#75E - #DDAY75 - Programme du 75e anniversaire du Débarquement à Ouistreham Riva-Bella - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

#75E - #DDAY75 - Programme du 75e anniversaire du Débarquement à Ouistreham Riva-Bella

Programme du 75e anniversaire du Débarquement, à Ouistreham Riva-Bella

LE DÉBARQUEMENT ALLIÉ DU 6 JUIN 1944, À SWORD BEACH

Ouistreham Riva-Bella a été occupée par les Allemands dès le 19 juin 1940 et du fait de sa position géographique a été fortifiée dès 1941. Une grande partie de la population, notamment les enfants, dut être évacuée vers le sud du département.

Plus de 110 villas en bordure de mer furent quant à elles rasées pour faire place aux 80 blockhaus du Mur de l’Atlantique.

Les 28.845 soldats alliés débarquèrent à partir de 7h20 le Jour-J à Sword Beach, entre Ouistreham Riva-Bella et Langrune.

Le n°4 Commando qui débarqua à Colleville-sur-Orne (aujourd’hui Colleville-Montgomery), sous les ordres du Colonel Dawson, comptait six troupes anglaises et deux troupes menées par le Commandant Philippe Kieffer : les 177 Bérets verts français formant le 1er bataillon de fusiliers marins. Le Commandant Alexandre Lofi ou le Soldat Léon Gautier en faisaient partie. Ils débarquèrent à bord des barges n°523 et 527 et leur objectif était de libérer la plage de Ouistreham Riva-Bella tout en prenant à revers les fortifications du Casino qu’ils firent tomber vers 11h. De leur côté, les soldats britanniques se chargèrent de libérer le bourg et le port, ce dernier, stratégique, ne tombant que le 7 juin autour de 17h. La prise du Grand Bunker, quartier général des Allemands, marqua la Libération complète de la ville dans la nuit du 9 au 10 juin.

 Ouistreham Riva-Bella, objectif des commandos, a donc été la seule plage à avoir été foulée par des soldats français, des Forces Françaises Libres, lors de l’opération Overlord

QUELQUES FIGURES EMBLÉMATIQUES DU DÉBARQUEMENT A SWORD BEACH

Léon Gautier, vétéran du Commando Kieffer ayant débarqué le 6 juin 1944 à Sword Beach Léon Gautier est né à Rennes le 27 octobre 1922. A l’âge de 17 ans, le 19 février 1940, il s’engage dans la Marine nationale car c’est le seul corps d’armée qui acceptait les volontaires de moins de 18 ans. Embarqué sur le cuirassé Courbet, il participe à la défense de Cherbourg puis de Carentan jusqu’au 29 juin 1940. Le Courbet rejoint ensuite l’Angleterre où l’équipage est débarqué à Portsmouth et envoyé dans un camp à Haydock Park. C’est là que Léon Gautier apprend qu’un Général nommé « de Gaulle » forme une armée de volontaires pour continuer le combat. Léon Gautier s’échappe alors du camp et rejoint le gouvernement de la France libre situé à Londres le 13 juillet 1940. Il prendra part à la revue des troupes de la France libre le 14 juillet de la même année devant la future Reine Elisabeth II. Le 2 août 1940, il embarque sur un bâtiment qui assure des convois en Atlantique mais il se casse un bras à Middlesbrough ce qui l’oblige à revenir à terre le temps de se rétablir. Une fois rétabli, il embarque dans le légendaire sous-marin Surcouf. Il devra de nouveau se rendre à terre pour des raisons de santé et une fois rétabli, il s’engagera dans un bataillon de fusiliers marins ayant pour mission de défendre les côtes de l’Afrique occidentale et du Liban. En avril 1943, il se porte volontaire pour rejoindre les fusiliers marins commandos créés par le Commandant Kieffer et rejoint Londres. Il est sélectionné à 20 ans. Il fait un premier entraînement à Eastbourne et part ensuite pour le camp d’Achnacarry en Écosse. Les entraînements sont très durs, parfois à balles réelles, afin de pouvoir sélectionner les hommes qui formeront le futur « Commando Kieffer ». Il y aura de nombreux abandons mais Léon Gautier finira cette formation et obtiendra donc le droit de porter le béret vert tant convoité ! De retour dans le sud de l’Angleterre, Léon Gautier effectue des raids de sondage et de reconnaissance sur les plages européennes. Il ne le sait pas encore mais ce qu’il fait servira à choisir les futures plages du Débarquement. Ces raids sont d’autant plus dangereux qu’Hitler déclare que tout commando pris lors de ces raids doit être fusillé sur le champ.

