#Musique - Karin Clercq - Nouveau clip Je Garde - (En concert AU SENTIER DES HALLES) - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

#Musique - Karin Clercq - Nouveau clip Je Garde - (En concert AU SENTIER DES HALLES)

Karin Clercq - Nouveau clip Je Garde

EN CONCERT LE MERCREDI 9 JANVIER 2019

AU SENTIER DES HALLES (PARIS 2)

Celle qui chante avec force la liberté de la femme et le désir féminin depuis le début des années 2000 revient avec un nouvel album, 9 ans après « La vie buissonnière ».

De nouvelles chansons comme « Presqu’une Femme », inspirée du journal intime d’une jeune fille de la fin du 19ème siècle ou encore « Partie » et « Antigone », hommages à la figure de l’adolescente toute puissante qui ose s’opposer à l’ordre établi, résonnent on ne peut plus au cœur de cette année 2018 marquée par le phénomène « Me too ». Karin Clercq a marqué la fameuse scène pop belge.

Elle a longtemps collaboré avec Guillaume Jouan (complice des premiers albums de Miossec), été programmée par de nombreux festivals (Paléo, Vieilles Charrues, Francofolies de Spa…). Plusieurs de ses chansons ont été utilisée dans des séries télévisées, notamment « Urgences »

#Musique - Karin Clercq - Nouveau clip Je Garde - (En concert AU SENTIER DES HALLES)

On reconnaît un.e artiste à la force émotionnelle qu’il/elle dégage, à sa force de conviction également, à sa forte personnalité toujours. Karin Clercq quand elle apparaît avec « Femme X » avait déjà toutes ces forces en elle.

Avec « La boîte de Pandore » son quatrième album on la retrouve plus forte encore, presque sereine. « La grande blonde sympa » de ces années d’études, observait déjà la vie des autres, emmagasinant pour plus tard ces tranches de vie sans savoir encore en faire des chansons.

Dans sa chambre d’adolescente elle s’endormait sous les yeux de Marylin Monroe et de Romy Schneider qui veillaient sur elle, loin des micros et des salles de concerts. Quelques années plus tard, le conservatoire d’art dramatique lui ouvrit alors les bras. Son caractère vif et son physique lui assuraient une carrière de comédienne. La vie décida de lui en donner un peu plus.

Pour les besoins d’un rôle dans un court métrage, elle qui n’était pas encore la chanteuse que l’on connaît devait interpréter un titre.

Chiche !!! Elles partirent le coffre plein de bières, direction la Bretagne pour y rencontrer Guillaume Jouan, complice des premiers albums de Miossec et ami de la réalisatrice. De fil en aiguille et en surmontant toute timidité partagée, elle, la grande blonde belge, et lui le petit punk breton, allèrent écrire un des albums qui secoua le siècle naissant. Enfin, Karin Clercq par le biais de l’écriture avait l’outil pour « raconter » qui elle est, ce qu’elle ressent devant la vie !

Déjà mi rock, mi chansons, ce « Femme X » à l’époque où peu de filles occupaient le terrain (Keren Ann, Emilie Simon déjà et Catherine Ringer toujours), ce brûlot tout en tendresse, eut en France et en Belgique un accueil formidable.

Elle donnait le ton à une génération à venir, féminine, actrice de sa vie et dézinguant toutes les peurs. Le succès fut au rendez-vous et les concerts affichèrent complets (Le Botanique pour son tout premier, le festival des Vieilles Charrues devant une foule conquise).

Puis s’enchainèrent rapidement le bel « Après l’amour » à nouveau avec Guillaume Jouan, en 2005 et le plus sombre « L’école buissonnière » (qu’elle coréalisa avec Stef Van Alsenoy) en 2009, qui installèrent définitivement Karin Clercq parmi les artistes qui comptent. Mais qui ne compte pas les années qui passent, occupée à imaginer d’autres aventures !

