#MUSIQUE - Jean-Baptiste Soulard - CLIP Dernier Bar avant la fin // Le Silence et l'Eau ! - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

#MUSIQUE - Jean-Baptiste Soulard - CLIP Dernier Bar avant la fin // Le Silence et l'Eau !

Jean-Baptiste Soulard, la vidéo Dernier Bar avant la fin // Le Silence et l'Eau !

Jean-Baptiste Soulard

Le Silence et l'Eau (Le Renouveau)

Sortie le 27/11 chez Horizon / Un Plan Simple / Sony

En concert au Café de la Danse le 14/12/2020

Inspiré par le livre Dans Les Forêts de Sibérie de Sylvain Tesson, Le Silence et l'eau (Le renouveau) de Jean-Baptiste Soulard, ressort le 27 novembre 2020 avec trois titres inédits.

Cofondateur du groupe Palatine, le guitariste Jean-Baptiste Soulard a invité sur ce disque des artistes comme JP Nataf, Luciole, Blick Bassy, Bessa, ou Raphaël Personnaz qui a joué dans le film Dans Les Forêts de Sibérie... Pour la nouvelle édition, Erik Truffaz et Emily Loizeau rejoignent l'aventure du Silence et l'Eau.

Nouvel extrait, Jean-Baptiste Soulard dévoile la vidéo de Dernier Bar Avant La Fin.

 

Achetez le single sur AMAZON ci-dessous !

"Ce Dernier bar avant la fin est un douloureux retour à la ville, une façon de conclure cette expérience de Silence et d'eau, une façon pour l'artiste de mettre en scène son propre nom dans un final tristement réel et de réaliser que l'homme ivre de consumérisme dilapide les ressources dont il est le plus dépendant."

"Autour de nous, les contextes agressifs se superposent les uns aux autres, s’entrechoquent, s’additionnent et se multiplient : le contexte économique, social, politique, l’inaction écologique et depuis des mois le contexte sanitaire qui prend le pas sur tout le reste. Sur-urbanisation, ultra-mondialisation, optimisation constante de la performance, marginalisation de ceux qui décrochent. Que reste-t-il de bienveillant, de poétique, de philanthropique, dans ce XXIème siècle qui se révèle toujours un peu plus périlleux chaque année ? Inspiré par la lecture du livre de Sylvain Tesson, Dans les Forêts de Sibérie, l’album Le Silence et l’Eau est une réaction à l’agressivité du monde contemporain dans lequel notre civilisation occidentale évolue. C’est une Ode à la décroissance. C’est un appel à partir à la rencontre du monde sauvage autant que de soi-même. Le texte est en français, limpide direct, simple. Il commencera par une injonction, et finira par une injonction. La musique sera folk, simple, humble, aérienne, délicate. Quelques instruments acoustiques : violoncelle, guitare, piano, batterie, quelques cuivres. Juste l’essentiel, la décroissance jusque dans la mise en son. J’ai ensuite invité des artistes dont le talent et la singularité me touchent particulièrement et m’’offrent à leur façon une évasion artistique. Des artistes qui savent le temps d’une chanson apporter du réconfort, de l’ailleurs, du rêve. J’ai écrit mes chansons en pensant à chacun d’eux : Bessa, JP Nataf, Blick Bassy, Luciole, Jacinthe, Achille. J’ai aussi invité Raphaël Personnaz pour citer les lignes de Dans les Forêts de Sibérie à l’origine de cette vision. Automne 2019, je pensais alors cet album terminé, et je le sortais une première fois, le 06 mars 2020. Mais voilà que la vie nous a tous fait basculer, quelques jours plus tard, dans une épreuve collective, à l’échelle mondiale. Je me retrouve isolé, mais dans un contexte bien différent de celui que j’imaginais dans le Silence et l’Eau. Il m’est alors paru évident que cet album n’était en fait pas terminé : je composais depuis mon confinement trois nouvelles chansons. Une que je dédiais à Emily Loizeau, une instrumentale pour Erik Truffaz, et enfin une chanson en forme d’épilogue que j’interprétais seul : « Dernier bar avant la Fin ». Cette exploration des étendues sibériennes, c’est aussi une exploration de soi."

Jean-Baptiste Soulard

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

----------------------

Xbox Séries S

a - de 300 euros

 

> Réseaux

--------------