Discours d'Hervé Morin - Assemblée plénière de la Région Normandie - Le Havre ! - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

Discours d'Hervé Morin - Assemblée plénière de la Région Normandie - Le Havre !

Discours d'Hervé Morin - Assemblée plénière de la Région Normandie - Le Havre

Intervention de M. Hervé MORIN, Président de la Région Normandie Assemblée plénière du 18 juin 2018

Seul le prononcé fait foi

Source : Région Normandie

Discours d'Hervé Morin - Assemblée plénière de la Région Normandie - Le Havre !

Mes chers collègues, Mesdames, Messieurs,

Nous voici de retour au Havre pour évoquer un certain nombre de grands chantiers comme le développement en Normandie du géant de la métallurgie Manoir, celui de la construction du centre d’hadronthérapie dans l’aire urbaine de Caen ou encore de la naissance de Ports de Normandie, nouvel holding qui rassemblera les ports de Cherbourg, de Dieppe et de Caen. Nous parlerons également finances, avec la présentation du bilan de l’exécution du budget régional de 2017, le compte administratif que M. Jamet qualifie de « juge de paix », de « moment de vérité », et qui, vous le verrez, témoigne d’un volontarisme sans précédent en Normandie. Je ne peux pas ouvrir ces débats sans adresser, en votre nom à toutes et à tous, mes très sincères félicitations à notre collègue Céline Brulin, qui a rejoint le Sénat. Je me réjouis que Mme Brulin ait également décidé de continuer à siéger dans notre assemblée et je compte sur elle pour défendre avec la fougue et la détermination qu’on lui connaît les dossiers normands au sein du parlement avec Hervé Maurey et Catherine Morin Desailly.

Les Normands attendent de nous que nous nous focalisions sur des projets d’avenir et que nous renoncions au saupoudrage. L’action régionale doit produire une vraie différence, créer les conditions d’expression des atouts de notre territoire pour devenir facteurs de valeur ajoutée.Quel meilleur symbole de ce volontarisme que Le Havre, qui s’est métamorphosée en 20 ans, sous l’impulsion d’Antoine Rufenacht, d’Edouard Philippe et désormais de Luc Lemonnier, pour devenir un pôle industriel et maritime de premier plan. La Région prend toute sa part à ce grand chantier, en particulier à travers un soutien fort au développement du campus maritime et portuaire, dont la construction du nouveau site de l’EMN et du restaurant universitaire sur barge dans le bassin Vauban, en contribuant à l’extension du pôle d’accueil des croisiéristes et bien entendu via un grand plan Marshall pour le port du Havre, un plan d’investissement qui n’a que trop tardé. C’est pourquoi en tant que Président du Comité d’investissements du GPMH je proposerai la programmation en même temps des postes 11 et 12 ainsi que la chatière pour assurer la liaison entre la mer et le fleuve que la région est prête à prendre à sa charge. Je rappelle que cet investissement est prévu par l’Etat mais toujours reporté depuis la fin des années 90 !

L’affirmation de la Normandie comme grande région maritime nous amène à vous proposer la constitution

d’une structure unique pour les trois ports relevant de la responsabilité de la collectivité et d’y associer les départements et les agglomérations des trois villes. Au-delà de cette structure unique capable de mutualiser les compétences et des savoir-faire, et nous pourrons bâtir une démarche marketing et commerciale solide pour dynamiser nos ports, chercher de nouveaux clients et construire de nouvelles alliances.

Depuis 2 ans en effet, la Région Normandie investit près de 25 millions € par an sur l’ensemble des ports du Havre, de Rouen, de Dieppe, de Cherbourg et de Caen. C’est la moitié de ce que le rapport Duron propose au Gouvernement de mettre dans ses grands ports maritimes !

Ainsi, quelques mois après la première pierre de l’usine éolienne LMWind et alors que CMN devrait, je l’espère, prochainement confirmer un grand plan d’investissement, la première usine au monde d’assemblage d’hydroliennes, OpenHydro, a été inaugurée le 14 juin à Cherbourg. L’usine de Naval groupe produira dès cet été ses premières hydroliennes, à destination du Canada et du Japon mais le potentiel du chiffre d’affaire sur la planète est absolument gigantesque. Quelques mots sur le Manoir industrie dans l’Eure. Ce groupe international s’apprête à injecter 50 millions d’euros dans les fours et dans l’extension de l’usine Metal Value de Pîtres qui deviendra ainsi le premier site mondial de production de poudres métalliques. Cette usine sera la première installation qui en préfigurera d’autres. Cet investissement prometteur sera rendu possible grâce, si vous en décidez ainsi dans quelques minutes, à la garantie par la Région d’un prêt de 25,5 millions d’euros à cette entreprise.