Le 25 mai 1944, il part pour Southampton. Il est alors mis au courant du Débarquement et des missions qui seront confiées aux 177 hommes placés sous le commandement de Philippe Kieffer

#75E - #DDAY75 - Programme du 75e anniversaire du Débarquement à Ouistreham Riva-Bella

Jour-J Le 5 juin 1944, il embarque sur la barge 523 en direction de Colleville-sur-mer, lieu de leur futur Débarquement. Le 6 juin 1944, à 7h23 du matin, les 177 Français du commando ont la lourde tâche de débarquer sur le secteur le plus à l’est des plages et de prendre le casino de Ouistreham. Dans la matinée, 10 commandos sont tués à Ouistreham et 34 sont blessés.

Après avoir pris le casino, les commandos se mettent en route pour Saint-Aubin d’Arquenay puis Bénouville. Ils font la jonction avec les troupes aéroportées de Pegasus Bridge et se dirigent ensuite vers Amfreville.

Ils resteront jusque début août à Bavent afin de tenir le front sur cette partie. Ils libèrent ensuite Pont-l’Évêque et achèveront la campagne de Normandie à Beuzeville après 78 jours de combat. Léon Gautier fait partie des 24 commandos qui termineront la Bataille de Normandie sans être touchés. Il sera démobilisé en août 1945. En souvenir de ses actes de bravoure, Léon Gautier est élevé au rang de Commandeur de la Légion d’Honneur et de la médaille de l’ordre de l’Empire britannique.

Philippe Kieffer, Commandant Né à Port-au-Prince en 1899, Philippe Kieffer passe les dix premières années de sa jeunesse à Haïti avant d’être envoyé à Jersey pour ses études secondaires. De retour au pays en 1916, puis armé d’un bac et d’une spécialisation commerciale et bancaire, il se lance dans une brillante carrière de banquier et quitte définitivement Haïti en mars 1939. Il gagne la France – où se sont installés ses enfants et leur mère – et, sans aucune formation militaire, s’engage dans l’armée le 2 septembre 1939 à l’âge de 40 ans. Affecté comme matelot secrétaire au service du chiffre à l’étatmajor de la marine de Dunkerque, il devient quartier-maître secrétaire de réserve le 1er avril 1940. En fonction à la préfecture maritime de Cherbourg au cours du mois de mai, il assiste depuis son poste d’état-major à l’évacuation du corps expéditionnaire britannique.

