Jeux video: Test de Call of Duty : Ghosts sur xbox > 15/20 - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PS5 - XBOX Series X/S - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

Jeux video: Test de Call of Duty : Ghosts sur xbox > 15/20

Réglée comme la meilleure des horloges suisses, la saga Call of Duty revient en cette fin d'année 2013 pour tenter à nouveau d'attirer à nouveau quelques 20 millions de joueurs qui selon le développeur ne semblent toujours pas appeler à la révolution ludique. Prenons le solo par exemple.


Call of Duty Ghosts xbox




Loin d'être la partie la plus en vue de la communauté, la campagne s'est vue au fil des années de plus en plus adoucie, perdant le mode coopération qui avait fait l'une des forces de World at War et allant même jusqu'à côtoyer les quatre heures de durée de vie en difficulté de base. Les choses ont commencé à s'arranger avec Black Ops 2 et si on ne va pas aussi loin, on atteint tout de même facilement la demi-douzaine d'heures de joutes ultra rythmées avec des explosions dans tous les sens, des scripts à la pelle et une énorme variété dans les décors et les situations. On infiltre un building avant de le fuir pendant qu'il s'écroule, on shoot dans l'espace ou sous l'eau, on mène une bataille tanks (plus fun que dans Battlefield 3), on s'aventure dans les profondeurs des bois, on dégomme tout sur un porte-avions attaqué par l'ennemi, le tout en sélectionnant de temps à autre (et uniquement quand c'est indiqué) un drone, un hélicoptère de combat, un sniper télécommandé... En bref, un Call of. Mais cet épisode était celui d'un grand changement « attendu » (ou pas) : l'arrivée d'un chien. Riley de son prénom. Un nouveau compagnon de route qui pourra attaquer un ennemi indiqué d'une simple pression de bouton, et qu'on pourra même incarner directement via caméra portatif (dans Call of, ça doit aussi servir à contrôler l'esprit d'un chien) pour s'infiltrer dans les hautes herbes et sauter à la gorge de l'adversaire. Bon, c'est mignon comme tout, mais on a vite l'impression que l'équipe en a beaucoup trop fait pour une nouveauté qui s'avère au final totalement anecdotique, que ce soit dans l'intérêt, dans le gameplay (on ne peut contrôler le chien que lorsqu'on nous le dit) et, diable, c'est surtout rare. Prenez en compte que sur le 18 missions de la campagne solo, le chien sera tout simplement absent dans 90 % de l'aventure, et pas toujours utile comme celle où il est blessé et qu'on doit se le trimbaler pendant qu'on est couvert par une IA alliée dont la qualité est totalement aléatoire, capable à un moment de shooter tout le monde alors qu'on a à peine eu le temps de tilter puis, dans la scène suivante, suer comme pas deux pour viser un ennemi situé à quatre mètres, à découvert. Mais voilà, on ne cachera pas que ça reste très efficace. Activision continue de nous vendre une campagne hollywoodienne façon pop-corn et en l'état, ça fonctionne toujours aussi bien mais on ne pourra pas rechigner devant les habituels manques qui pourraient offrir du meilleur sans dénaturer ce que les joueurs attendent d'une licence aussi imposante commercialement parlant. Pourquoi ne pas travailler davantage le concept des scripts pour offrir à nouveau un mode coopération par exemple ? Pourquoi ne pas avoir exploité et amélioré le concept de certaines missions de Black Ops 2, qui tentaient d'apporter un peu moins de linéarité ? Et, évidemment, comment ne pas passer à coté de l'aspect technique. Oui, ce n'est pas moche, c'est varié, c'est en 60FPS mais voilà, même en fin de génération, il suffit de regarder chez le voisin pour comprendre que nos deux futures retraités que sont la PS3 et la 360 peuvent offrir bien mieux. On ose croiser les doigts pour l'année prochaine.Mais chacun le sait, la campagne n'est qu'un hors-d'œuvre pour n'importe quel fan de la série et on va donc s'attarder du coté du multijoueurs qui se montre toujours aussi généreux avec pas moins de 15 cartes (donc une en précommande), tous travaillées pour les combats rapprochés, la série n'ayant jamais misé sur la taille contrairement à son principal concurrent. On trouve tout de même quelques éléments destructibles pour pimenter les parties mais ça reste de l'ordre du petit ajout, là encore comparé à Battlefield. 11 modes de jeu, des brouettes de perks à débloquer, armes inédites, soldats à customiser (bien plus d'éléments qu'avant)... En bref, on retrouve suffisamment d'intérêt et de contenu même si là encore, les nouveautés se font assez rares. On peut incarner une femme oui... Les Deathstreaks qui en font fait râler plus d'un l'année dernière ont disparu (pas plus mal donc)... Et il est amusant de voir que le chien a plus d'utilité dans le multi que le solo grâce aux Killstreaks. Ça plaira aux amateurs, ça ne fera pas changer d'avis les autres, mais il y a tout de même un point qui mettra tout le monde d'accord (dans le mauvais sens du terme) : à l'heure où la concurrence tente comme elle peut d'assurer le grand spectacle avec 24 joueurs sur cette gen et 64 sur la suivante, comment les développeurs ont-ils fait pour avoir « l'idée » de revenir aux 12 joueurs max en ligne quand même Black Ops 2 poussait jusqu'à 18 ? Mystère. Deux vraies nouveautés à signaler tout de même avec tout d'abord l'arrivée du mode Squad. Dans les faits, on nous propose de créer une petite team d'IA pour aller affronter d'autres IA sous objectifs ou tout simplement affronter un autre joueur (qui lui aussi sera accompagné de ses compagnons IA). Le principe est plutôt marrant, surtout que notre IA s'en sort plutôt bien et dispose de sa propre XP, et on a la sensation d'être une sorte de commandant avant de se rendre compte à un moment ou un autre que le tout servira surtout d'entraînement pour connaître chaque carte dans ses moindres détails sans faire sauter son ratio. L'autre mode, Extinction, est la version Aliens du mode Zombies. Du moins sur le papier. Dans les faits, on a plutôt affaire à une Horde où on doit s'amuser à survivre de zone en zone en défendant à chaque fois une foreuse ou un hélicoptère allié. Des sessions qui manqueront un peu vite de profondeur et dont on fera rapidement le tour malgré une difficulté qui grimpe vite en flèche.



Les plus Les moins


+ La campagne réussie
+ Variétés des décors et situations
+ Le multi ultra efficace
+ Et très riche en contenu
+ Le chien, en multi
+ Le mode Squad, sorte de sessions entraînements revisités



- Certaines textures et effets
- Les aléas de l'IA
- Le chien, inutile en solo
- Voir carrément absent
- Manque toujours un coop
- Pourquoi seulement 12 joueurs ?
- Le mode Extinction, bof bof


Conclusion :


On a un peu la sensation de se répéter (et ce n'est pas fini...) mais cette fin d'année ne sera pas celle du renouvellement du coté des grosses licences. Ce nouveau Call of ne déroge évidemment pas à la tendance en reprenant la quasi-intégralité des points forts habituels, en rajoutant quelques petites nouveautés par-ci par-là, loin d'être toutes efficaces. En ressort un jeu toujours complet, taillé pour les fans, et uniquement pour eux d'ailleurs.

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

-----------------

Cliquez sur le logo pour écouter les programme de RNC Radio Normandie Cherbourg la webradio de Cherbourg

---------------

> Réseaux

-------------

Evènements

--------------

---------------

-------------

A découvrir 

La cité de la mer a Cherbourg-en-cotentin

-----------

BON PLAN

Xbox séries x en promo sur amazon