Equidays, expositions à découvrir aux Archives du Calvados et au château de Bénouville - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

Equidays, expositions à découvrir aux Archives du Calvados et au château de Bénouville

Equidays, expositions à découvrir aux Archives du Calvados et au château de Bénouville

Dans le cadre des Equidays, le Département du Calvados accueille, dans ses locaux, deux expositions consacrées au cheval.

L’une d’entre elle, « la plus noble conquête de l’homme » sera visible aux Archives du Calvados du mercredi au vendredi et l’autre « le cheval dans le monde romain » sera à découvrir au château de Bénouville pendant toute la durée des Equidays.

Equidays, expositions à découvrir aux Archives du Calvados et au château de Bénouville

Exposition « la plus noble conquête de l’homme" aux Archives du Calvados

Entrée libre et gratuite les mercredi 23, jeudi 24 et vendredi 25 octobre de 8 h 30 à 17 h

Les Archives du Calvados feront découvrir un florilège de documents racontant l’Histoire du cheval dans le Calvados.

Du Haut Moyen-Âge à l’époque contemporaine, l’omniprésence de la relation entre les chevaux et les Hommes est au cœur de cette exposition où se côtoient ses représentations dans les manuscrits, en photographies et même dans des affiches publicitaires.

Exposition « Le cheval dans le monde romain » au château de Bénouville

Entrée libre et gratuite

Du mercredi 23 au dimanche 27 octobre

De 9 h à 17 h

Visites commentées gratuites à 14 h et 15 h 30

L’exposition « Le cheval dans le monde romain » propose un trait d’union entre un passé et un présent reliés par la même ferveur pour les sports équestres, la même passion pour le cheval. S’adressant aussi bien aux petits qu’aux grands, elle aborde, dans tous ses aspects, la relation entre l’homme et le cheval dans le monde romain telle que nous la dévoilent l’art et l’archéologie. Symbole de richesse et de pouvoir, le cheval est considéré comme un animal à part dans l’Antiquité. Les Romains entretiennent avec lui des rapports complexes où se mélangent passion, enjeux sociaux, religieux et même politiques. Le parcours de la visite aborde tour à tour, les usages de chevaux dans le monde romain, la reproduction et l’élevage, les techniques d’équitation et d’attelage ainsi que la place du cheval dans la mythologie et l’imaginaire. Un place à part est accordée aux sports équestres avec, entre autres, la possibilité d’une visite virtuelle du Grand Cirque de Rome.

Le saviez-vous ?

L’histoire du monde romain recèle de très nombreuses anecdotes qui ne manquent pas de rappeler des réalités très actuelles ou, à l’inverse, qui évoquent un passé parfois étrange. La folle passion des courses déjà Il y a deux mille ans déjà, le cheval participe à la compétition sportive favorite du monde romain. Ils sont 250 000 spectateurs à venir prendre place dans le Grand Cirque de Rome pour venir assister à l’épreuve-reine, la course de chars tirés par quatre chevaux. Les conducteurs, les auriges, portent des casaques aux couleurs de l’une des quatre équipes en lice. Chacun peut ainsi suivre du regard l’attelage sur lequel il a parié. Le vainqueur est ovationné, il a droit à tous les honneurs et touche des primes dont les montants feraient bien des envieux parmi les stars du football actuel. Souvent d’origine modeste, les auriges deviennent, au fil des victoires, riches et célèbres dans tout le monde romain. On dresse leur portrait sous forme de statues et sur des mosaïques. Les chevaux ne sont pas en reste et bénéficient d’une retraite confortable et d’une immortalisation sous forme d’œuvre d’art.

 

La carrière et la fortune d’un champion de course…

Un conducteur de char appelé Pompeius Musclosus aurait cumulé dans sa carrière plus de 3 599 victoires. Il gagna au total 35 863 120 sesterces, soit environ 10,7 milliards d'euros actuels ou 456,5 millions d'euros par an. Cela le rangerait actuellement parmi les dix premiers du classement des sportifs, toutes disciplines confondues, les mieux payés au monde en 2013. Mon Empire pour un cheval… L’historien Suétone rapporte que l’empereur Caligula aimait tant un cheval nommé Incitatus, que, la veille des courses du Cirque, il envoyait des soldats commander le silence dans tout le voisinage, afin que le repos de son champion ne fut point troublé. Il lui fit faire une écurie de marbre, une auge d'ivoire, des couvertures de pourpre, des colliers de perle. Il lui donna une maison complète, des esclaves, des meubles, enfin tout ce qu'il fallait pour que ceux qu'on invitait, en son nom, à venir manger chez lui, fussent traités magnifiquement.

 

La filière équine professionnelle et très organisée…

De telles courses ne sont toutefois possibles qu’à la condition de disposer d’une filière équine complète, capable de produire les meilleurs chevaux au moyen de la sélection et de la reproduction. Les haras se multiplient dans les territoires naturellement pourvus de races de chevaux de qualité. Chacun d’eux emploie des spécialistes pour chaque étape de la reproduction et de l’élevage.

Des manuels à l’usage des éleveurs sont rédigés afin de mutualiser les connaissances. Les chevaux les plus rapides peuvent ensuite concourir dans les cirques qui s’élèvent dans les plus grandes villes et, pour les meilleurs d’entre, dans le Grand Cirque de Rome. Les autres ont un destin moins glorieux. Ils deviennent compagnons de voyage ou servent dans la cavalerie militaire.

 

Pour les Romains, monter à cheval, c’est tout un sport

Le monde romain ne connaît ni l’étrier, ni l’arçon de selle. Par conséquent, monter à cheval requiert une véritable agilité. Pour se hisser sur le dos de l’animal, il faut se servir d’une lance comme d’un levier ou trouver un marchepied qui peut être aussi bien une pierre que le dos d’un esclave. Toutes ces difficultés expliquent pourquoi, en dehors des plaisirs de la chasse, des obligations militaires ou pour un déplacement urgent, les Romains préféraient utiliser les chevaux pour tirer des charrettes ou des chariots dans lesquels ils étaient plus confortablement installés.

 

Louer son cheval pour voyager

Comme l’acquisition et l’entretien d’un cheval coûtent cher, la plupart des Romains appelés à voyager à dos de cheval préfèrent les louer dans des relais disposés le long des voies traversant l’Empire. Dans chacun de ces relais, le voyageur peut changer de cheval, laissant le précédent pour qu’il se repose jusqu’à ce qu’il soit reloué par un autre voyageur.

 

Manger du cheval ? Par Jupiter, vous n’y pensez pas !

Si les Gaulois ne rechignent pas à manger du cheval, cela répugne profondément les Romains. Lorsque les auteurs antiques mentionnent cette pratique, c’est seulement pour souligner la détresse extrême dans laquelle se trouvent les victimes d’une famine réduites à cela.

 

Le cheval toujours à l’honneur

La noblesse naturelle du cheval fait que, dans le monde romain, il est le compagnon tout désigné des honneurs publics et militaires. Les généraux et l’empereur victorieux défilent dans les rues de Rome juchés sur un char somptueux tiré par quatre magnifiques chevaux blancs. Les citoyens méritants reçoivent pour gratification une statue placée bien en vue sur une place publique les représentant montés sur un cheval. C’est là l’origine de la coutume d’installer, sur les places de nos villes, les statues équestres de personnages illustres de l’histoire de France.

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

 

> Réseaux

---------------