Les chiffres de l’économie normande montrent que nous sommes sur la bonne voie. Non pas uniquement parce qu’ils sont bons mais parce qu’ils sont meilleurs que la moyenne nationale. Ces statistiques ne sont pas celles de la Région ou d’ADN mais celles de l’ordre des experts comptables. Que disent ces chiffres ? Ils nous disent que le chiffre d’affaire journalier moyen des entreprises de la région a progressé de 2% au cours du premier trimestre 2018, par rapport à la même période de l’année précédente. Il s’agit de la plus forte croissance depuis 9 trimestres. C’est surtout un chiffre plus élevé qu’à l’échelle du pays, la hausse moyenne du chiffre d’affaire des PME au niveau national étant de 20% inférieur. Depuis plusieurs mois, la Normandie annonce de bons résultats en matière d’économie alors qu’elle était habituée à fermer la porte des classements économiques nationaux. Notre Région montre désormais le chemin à suivre.

Comment, mes chers collègues, dans la liste des grands projets porteurs d’avenir que nous accompagnions ne pas citer le programme Archade. Nous inaugurerons

ensemble en juillet prochain, un centre qui sera à la fois destiné non seulement au traitement des cancers par prothonthérapie, mais aussi à l’accueil des chercheurs venant de toute l’Europe. Il deviendra en 2023 le premier centre européen de soins de ce fléau par hadronthérapie par ion carbone, qui permettra de traiter des tumeurs aujourd’hui résistantes notamment chez les enfants et qui évitera aussi les dommages collatéraux sur les cellules saines à proximité de la tumeur. Il vous sera proposé de renforcer cet accompagnement au cours de cette session.

L’organisation du 1er forum mondial Normandie pour la paix participe de cette ambition qui mêle audace et volontarisme. Je pense que nous pouvons être fiers de la première édition qui s’est déroulée les 7 et 8 juin à Caen. J’en remercie chaleureusement François-Xavier PRIOLLAUD. Avec plus de 130 intervenants provenant de près de 30 pays, et 5000 participants, les échanges ont été de très haut niveau. Plusieurs personnalités de renom ont pu faire partager leur expérience – je pense par exemple à Ban Ki Moon à Jean-Pierre Raffarin ou à Hubert Védrine – et le public est venu nombreux. La Normandie donnera à nouveau rendez-vous au monde en juin prochain avec comme objectif de se rapprocher un peu plus encore du « statut » de Davos pour la Paix.

Mes chers collègues, je pourrai vous décrire avec le même enthousiasme et le même optimisme l’énergie que la majorité et les services régionaux investissent

dans le développement de l’IMEC, des campus du Madrillet et du plateau nord de Caen, dans la promotion de la candidature des plages du Débarquement à l’inscription au Patrimoine mondial, dans l’aménagement d’un campus équin à Goustranville ou du CSN d’Houlgate ou encore dans le champs culturel avec le festival d’art numérique au Havre ou l’ambition que nous portons pour l’Opéra de Rouen désormais labellisé théâtre lyrique d’intérêt national. Tous ces projets sont autant de pierre apportée à « l’édifice Normandie », pour son attractivité. Ils sont tous sur les rails aujourd’hui d’une manière irréversible et d’ici la fin de la mandature, nous pourrons affirmer que nous aurons réussi à porter des investissements facteurs de rayonnement et de valeur ajoutée.

Cette liste de projets n’est pas exhaustive : elle n’est pas close non plus. Je le dis aux chefs d’entreprises et aux élus que je rencontre partout en Normandie : la Région répondra présente lorsqu’un projet structurant et porteur de valeur ajoutée lui sera proposé. Elle pourra d’autant mieux le faire que, sous la houlette d’Anne-Marie Cousin et Patrick Gomont, sa gestion financière est organisée pour optimiser ses capacités d’investissement aujourd’hui mais aussi à long terme. Le compte administratif qui sera débattu en début d’après-midi est éloquent à cet égard : A périmètre constant, les dépenses de fonctionnement n’ont augmenté que de 0,6% en 2017 et l’investissement a atteint un record de 467,23 millions d’euros soit un taux de réalisation de 91,67% !

J’insiste sur ce chiffre car il est rare dans une collectivité et il démontre à quel point le budget de la Région n’est pas un budget d’affichage et je remercie les services dont la motivation et l’engagement permettent un taux de réalisation exceptionnel. Cet effort a été réalisé sans hypothéquer l’avenir puisqu’il a été obtenu sans recourir à l’emprunt et en conservant une épargne brut à 266 millions d’euros. La Normandie demeure la région la moins endettée de France, avec une capacité de désendettement de 1,61 année.

Des chiffres publics dont devrait s’inspirer l’Etat dont les dépenses de fonctionnement continuent à augmenter de près de 2% et dont le déficit abyssal a été contenu en 2017 en dessous du seuil des 3% uniquement grâce aux prélèvements obligatoires record. Le même Etat qui se complait à donner des leçons de bonne gestion aux collectivités locales, alors qu’il s’est montré ces dernières années incapable de réduire ses dépenses et de maitriser l’accroissement de son endettement.

