#Cherbourg #Ecologie - Balades éco-pâturage et biodiversité - #EchoVallée : les aménagements inaugurés ! + Commentaires de Benoît Arrivé - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

#Cherbourg #Ecologie - Balades éco-pâturage et biodiversité - #EchoVallée : les aménagements inaugurés ! + Commentaires de Benoît Arrivé

Balades, éco-pâturage et biodiversité - EchoVallée : les aménagements inaugurés

D’une superficie de 38 hectares, constituée principalement d’anciennes parcelles agricoles et de petits sous-bois, l’échoVallée s’étend de la rue de Bel-Air à la vallée de Quincampoix.

La Ville, via un aménagement du site, œuvre à rendre les lieux attractifs et propices aux promenades familiales, tout en préservant au maximum l’environnement naturel et la biodiversité.

Accès à l’échoVallée de Crèvecœur :

depuis le rond-point Bellevue

depuis l’arrière de la mairie déléguée

depuis le bas du chemin de Crèvecœur

depuis la rue des Eaux-Minérales

Plus d'infos sur cherbourg.fr

« Ce site est remarquable, il faut le faire savoir ! Et les aménagements qui y sont mis en œuvre en font un lieu privilégié sur le territoire pour les balades familiales et la mise en valeur de la biodiversité », souligne Régine Bésuelle, adjointe aux espaces verts, à l’embellissement et à la valorisation du patrimoine botanique. « Les aménagements paysagers de différentes natures permettent d’améliorer et d’étendre les itinéraires de promenade, de mettre en valeur les entrées du site, avec également la mise en place de mobilier », indique Jean-Marie Lincheneau, maire délégué de La Glacerie.

« Cherbourg-en-Cotentin a permis la réalisation de cet aménagement, d’un montant de 240 000 € avec l’aide de la Région et du Département, qui s’inscrit dans notre politique de développement durable et de préservation de la biodiversité, avec une gestion différenciée des espaces verts », précise Benoît Arrivé, maire de Cherbourg-en-Cotentin.

DES AMÉNAGEMENTS PAYSAGERS

Visibles depuis la route principale, les aménagements réalisés aux abords du rond-point renforcent le lien avec la ville. Porte d’entrée principale du site, l’espace offre une capacité de stationnement plus étendue et valorise l’accès à l’échoVallée, via un aménagement paysager conséquent : plantation d’arbustes bas et de vivaces couvre-sol, prairie naturelle, cheminements piétons et différentes alcôves, proposant des espaces ludiques (potager libre dès cet automne pour les Incroyables Comestibles, les écoles, les associations…, des talus où grimper et courir, un labyrinthe en miscanthus…), des espaces pour pique-niquer, ou tout simplement pour la détente, avec des cubes en bois brut où s’asseoir.

 

DES BOUCLES DE PROMENADES BALISÉES

3 boucles principales de promenade sont balisées (1,2 km, 1,3 km et 4,3 km). La première, la Familiale, invite à une balade facile avec les enfants tout en découvrant de nombreux points d’intérêt du site. La Sportive présente un dénivelé prononcé, elle est ponctuée de six agrès ludiques et sportifs, accompagnés de panneaux explicatifs sur les exercices à réaliser. Enfin, la troisième boucle, le Grand Tour, permet une exploration des richesses du site, du sud au nord de l’échoVallée. Les aménagements réalisés sur certaines portions des chemins ont pour objectif de sécuriser le passage des promeneurs, tout en préservant la qualité des ambiances paysagères (empierrement, réfection d’une passerelle en bois non traité…).