Le 18 juin 1940, face à l’arrivée des Allemands, il parvient in extremis à embarquer à bord d’un chalutier belge qui file vers l’Angleterre. Débarqué à Southampton dans la nuit du 18 au 19 juin, Philippe Kieffer est aussitôt acheminé à Liverpool puis à Londres où il signe son acte d’engagement dans la France Libre le 1er juillet 1940. Officier interprète et du chiffre il est affecté le 21 août sur le cuirassé Courbet en tant qu’adjoint au commandant supérieur de la base FNFL (force navale française libre) de Portsmouth, officier de liaison avec les autorités britanniques. En mars 1941, le succès du raid sur les îles Lofoten offre à Philippe Kieffer de nouvelles perspectives, lui qui ne se voit pas passer la guerre dans un bureau de la France Libre. Le Jour-J Le 25 mai 1944, les hommes du Commando Kieffer découvre leurs objectifs : ils sont situés à l’extrémité Est du Débarquement et ils doivent s’emparer des points forts de Ouistreham Riva-Bella avant d’établir la jonction avec les troupes aéroportées de Bénouville et, enfin, monter sur les hauteurs d’Amfreville. Les 177 Français du Commando Kieffer débarquent à Colleville-sur-Orne le 6 juin 1944. Malgré les bombardements alliés, les Allemands opposent une forte résistance. Les hommes de la barge 523 atteignent le haut de la plage mais les hommes de la Troop 1 peinent à s’extraire de leur barge. Les premiers hommes tombent et Kieffer est blessé mais il décide de continuer sa mission. A 8h, les troupes du Lieutenant Alexandre Lofi s’élancent vers Ouistreham afin de prendre le casino, ce qui était une des principales missions des Bérets verts. Arrivés au casino, ils se rendent compte que leurs armes ne suffiront pas et qu’ils auront besoin d’un char pour anéantir le casino. Kieffer arrive à dérouter un char et à prendre le casino après quelques salves d’obus. Cet objectif atteint, les commandos reçoivent l’ordre de se diriger vers Bénouville alors que 56 de leurs hommes ont été blessés et 10 tués. Arrivés à Bénouville, les commandos font la jonction avec les parachutistes de la 6e Airborne. Ils franchissent alors le pont et se dirigent vers Amfreville qui avait été libérée par les Britanniques un peu plus tôt. Il est 20 heures et les Français ont parfaitement rempli leurs objectifs. Alexandre Lofi prendra le commandement du Commando le 6 juin au soir, le Commandant Kieffer étant blessé.

Alexandra Lofi, membre du n°4 Commando, il en a pris le commandement le 6 juin 1944 au soir en remplacement du commandant Kieffer blessé au combat. Alexandre Lofi fut un des premiers à rejoindre les Forces Françaises Libres du Général de Gaulle en juillet 1940. Après les campagnes d’Afrique et du Moyen Orient, il rejoint les commandos en 1943. Il débarque le 6 juin 1944 à la tête de la Troop 8 qui s’empare des défenses de la plage sur 1,8 km, libérant ainsi Ouistreham dans la matinée. Il continue le combat pendant 78 jours en Normandie et débarque à nouveau le 1er novembre 1944 à Flessingue, prenant part à la Libération de la Hollande. Ses faits d’armes lui valurent d’être promu Compagnon de la Libération, Officier de la Légion d’Honneur et il reçut de nombreuses citations avec palmes.

Mardi 4 juin 2019, Stéphane Simonnet, historien, donnera une conférence tout public sur les hommes du commando Kieffer. A travers ses ouvrages et en s’appuyant sur des centaines de photos, lettres et documents inédits, Stéphane Simonnet rend hommage aux 177 volontaires de cette troupe de choc. Sous l’impulsion d’un militaire atypique, le capitaine de corvette Philippe Kieffer, les 177 ont suivi, durant des mois, dans les bases secrètes de Grande-Bretagne, les entraînements les plus intensifs afin de réaliser leur rêve : participer à la Libération de la France. « Le 5 juin 1944, Kieffer nous dit : « Il n’y en a peut-être pas dix d’entre vous qui reviendront intacts. Vous vous rendez compte ? Celui qui ne veut pas partir, qu’il vienne me voir, je ne lui en voudrai pas. » Tout le monde est parti. » Léon Gautier Mardi 4 juin 2019 – 18h30 Hôtel de Ville de Ouistreham Riva-Bella Salle du Conseil municipal Entrée libre et gratuite

LES CHIFFRES CLÉS ET L’HISTOIRE DES COMMÉMORATIONS DU DÉBARQUEMENT À OUISTREHAM RIVA-BELLA

Historique du 6 juin 1944 à Ouistreham Riva-Bella

 Contexte et événements du 6 juin 1944

Après quatre années d’Occupation particulièrement lourde du fait de sa position stratégique face à la mer, la Ville de Ouistreham Riva-Bella a été, le 6 juin 1944, le théâtre d’une opération militaire exceptionnelle dans l’histoire : Overlord, ou le Débarquement.