 

Achetez l'album au meilleur prix sur AMAZON ci-dessous

En 2013 de blonde elle devint brune et retrouvant son comparse Guillaume Jouan se créa un nouveau début avec le road movie imaginaire de Kate et Joe BB, tendance « Alabama songs » des Doors. Bienvenu au rock qui fait du bruit, l’attitude est provocante, le cuir brille et avec son girls band, les garçons n’ont qu’à filer droit pour leur plus grand plaisir.

La sage Karin Clercq avait besoin de cette sympathique bousculade pour devenir… sage justement. Parallèlement à la création de son attendu quatrième album qu’elle travailla un temps avec XXX (Connu pour ses succès avec Vaya Con Dios), Karin pris un chemin de traverse avec « Michael et moi » qui conte la fabuleuse histoire de Luce, qui rêve de danser sur la lune en compagnie de Michaël Jackson. C’est, imaginé avec la complicité de Marie Warnant toutes les deux entourées du dessinateur Marco Polo, que vit le jour ce tendre et drôle BD/CD/concert où les loups sont végétariens et où tout est possible pourvu qu’on en ait envie. Femme à poigne, ou femme tendre, Karin Clercq, vit et avance.

C’est en 2016 avec les fameuses « Secrètes sessions » au principe simple : une vingtaine de musiciens, compositeurs, auteurs, chanteurs ont deux heures pour faire naître une chanson, pour la jouer dans la foulée, qu’elle reprit le chemin des studios.

Non seulement elle écrivit « J’avance » (Qu’elle fit évoluer pour devenir un texte parlant des migrants) mais rencontra également Emmanuel Delcourt (Membre de « My little cheap dictaphone » et de « Roscoe ») qui réalise « La Boîte de Pandore ». Si ces Secrètes Sessions furent le déclic, Karin Clercq rappela auprès d’elle la multi-instrumentiste Alice Vande Voorde qui tenait la guitare lors des concerts de Kate et Joe BB, pour l’épauler à composer son album en devenir.

« Ce quatrième album est un album de milieu de vie », une vie sacrément pleine avec comme fil rouge discret les questionnements qui vont avec, l’idée chevillée au corps et au cœur que l’espoir même lors des moments les plus sombres est bien là si on sait le voir: « Pourquoi fait on ce que l’on fait au fond ? » Jolie question, jolies réponses en douze titres sans fantômes mais avec des invités qui donnent le ton. Alfred de Musset pour le romantisme et le monologue de Perdican dans « On ne badine pas avec l’amour », qu’elle revisite. Celle qui a toujours écrit fait aussi appel à Henri Bauchu pour livrer sa vision à la tonalité « rock » de cette héroïne bien moderne qu’est « Antigone ».

Dans le titre « Presque une femme » c’est le journal intime de Lucile Breton qui date du XVIII ème siècle qui lui sert de point de départ pour parler des femmes de 2018 sous forme d’une comptine entêtante avec le duo Faon-Faon aux chœurs.

Sacha Toorop donne sa voix sur la fin d’un amour qui veut rester heureux sur « Je garde ». Alain Bashung vient lui rendre visite et lui donne son « Madame rêve » qu’elle déshabille avec doigté. Sans doute une belle conséquence de Kate et Joe BB, celle qui au fil du temps se découvrit musicienne a composé cet album surtout à la guitare délaissant le piano d’avant. L’élégance de la voix reste, les mots sont plus marquants et la musicalité prend le dessus.

L’honnêteté présente tout le long de ce quatrième album est le fil conducteur depuis toujours de Karin Clercq. Depuis ses débuts, d’autres chanteuses ont pris la voie qu’elle contribua à lancer. Il est grand temps que Karin Clercq en étant ni engagée ni dégagée reprenne sa juste place, à côté de ceux qui ont des choses à dire en chansons. Une auteure, compositeure, interprète qui aime ce qu’elle fait, abandonnant toute séduction futile et inutile pour se concentrer sur le plus important : la vie, sa vie, notre vie. Olivier Bas

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

 

> Réseaux

---------------