UNE GESTION ÉCOLOGIQUE DU SITE

Haies et zones humides sont préservées sur le site, afin de favoriser la biodiversité. Les haies ont un rôle structurant, elles aident à lutter contre l’érosion, à protéger contre le vent, tout en assurant des espaces de vie pour la faune. Les zones humides abritent également une biodiversité exceptionnelle. Deux parcelles en déprise agricole bénéficient d’une gestion en mosaïque, c’est-à-dire d’une rotation de leurs modes de gestion, favorisant la biodiversité. Une aulnaie, boisement humide de faible surface, est à observer de l’extérieur. En raison de sa fragilité, il est interdit d’y pénétrer. Une mare a également été créée. Sécurisée par une clôture, elle est accessible depuis les arrières de la mairie déléguée et pourra servir de support pédagogique pour les scolaires, avec la mise en place d’un panneau d’interprétation. L’éco-pâturage est actuellement pratiqué sur une dizaine d’hectares. Une quinzaine de chèvres des Fossés, une vingtaine de moutons des Roussins de la Hague et Solognot et trois ânes du Cotentin sont présents sur le site et contribuent ainsi à l’entretien des espaces naturels. La municipalité souhaite agrandir le troupeau avec l’arrivée de huit nouvelles chèvres fin juillet et la venue envisagée de vaches, comme la Galloway, une Irlandaise en mesure de s’acclimater au climat du Cotentin.

« Accueillir différents animaux a un intérêt : ils ne se nourrissent pas de façon identique, chacun a ses préférences vis-à-vis des végétaux poussant sur place et ils se complètent pour entretenir au mieux la zone concernée. Alors que le mouton choisit son herbe, la chèvre débroussaille ronces, lierres et feuillus jusqu’à 1,50 m du sol. L’âne, quant à lui, mange l’herbe que délaisse le mouton. Il faut aussi savoir que les ânes gardent les moutons et les chèvres, ils les protègent des chiens errants et des renards, ils sont là pour défendre le troupeau », précise Philippe Mercier, chef de service des espaces naturels à la direction nature, paysage et propreté.

La commune déléguée avait également, dès 2015, mis à disposition des particuliers certains terrains pour des pratiques de fauche et/ou de pâturage.

Douze jardins familiaux de 150 m² sont ouverts sur le site, dont la gestion est confiée à une association.

Le syndicat La Manche Apicole dispose également d’un rucher école d’abeilles communes, qui permet notamment de former de futurs apiculteurs. Des initiations sont également proposées au public et aux écoles, de mars à septembre. On y dénombre une quinzaine de ruches.

« Le pâturage permet de maintenir un milieu ouvert. Sans cela, les prairies évolueraient vers un embroussaillement et un boisement à long terme. Cette gestion durable des espaces verts est gratifiante. L’action conjointe des animaux présents sur le site permet de retrouver des prairies de pâtures diversifiées et de faire émerger une faune et une flore insoupçonnées », explique Chantal Ronsin, adjointe déléguée à l’environnement à La Glacerie.

#Cherbourg #Ecologie -  Balades éco-pâturage et biodiversité - #EchoVallée : les aménagements inaugurés ! + Commentaires de Benoît Arrivé

Rappel pour les riverains ou visiteurs : il ne faut pas nourrir les bêtes.

« Elles assurent elles-mêmes leur alimentation avec ce qu’elles trouvent sur le terrain, et nous leur apportons également du fourrage lorsque cela est nécessaire. Il ne faut en aucun cas leur apporter d’autres aliments en complément, car cela risque de les rendre malades ».

« L’éco-pâturage fait un retour en force, confirme Régine Bésuelle. Cette pratique de gestion naturelle de nos espaces verts facilite le travail de nos équipes, réduit les impacts environnementaux et permet de préserver la biodiversité, tout en limitant les coûts et en mettant en avant des espèces rustiques, issues des races locales. L’échoVallée est le premier site où nous avons mis en place l’éco-pâturage. Depuis, nous avons essaimé au Fort des Couplets à Équeurdreville-Hainneville, et d’autres projets sont à l’étude sur Cherbourg-en-Cotentin, des repérages sont en cours pour identifier de potentielles nouvelles zones », précise Régine Bésuelle.
Un verger sera aménagé à l’automne, à proximité de l’entrée du site vers le rond-point. « Il servira de support pédagogique, tout comme le rucher. Il offrira également aux visiteurs la possibilité de ramasser les fruits dans la parcelle, auprès des arbres issus de variétés locales. Ceci uniquement au moment de la récolte car le reste du temps, la parcelle sera entretenue par éco-pâturage », indique Régine Bésuelle.

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

-----------------------

> Réseaux

--------------