La complexité et l’ampleur technique, logistique et humaine de cette opération, sa portée, puisque ce fut un succès et le point de départ de la Libération de l’Europe du joug nazi, en font une opération militaire exemplaire encore aujourd’hui.

En juin 1944, Ouistreham Riva-Bella est une ville fortifiée par les Allemands (elle compte une des plus puissantes batteries du littoral bas-normand) et dont la population (notamment tous les enfants) a été en grande partie évacuée vers le sud du département.

La ville se situe dans un des secteurs sous commandement britannique de cette opération : Sword Beach et fut libérée en partie dès le 6 juin 1944. La Libération totale de la ville survient dans la nuit du 9 au 10 juin avec la prise du dernier blockhaus défendu par les Allemands, avenue de la Plage.

Ces faits suffisent pour que le 6 juin devienne une date primordiale de commémoration à Ouistreham RivaBella. Cependant, ils sont renforcés par un élément essentiel de l’histoire du Débarquement : Ouistreham Riva-Bella les a vu débarquer et a été libérée par les seuls Français des Forces Libres à participer à l’opération Overlord.

En effet, le N°4 Commando qui débarqua à Ouistreham Riva-Bella, sous les ordres du Colonel Dawson, comptait six troupes anglaises et une troupe menée par le Commandant Kieffer réunissant 177 bérets verts français.

C’est avec une émotion particulière que ces Commandos revenaient enfin en France et que les Ouistrehamais accueillaient leurs compatriotes venus les libérer.

 Chiffres-clés du Débarquement à Ouistreham Riva-Bella

- 28 845 soldats sous commandement britanniques débarquent sur le secteur de Sword Beach 177 Français à 7h30 (horaire choisi en fonction des marées)

- Au soir du 6 juin : 10 Français du Commando Kieffer sont tués et 31 sont blessés.

- Dates des bombardements aériens sur Ouistreham Riva-Bella liés au Débarquement et à la Bataille de Normandie : le premier le 27 avril 1944, puis les 4 mai, 11 mai, 18 mai, 25 mai et 1er juin.

Le 6 juin, la Ville a été bombardée par l’artillerie de marine et l’aviation alliée et à partir du 6 juin, quotidiennement par l’aviation et l’artillerie allemande repliées à l’est de l’Orne, jusqu’au 17 août.

- 150 personnes ont été mobilisées dans le cadre de la Défense Passive à Ouistreham Riva-Bella. Ce chiffre est allé en s’amenuisant rapidement dès les premiers bombardements et d’autres personnes ont été mobilisées par la suite.

- Ouistreham Riva-Bella compte 108 victimes civiles du Débarquement et de la Bataille de Normandie et 102 blessés :

o 16 tués lors du premier bombardement du 27 avril 1944

o 18 tués lors des bombardements du 6 juin 1944

 Les commémorations du 6 juin 1944 depuis 1945

La date du 6 juin 1944, s’impose dès 1945 comme la date primordiale de commémoration de la Seconde Guerre mondiale en Basse-Normandie, mobilisant le plus grand nombre de population et de personnalités.

Elle devint une date de commémoration nationale, dès 1947. La commémoration du 6 juin 1944 à Ouistreham Riva-Bella a été très marquée par la particularité de son histoire qui la lie avec le commando franco-britannique.

Dès 1947, Ouistreham Riva-Bella a été choisie comme lieu de la commémoration nationale du 6 juin et les commandos britanniques et français sont présents à la cérémonie où un hommage leur est rendu.

