#JERSEY - Echanges entre Marc Lefèvre et Ian Gorst ! - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

#JERSEY - Echanges entre Marc Lefèvre et Ian Gorst !

#JERSEY - Echanges Marc Lefèvre avec Ian Gorst !

Le Président du Conseil départemental de la Manche, Marc Lefèvre, a accepté l’échange souhaité par le ministre des Affaires étrangères de Jersey, Ian Gorst, suite à la crise majeure qui a pris place avec Jersey depuis l’octroi de licences de pêche vendredi dernier, assorties de mesures restrictives.

Crédits photo (c) Département de la Manche

L’échange entre Marc Lefèvre et Ian Gorst a duré 45 minutes ce mercredi 5 mai en début d’aprèsmidi. Le Ministre des Affaires étrangères a tout d’abord exprimé son regret de constater une dégradation des relations entre Jersey et la Manche. Pour autant, il a réaffirmé que les conditions d’attribution par Jersey des licences pour les navires de plus de 12 mètres respectaient l’accord commercial et de coopération (TCA : Trade and coopération agreement) instauré en lieu et place des accords de la baie de Granville. Le TCA prévoit qu’il suffit de justifier d’au moins dix jours d’activité sur une période de douze mois dans les trois dernières années pour bénéficier d’une licence d’accès. 41 navires normands et bretons ont reçu leur licence vendredi après-midi (12 autres demandes sont à l’étude) mais Jersey a d’emblée assorti l’octroi de ces licences à des mesures techniques restrictives (nombre de jours de pêche, engins utilisés, zones de pêche, nature des captures) qui auraient dû être préalablement discutées, négociées entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, conformément au TCA.

Ian Gorst a plaidé le manque de communication et l’incompréhension, particulièrement pour dixsept navires qui n’ont déclaré que le minimum de jours (onze jours), permettant de décrocher la licence. Pour ces bateaux, le Ministre des Affaires étrangères propose un délai supplémentaire afin que les armements ajustent leur déclaration au nombre réel de jours d’activité dans les eaux de Jersey. Ian Gorst s’est engagé à trouver une issue afin que les licences soient accordées dans le respect des droits historiques.

Sur un ton courtois, mais ferme et déterminé, Marc Lefèvre n’a pas caché sa déception : « la relation de confiance est sérieusement entamée », a-t-il martelé à l’adresse du Ministre des Affaires étrangères. « Vous et moi dialoguons régulièrement depuis le 28 décembre, afin que la transition, et que finalement, la poursuite de l’activité de nos pêcheurs se fassent dans les mêmes conditions prévues dans les accords de la baie de Granville. Jamais vous n’avez évoqué ces mesures restrictives ». Marc Lefèvre a rappelé que ces droits historiques, établis en 1839 dans ce qu’il est convenu d’appeler « la mer commune », sont aujourd’hui bafoués

Le Président a rappelé le comportement exemplaire des pêcheurs normands dans la gestion de la ressource : « ils l’ont prouvé dans les accords de la Baie de Granville ». Marc Lefèvre a indiqué soupçonner Jersey de vouloir réduire de manière artificielle le nombre de navires français dans ses eaux, idée qu’a rejeté d’un revers de la main le Ministre des Affaires étrangères. Le Ministre a avancé une autre difficulté : la multitude des intermédiaires (France/UE/RU/Jersey) intervenant dans les prises de décisions. Afin de limiter les délais de traitement des dossiers, Ian Gorst a suggéré qu’une relation directe soit établie entre Jersey et les comités des pêches. Le Président du Conseil départemental rappelle que cette procédure va à l’encontre de l’agrément de coopération et de commerce : « La négociation doit impérativement passer par l’Union européenne et le Royaume-Uni ». Enfin, Ian Gorst s’est dit affecté par la fermeture à Saint-Hélier de la Maison de la Normandie et de la Manche - prononcée vendredi par les Président Morin, Lefèvre et Julienne – dont il souhaite vivement la réouverture. « Ce sujet pourra être évoqué quand nos différends actuels appartiendront au passé », a rétorqué le Président.

De plus, Marc Lefèvre n’a pas caché sa vive inquiétude pour la délivrance des licences pour les navires de moins de 12 mètres, soit 81 unités sur la côte Ouest de la Manche. « Ils sont sans données VMS et sans précisions sur les preuves qu’ils devront fournir avant le 30 juin. La malheureuse expérience vécue en ce moment pour les navires de plus de 12 mètres n’augure rien de bon pour cette catégorie qui est majoritaire sur notre littoral », a terminé le Président du Département de la Manche

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

-------------------

> Réseaux

--------------