Troisième rencontre régionale des parlers normands : Prêchouns normaund ! - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

Troisième rencontre régionale des parlers normands : Prêchouns normaund !

Troisième rencontre régionale des parlers normands : Prêchouns normaund !

Lors de la rencontre Régionale des parlers normands, samedi 22 mai à Rouen, Hervé MORIN, Président de la Région Normandie, et Edouard de la LAMAZE, Conseiller régional référent pour les parlers normands, ont participé aux tables rondes organisées autour des thèmes de la préservation et de la valorisation des parlers normands.

 

Hervé Morin et Edouard de la LAMAZE ont par ailleurs accueilli un nouveau membre au sein du Conseil Scientifique et Culturel (CSC) des parlers normands, Monsieur Dominique Fournier. Etaient aussi présents Jean-Philippe Joly, président de la Fédération des Associations pour la Langue normandE (FALE) et des membres du Conseil Scientifique et Culturel (CSC) des parlers normands (*) qui présentaient les résultats de leurs travaux.

« C’est toujours un plaisir pour moi de participer aux rencontres régionales des parlers normands et de constater que la politique de promotion et de sauvegarde initiée par la Région prend forme ! C’est notamment le cas à travers la traduction du nom des communes en normand par le Conseil Scientifique et Culturel ou encore l’organisation des cafés normands par la FALE » déclare Hervé Morin.

L’objectif est d’organiser un rendez-vous annuel avec le grand public : cette troisième rencontre a été l’occasion de rappeler les actions de la Région déjà mises en œuvre et à venir pour sauvegarder et valoriser les parlers normands, et, au-delà, renforcer le sentiment d’appartenance à la culture normande et mettre en valeur de la richesse de ses patrimoines Elle était ouverte à tous par le biais de la visioconférence, en raison de la situation sanitaire.

« De par sa carrière universitaire et sa solide expertise en linguistique, littérature médiévale, dialectologie d’oïl et onomastique normande, Dominique Fournier nous apporte un soutien précieux pour la poursuite de nos projets pour la valorisation et la sauvegarde des parlers normands. Nous sommes ravis de l’accueillir au sein du Conseil Scientifique et Culturel des parlers normands, aux compétences reconnues de tous, qui œuvre pour promouvoir la Normandie et son identité » déclare Hervé Morin.

La sauvegarde des Parlers Normands

Perspectives 2021 - La création d’un poste de dialectologue sur 3 ans (sept. 2021- sept .2024) à La Fabrique de patrimoines en Normandie avec pour missions : la poursuite de l’atlas linguistique numérique en normand, la traduction des noms de communes en normand avec l’appui du conseil scientifique, le suivi du projet « paroles de normand » de la MRSH, le recensement et la numérisation des ouvrages et articles sur les parlers normands, outil ressource accessible au grand public.

- Les panneaux de commune en normand Bois-Héroult, Epaignes et Marchésieux ont désormais un panneau en normand à l’entrée de la commune. La traduction retenue est le fruit d’un échange entre le Conseil Scientifique et Culturel (CSC) des parlers normands et les représentants de la commune. 153 communes normandes sont candidates. Le Conseil Scientifique et Culturel (CSC) des parlers normands travaille sur une traduction, quand elle est possible, le nom de la commune pouvant être déjà un nom en normand par exemple.

- La théâtralisation du journal de Gilles de Gouberville dans le cadre du dispositif Patrimoine en Création(s) Ce journal est un document unique sur l’histoire rurale de la Normandie du XVIème siècle. Le Comité Gilles de Gouberville organise des commémorations en 2021 pour le 500e anniversaire de la naissance de ce gentilhomme campagnard du Cotentin du XVIème siècle, dont un projet de théâtralisation de ce témoignage quotidien sur la Normandie du XVIème siècle. Il associe la troupe locale « Théâtre en partance » et les scolaires du Cotentin afin de valoriser ce patrimoine littéraire normand.

