#Livre - #Culture - FINITUDE | CEUX QUE JE SUIS | OLIVIER DORCHAMPS ! - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

#Livre - #Culture - FINITUDE | CEUX QUE JE SUIS | OLIVIER DORCHAMPS !

FINITUDE | CEUX QUE JE SUIS | OLIVIER DORCHAMPS

À la mort de leur père, garagiste à Clichy, les trois frères Mansouri ont la surprise d’apprendre qu’il désirait être enterré à Casablanca. Ils rechignent à se rendre dans un Maroc où ils se sont toujours sentis étrangers.

Ce sera l’aîné, Marwan, le prof d’histoire-géo, qui accompagnera le cercueil dans l’avion. C’est à lui que sa grand-mère racontera son histoire, celle d’une gamine berbère de 13 ans vendue à une riche famille marocaine. Elle lui avouera combien son propre fils, le père de Marwan, a eu honte de ce qu’elle avait subi, au point de quitter leMaroc pour la France.

En déambulant dans les rues de Casa, en rencontrant les anciens amis de son père,Marwan commence à faire son deuil d’un homme dont il n’avait pas entrevu la complexité. Ceux que je suis est un roman aux entrées multiples. À la chronique familiale sur le deuil s’ajoute l’évocation du déracinement et du rapport complexe aux origines.

Pour chacune des trois générations évoquées dans le livre,le rapport au pays, la France ou le Maroc, est différent, entre fantasme et réalité vécue. La grande force d’Olivier Dorchamps est d’avoir su évoquer ces sujets avec pudeur et délicatesse dans un roman très visuel dont la subtilité se révèle par le biais de scènes souvent drôles et savoureuses, de seconds rôles bien campés et de détails qui font mouche. Cette simplicité narrative teintée d’humour et la sobriété de l’écriture permettent d’éviter le pathos, la grandiloquence.

Olivier Dorchamps, Ceux que je suis, éditions Finitude 256 pages, 18,50 euros, parution le 22 août

#Livre - #Culture - FINITUDE | CEUX QUE JE SUIS | OLIVIER DORCHAMPS !

« Mon père ne s’était jamais fait naturaliser. Il disait qu’à la douane, que ce soit à Paris ou à Casa, il serait toujours un Marocain en exil, jamais un Français en vacances, alors à quoi bon ? »

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

-----------------------

> Réseaux

--------------