessins simples, l’enfant ouvre le clapet et découvre l’intérieur de chaque espèce : amande de mer, crépidule, huitre, patelle … Un dispositif accessible pour les non lecteurs et qui promet des moments de partage pédagogiques entres les parents et leurs curieux chérubins

Autour du bassin tactile, les murs s’habillent de nouveaux visuels et d’une cartographie géante de la Normandie maritime. Cette carte grand format révèle aux publics la force de la « Normandie Bleue », à travers ses ressources et les hommes qui la portent. Et les données sont là pour accréditer la position de la Normandie comme 2e région de pêche maritime française et 1re région conchylicole

La Normandie forte de ses 794 km de côtes détient aujourd’hui une flotte impressionnante : 602 embarcations permettent aux 2 700 marins de rassembler 29 400 tonnes de pêche artisanale par an réparties principalement entre les ports de Granville, Cherbourgen-Cotentin, Grandcamp-Maisy, Port-en-Bessin, Fécamp et Dieppe. Cette activité, liée aux produits de la mer, comptabilise 5 500 emplois dans toute la région

QU’EST-CE QUE LA PÊCHE ARTISANALE ?

Voici la définition que propose l’association Bloom : Les ONG s’alignent sur les définitions les plus couramment utilisées pour lesquelles la pêche artisanale est une pêche de petite échelle, le plus souvent côtière, aux techniques de pêche pour la plupart basées sur des engins de type dormant (filets, casiers, lignes) et surtout à dimension humaine (le propriétaire du navire travaille à bord) avec un ancrage territorial fort.

La Normandie se distingue à travers ses productions... Ces données sont basées sur les ventes 2016 des halles à marées normandes et autres régions françaises correspondant à de la pêche artisanale.…et à travers diverses entreprises normandes, particulièrement innovantes dans les biotechnologies marines et dans la transformation & valorisation des produits et coproduits marins. Ils ont su trouver et appliquer de nouveaux procédés pour utiliser, transformer et valoriser autrement ces ressources maritimes.

NORMANDIE FRAÎCHEUR MER (NFM) EST LE GROUPEMENT DES MARINS-PÊCHEURS, CRIÉES ET MAREYEURS DE NORMANDIE. Il a pour objet de valoriser les métiers de la pêche de Normandie et la qualité et la durabilité de leurs produits. Créée en 1998, il fédère depuis 2017 l’ensemble des structures professionnelles de la pêche normande : - Le Comité Régional des Pêches Maritimes de Normandie, CRPM Normandie - L’Organisation des Pêcheurs Normands, OPN - Le FROM Nord

LA TORTUE CAOUANNE ET LES GRANDES ESPÈCES MARINES REMARQUABLES DE NORMANDIE À L’HONNEUR

La Cité de la Mer, reçoit une nouvelle invitée en 2018 : une jeune tortue caouanne ou Caretta-caretta. Issue d’un programme de reproduction en captivité, mené à bien par l’aquarium d’Antibes, cette congénère s’installe dans un aquarium totalement repensé pour l’accueillir au mieux, tout comme l’espace muséographique qui l’entoure, bienvenue !

Notre nouvelle invitée est née en 2011, elle aura 7 ans le 22 juin. À son arrivée à La Cité de la Mer, elle mesure un peu plus de 70 cm et pèse environ 45 kg. Elle se nourrit principalement de calamars mais aime aussi les méduses ou encore les noix de Saint-Jacques ! Femelle ou mâle, on ne le sait pas encore. Les biologistes pourront le déterminer lors de sa croissance. D’Antibes à Cherbourg… En 2008, après avoir observé pendant plusieurs années une régularité dans les périodes d’accouplements de tortues caouanne au cœur de ses bassins, l’équipe du Marineland d’Antibes décide de tenter la mise en place d’un programme de reproduction. L’équipe fait alors tout pour offrir les meilleures conditions de cycle de vie des animaux en accompagnant la ponte puis l’éclosion des œufs. En 2010, les résultats sont au rendez-vous puisque l’équipe assiste à la première série d’éclosion. Un succès renouvelé en 2011 avec la naissance d’une vingtaine de petites tortues, dont celle arrivée à La Cité de la Mer