Depuis cette date jusqu’à aujourd’hui, l’évolution de la commémoration du 6 juin 1944 à Ouistreham Riva-Bella a suivi le vécu des bérets verts français et britanniques pour coller au plus près de leurs pas.

C’est donc en suivant le parcours du N°4 Commando, et notamment en s’arrêtant sur ce chemin pour rendre hommage à chaque commando français tué au combat, que se dessine le circuit des dépôts de gerbe et des cérémonies traditionnelles du 6 juin à Ouistreham Riva-Bella : - Sur la plage, lieu d’implantation du Mémorial commando – La Flamme – 5 commandos français sont morts - A la stèle « La Rafale », avenue Pasteur, deux commandos français sont morts - A la stèle du boulevard Churchill, trois commandos français sont morts La route des Commandos, empruntés par les scolaires de Sword Beach lors des cérémonies, va jusqu’à Amfreville, au soir du 6 juin 1944.

Depuis 1947, de nombreux commandos français et britanniques se sont retrouvés à Ouistreham Riva-Bella, tous les 6 juin, plus nombreux lors des anniversaires décennaux. Depuis cette date, la mairie de Ouistreham Riva-Bella a toujours œuvré en étroite collaboration avec les anciens du N°4 commando pour l’organisation des cérémonies du 6 Juin.

Les cérémonies du 6 juin à Ouistreham Riva-Bella ont pris de l’ampleur au niveau national, au fur et à mesure que le rôle des seuls Français à avoir débarqué a été mis en avant.

En effet, à travers ces 177 bérets verts français, la France ne pouvait pas être considérée seulement comme un pays occupé et vaincu attendant d’être libéré mais comme un pays belligérant et ayant participé militairement à sa propre Libération.

Les victimes civiles et les membres de la Défense passive ont aussi toujours été à l’honneur des cérémonies.

Quelques données-clés des commémorations du 6 juin 1944 à Ouistreham Riva-Bella - 1947 : cérémonie officielle du Débarquement à Ouistreham Riva-Bella en présence du commandant Kieffer

- 1953 : la municipalité de Ouistreham Riva-Bella souhaite ériger un mémorial à la mémoire des Commandos franco-britanniques sur un blockhaus en bordure de mer.

- 1954 : la municipalité décide la dénomination de l’avenue du 6 Juin, avenue comprenant à son extrémité un mémorial du Débarquement. Lors du 10e Anniversaire du Débarquement, les commandos français et britanniques sont à l’honneur lors de la cérémonie à Colleville-Montgomery en présence du Président de la République René Coty.

- 1962 : hommage de la municipalité au commandant Kieffer, suite à son décès : choix de dénomination du nouveau stade municipal en stade Kieffer.

- 1969 : à l’occasion du 25e Anniversaire du Débarquement : réalisation d’un buste du commandant Kieffer et inauguration au mémorial commando franco-britannique sur l’avant-port.

- 1972 : les bérets verts remercient la Ville de Ouistreham Riva-Bella qui les accueille depuis 27 ans lors des cérémonies du Débarquement en lui remettant l’insigne des commandos.

- 1974 : La municipalité et Mme Kieffer ont accueilli un très grand nombre de commandos français et britanniques qui ont souhaité se réunir pour le 30e Anniversaire du Débarquement. Remise de décorations aux Commandos à Ouistreham Riva-Bella.

- 1984 : cérémonie du 40e Anniversaire du Débarquement à Ouistreham Riva-Bella, en présence du Président de la République, François Mitterand. Inauguration du Mémorial Commando sur la plage (emplacement actuel : La Flamme) en remplacement de l’ancien Mémorial situé sur l’avant Port, avec le Maire de Ouistreham Riva-Bella, André Ledran.

- 1993 : venue du 1er ministre, Edouard Balladur

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

----------------------

Xbox Séries S

a - de 300 euros

 

> Réseaux

--------------