Jeux video: Le test de BROTHERS : A TALE OF TWO SONS sur XBLA !! (16/20) - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PRO - XBOX ONE X - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

Jeux video: Le test de BROTHERS : A TALE OF TWO SONS sur XBLA !! (16/20)

Développé par les Suédois de Starbreeze en collaboration avec un cinéaste du coin, Brothers : A Tale of Two Sons est, comme son titre l’indique subtilement, un jeu profondément bicéphale.


Brothers---A-Tale-of-Two-Sons.jpg


Dans son concept, tout d’abord, qui met le joueur aux commandes non pas d’un mais de deux personnages en même temps. Du coopératif en solo, il fallait y penser. Plutôt que de diriger classiquement un seul avatar, on contrôlera simultanément deux frères en quête d’un remède pour leur père gravement malade. Le grand, plus costaud et totalement voué à sa tâche, se dirige avec le stick gauche, et interagit avec la gâchette située du même côté. Le plus logiquement du monde, son cadet se contrôle avec le stick et la gâchette opposés, et se montre plus léger, forcément plus agile, mais surtout beaucoup plus enjoué lors de ses interactions avec les PNJ ou avec l’environnement. C’est que Brothers a réellement deux facettes, et derrière le jeu de puzzle plate-forme somme toute assez classique se cache un titre mélancolique, doux amer, pour ne pas dire un rien triste par moments. A l'image de nombreux projets dits "indépendants", Brothers s’attache ainsi à dépasser son idée de gameplay, aussi réussie soit-elle, pour s'attacher au fond. Il veut émouvoir et y parvient, même si l’on évitera de raconter quoi que ce soit pour ne pas spoiler l’intrigue à ceux qui voudront tenter l’aventure. Par petites touches, sans trop de sensiblerie ou de pathos dégoulinant, le jeu parvient ainsi à construire un monde et des personnages, au moyen notamment de petites interactions en apparence totalement gratuites. Jouer au ballon avec un enfant, balancer une mémé sur son rocking chair, rassembler une famille de tortues et les aider à atteindre la mer, ou, simplement, se poser sur un banc pour contempler le paysage. Ces actions ne sont pas toutes capitales : elles ne sont même pas importantes pour progresser. Elles permettent à la fois de créer un attachement aux deux frères, mais aussi de poser discrètement les jalons de ce qu’il faut bien appeler un voyage initiatique en bonne et due forme. Pour le reste, car Brothers se vit manette en main, le jeu ne pose à vrai dire qu’une seule difficulté : celle de tordre suffisamment son cerveau pour réussir à ne pas mélanger les actions des deux personnages. Ce qui n’est pas une mince affaire vu les changements constants d’angle d’une caméra par ailleurs assez lente à manœuvrer. Les énigmes, bien que très simples, tirent agréablement parti de la situation tout en les variant suffisamment pour ne jamais lasser ou se répéter. Un bon point là encore. Evidemment, l’entraide entre les deux frangins est vitale pour progresser, qu’il s’agisse d’activer ou de porter des objets à deux, et plus d’une fois on aura véritablement l’impression de participer à une session de jeu à deux... tout seul. Vu la facilité de l’ensemble et la simplicité des énigmes, l’absence de mode multi paraît toutefois justifiée, car Brothers ne présenterait franchement pas un grand challenge ni un grand intérêt à plusieurs. En fait, le principal problème du jeu est ailleurs. Comme toute histoire, Brothers a un début et une fin, et à ce titre présente peu d’intérêt à être refait ou parcouru à nouveau, excepté sans doute pour les chasseurs de succès. Ce qui ne serait pas bien grave, si l’aventure était un peu plus longue (comptez 3 à 4 heures pour en voir le bout), et surtout moins balisée. De fait, on parcourt un long couloir parsemé d’énigmes et de puzzles simplistes, certes variés et bien pensés, mais qui ne demanderont au mieux qu’une vague coordination des mains et bien peu de matière grise. Même les boss sont une formalité, ce qui ne gênera point ceux qui se contenteront largement de ce qu’on leur raconte, un peu plus ceux qui chercheront à en avoir pour leurs 15 euros. Parce qu’il faut bien aussi parler de choses plus triviales, notons enfin que Brothers n’a rien d’une démonstration technique. C’est mignon, coloré, assez propre et porté par un sens aigu des perspectives et une bonne utilisation de la profondeur de champ. Pour le reste, difficile de ne pas trouver ça tout de même assez banal, sorti de deux ou trois passages qui font plaisir aux yeux. Assez culotté malgré sa relative discrétion, Brothers : A Tale of Two Sons tente le doublé gagnant. Une mécanique de jeu assez bien vue, tout d’abord, qui obligera chacun d’entre nous à se mettre en accord avec lui-même, au moins pour quelques heures. Mais aussi un vrai fond, d’autant plus prenant qu’il n’est jamais asséné avec grandiloquence ou via un discours pompeux. Parler de sujets profonds dans les jeux vidéo n’est plus réservé à l’élite exigeante de l’indie depuis belle lurette, reste qu’il est plaisant de voir à nouveau un titre du Summer of Arcade s’écarter des sentiers battus. Si seulement la partie jeu pur avait été un peu plus poussée, et ce Brothers plus long, moins pensé en couloir, et plus généreux en challenge, on tenait là un nouveau bijou des plates-formes de téléchargement. On se contentera d’une jolie surprise.
C’est déjà pas si mal.

source: Gamekult

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

------------------

AMAZON PRIME

30 JOURS GRATUITS 

CLIQUEZ ICI

30 jours gratuits Amazon Prime

-----------------------

Sarah Brightman

-----------------------

Promo Gaming 

LG OLED HDMI 2.1

Compatible PS5 et Xbox Series X

LG OLED 55B9 au meilleur prix ! Compatible HDMI 2.1 Xbox Series X et PS5

 

> Réseaux

--------------