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

La tortue pleure du sel ! Pour évacuer la salinité de son corps lorsqu’elle sort de l’eau pour atteindre une plage, la tortue pleure ! Le réchauffement climatique favorise la naissance de plus de femelles au sein des tortues marines. En effet, c’est la température au sein du « nid » où sont entassés les œufs, qui va définir le sexe de la tortue. Au-dessus de 30° il y aura plus de femelles à naître ! La tortue marine revient sur la plage où elle née pour elle-même pondre ses œufs ! Cette espèce est capable de faire des milliers de kilomètres pour trouver son alimentation nécessaire mais elle est dotée d’une formidable boussole qui la ramène sur le lieu de sa naissance pour y déposer ses œufs.

 

Les tortues marines : toutes menacées

7 espèces de tortues marines sont actuellement connues : la tortue caouanne, la tortue à dos plat, la tortue imbriquée, la tortue de Kemp, la tortue luth, la tortue olivâtre et la tortue verte. Parmi elles, 6 fréquentent les eaux & côtes françaises, avec des sites de ponte majeurs en Outre-Mer. Les tortues marines sont de grandes migratrices, explorant des milliers de kilomètres entre leurs lieux de ponte et d’alimentation. Aujourd’hui la population des tortues marines, quelle que soit l’espèce, est menacée. La tortue caouanne est classée dans la catégorie « vulnérable » depuis 2015 sur la liste de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (iucn. org ).

Cette espèce fréquente la mer de la Manche et du Nord, 26 observations officielles ont été signalées entre 1953 et 2011. Tout en observant la tortue caouanne de La Cité de la Mer, les familles peuvent s’installer pour écouter le conte « la tortue marine : retour au bercail » par Jacques Perrin.

QU’EST-CE QUE LA « RED LIST » DE L’UICN

La liste rouge de l’UICN est le plus grand inventaire du statut de conservation des espèces animales et végétales au monde ! Elle est régulièrement mise à jour et consultable par tous. Elle permet d’établir l’état de conservation d’espèces végétales et animales menacées : vulnérable – en danger – en danger critique d’extinction

Dans le même espace, les visiteurs découvrent en photos grand format et vidéos les dauphins et phoques de Normandie. Deux espèces marines bien connues du grand public, qui ignore bien souvent qu’elles se sont installées depuis longtemps dans la mer de la Manche et sur notre littoral

Deux colonies de phoques veaux marins - denommés aussi phoques commun - vivent en Normandie :

L’une des 2 colonies vit paisiblement, au sein d’une réserve naturelle située dans la baie des Veys, à plusieurs centaines de mètres des plages d’Utah-Beach. Ici on compte un peu plus de 160 individus, c’est le 2e banc le plus important France. À l’abri des perturbations humaines, le phoque aime ce littoral vaseux et les bancs de sable sur lesquels il se repose, se reproduit et met bas. La deuxième colonie normande vit autour du Mont-Saint-Michel. La position préférée des veaux marins est « la banane » ! L’animal est alors couché sur le flanc, tête et queue relevées, rappelant la forme du fruit. Les phoques sont curieux mais craintifs, notamment en présence des hommes.

Les dauphins sous surveillance dans le Cotentin C’est l’une des populations sédentaires les plus importantes en Europe : les dernières estimations relèvent 571 individus en Normandie, évoluant entre la baie de Seine et le MontSaint-Michel. De nombreuses observations sont régulièrement rapportées dans les médias régionaux. Le Groupe d’Etudes des Cétacés du Cotentin, le GECC, se charge d’enregistrer les témoignages, grâce notamment à l’application ObsEnMer.

Cet outil en ligne permet de signaler toute observation, que l’on soit un spécialiste ou non : obsenmer.org

source : citedelamer.com

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

----------------------

Xbox Séries S

a - de 300 euros

 

> Réseaux

--------------