Ce projet est accompagné par le Pays d’Art et d’Histoire du Clos du Cotentin et par la Communauté d’agglomération du Cotentin. La Région a voté une subvention de 20 000 € dans le cadre du dispositif « Patrimoine en création(s) ».

Au programme notamment le 16 juillet 2021 le Spectacle “Je ne bougé de Céans” à l’Hôtel Dieu de Valognes.

La valorisation et le développement des parlers normands : une convention lie la Région et la FALE depuis 2019 L

a Région Normandie s’appuie sur cet acteur de référence, tête de réseau de la thématique, pour mettre en oeuvre une partie de son plan d’actions.

La FALE perçoit une subvention de 15 000 € par an pour financer ses actions. Les cafés normands, temps d’échanges conviviaux autour des parlers normands ouverts au grand public font partie de ce programme de valorisation.

En 2019 et au début de l’année 2020, la FALE a organisé des cafés normands à Cherbourg-en-Cotentin, à Pont-Audemer, à Sainte-Marie-des-Champs, aux Pieux, à la Ferme Culturelle du Bessin et à Lisieux. En raison de la situation sanitaire, la FALE organise des rencontres numériques. Les prochains cafés normands numériques auront lieu le 3 juin, le 1er juillet et le 2 septembre 2021 (renseignements sur la page Facebook de la FALE).

Rétrospective 2020 - L’installation officielle en janvier 2020 du Conseil Scientifique et Culturel (CSC) des parlers normands pour garantir la qualité scientifique de l’ensemble des travaux menés.

- La parution du Petit Nicolas en normand en 2020 Cette édition a été rendue possible grâce à l’éditeur, Imav éditions, à la Fédération des Associations pour la Langue normandE (FALE) et au travail de quatre traducteurs (Alain Bavay, Joël Hallet, Jean-Pierre Montreuil et Guy Pichon) et à la Région Normandie.

Le livre a été tiré à 2 000 exemplaires et a connu un beau succès commercial. (*)

Les membres du Conseil Scientifique et Culturel (CSC) des parlers normands qui sont intervenus le 22 mai : - Nicolas Abraham, membre de la Fédération des Associations pour la Langue normandE (FALE), archiviste aux archives départementales de la Manche, - Stéphane Laîné, docteur ès Sciences du langage, historien de la langue française et dialectologue - Christophe Maneuvrier, enseignant-chercheur à l’université de Caen Normandie, spécialiste de l’histoire des sociétés de la Normandie rurale, co-directeur de l’Office Universitaire d’Etudes Normandes

Le normand, une langue « sérieusement en danger » selon l’UNESCO

Le normand a été la langue officielle de la cour d'Angleterre jusqu'au milieu du 14ème siècle et a donné à la langue anglaise une partie de son vocabulaire : cat, chair, candel, garden, can, fork... Il est également à l’origine de la langue jersiaise, dialecte utilisé encore aujourd’hui sur l’île anglo-normande. On parle plutôt de "parlers normands" que de "langue normande" car il n’y a pas réellement de langue uniforme dans toute la Normandie.

La ligne Joret, établie en 1883 par le linguiste Charles Joret, a coupé la Normandie en 2 territoires sur lesquels les parlers n’ont pas subi la même influence : picard au nord, gallo et angevin au sud.

Ainsi, si le cauchois central est assez proche de ce que l'on peut entendre dans le Val de Saire, le cauchois au nord-est de la Seine-Maritime présente des traits nettement picards. De même le dialecte de l'Avranchin est très proche du gallo parlé en Haute-Bretagne. La partie sud de l'Orne présente des traits très proches des parlers de la Mayenne et de la Sarthe. Le normand est parlé aujourd’hui par 30 000 personnes, du Pays de Caux aux îles anglo-normandes. C’est l’une des principales langues d’oïl, classée parmi les langues « sérieusement en danger » par l’UNESCO.

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

----------------------

Xbox Séries S

a - de 300 euros

 

> Réseaux

--------------