Je vous l’affirme avec force mes chers collègues, il y en a assez ! Assez des mensonges sur la gestion des collectivités alors que l’Etat n’a pas tenu ses engagements du plan d’économies de 50 Milliards d’euros sur la période 2015-2017 et alors qu’entre 1978 et 2017, alors que la dette publique en France a été multipliée par 30, celle de l’Etat l’a été par 38 et celle des collectivités locales par 8! Assez que l’action des collectivités soit présentée au mieux comme inefficace,

au pire comme dispendieuse alors que les collectivités locales vont contribuer dans les cinq années à venir à un désendettement de la France à hauteur de 50 milliards, alors que l’État va accroître l’endettement du pays de 330 milliards d’euros. Sur les quatre dernières années, la dépense publique a augmenté de 63 milliards d’euros. Sur ces 63 milliards d’euros, 59 sont imputables à l’Etat.

Dans ce contexte, je trouve totalement indécente la demande de l’Etat – puisqu’il s’agit bien d’une demande ferme – de conventionner avec les collectivités sur la maîtrise des dépenses publiques. Les Régions n’ont pas besoin signer un contrat avec l’Etat pour continuer à contenir leurs budgets : Les dépenses de fonctionnement des Régions ont en effet diminué de 1,6 % en 2016, et, à périmètre constant, ont augmenté de seulement 1 % en 2017 et s’accroitront de 0,8 % en 2018.

Si je vous propose de ne pas signer cette convention c’est aussi parce que tout ce que j’ai indiqué auparavant, l’Etat le sait parfaitement. Ces contrats ne sont que des faux semblants pour, en réalité, poursuivre la politique de recentralisation en cours en plaçant les budgets des collectivités sous le contrôle préalable des préfets. Cette volonté s’était déjà exprimée dans le projet de réforme de l’apprentissage, qui recentralise et privatise une compétence des Régions, menaçant ainsi un grand nombre de CFA et provoquant surtout à moyen terme la disparition de formations tant en milieu rural que dans

les quartiers de la politique de la ville. Cette réforme va bâtir une formidable usine à gaz avec une agence nationale France-Compétences chargée de fixer un coût de la formation au contrat. La seule idée de bâtir un modèle dans lequel chaque formation se verra fixer un tarif national est totalement contraire à la construction d’un modèle dans lequel chaque centre bâtit sa formation en fonction des publics et en fonction du bassin d’emploi. La formation en hôtellerie n’est pas la même quand elle s’adresse aux Yachts du Sud de la France, aux hôtels de luxe du groupe Barrière, et aux hôtels standardisés du groupe Accor. Comme la formation en restauration n’est pas la même quand il s’agit d’envoyer de jeunes apprentis dans les restaurants 3 étoiles Michelin ou dans la restauration traditionnelle de nos campagnes.

Je vous propose enfin de ne pas signer de convention financière avec l’Etat car ce qu’il nous est proposé ne correspond pas à un contrat reposant sur des obligations réciproques. L’Etat ne souhaite pas que soit pris en compte, dans l’évolution des dépenses de fonctionnement des collectivités, l’ensemble des charges leur incombant et résultant de décisions unilatérales de l’Etat. Il ne veut pas non plus qu’y figure l’ensemble des engagements financiers de l’Etat, en particulier les investissements cofinancés par l’Etat en région et des Contrats de Plan État-Régions pour lequel le taux de paiement des CPER par l’État était de moins de 25% à la fin 2017. Le jacobinisme qui est en cours au

sein de l’Etat est contraire aux intérêts de la France car comme vous je suis convaincu qu’une partie du redressement du pays passe par les territoires. Tous les pays d’Europe sont construit sur des modèles fortement décentralisés ou fédéraux et c’est ce modèle qui marche, qui est dans le sens de l’histoire. Dans des sociétés complexes et horizontales le système vertical et centralisé est source d’inefficacité et d’impuissance. L’Etat n’est plus capable de faire là où les collectivités ont pris la main. L’Etat n’est pas capable d’expérimenter, d’innover, empêtré dans ses interministériels et dans ses règles. L’Etat n’est pas capable d’agir rapidement. Il suffit de constater qu’en Normandie nous attendons sur le Mont-Saint-Michel l’arbitrage de l’exécutif depuis 15 mois. Nous vous proposons par cette délibération que nous nous opposions au jacobinisme et au bonapartisme, cela est le monde ancien, celui de la vieille politique alors que le girondisme c’est la modernité qui fait confiance à l’autonomie et à l’initiative de la société.

Mes chers collègues, le retour de la croissance ne doit pas nous inciter à faiblir. La Normandie a incontestablement marqué des points au cours des derniers mois par rapport aux autres régions et nous entendons continuer à porter cette ambition au service des Normands !

Intervention de M. Hervé MORIN, Président de la Région Normandie Assemblée plénière du 18 juin 2018

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

----------------------

Xbox Séries S

a - de 300 euros

 

> Réseaux

--------------