Jeux video: Test de Crimson Dragon sur #xboxone > 12/20 ! - Cotentin Web le Site
Cotentin Web le Site

Decouvrez sur notre site l'actu et le Tourisme en Normandie et dans le Cotentin ( ainsi que Manche - Calvados -orne - eure ) - Les infos Musique (clips - singles du moment - concert - festivals) - Les jeux video avec les tests et l'actu consoles et PC ( PS4 PS5 - XBOX Series X/S - switch ) - Les actus culture et Theatre ( Livre - spectacles ) - L'actu du net ( Application et Hight Tech ) - Horoscope du jour ( gratuit ) - La meteo a Cherbourg sur 4 jours - Le buzz et l'info du jour ainsi que l'actu medias ( Radio et tele ) - Contactez-nous pour nous proposer vos communiqués et produits nous y consacrerons un article ou un test ....

Jeux video: Test de Crimson Dragon sur #xboxone > 12/20 !

Après trois ans d'attente, la suite spirituelle de Panzer Dragoon déboule enfin pour fêter le lancement de la Xbox One. Réussite ou échec propre à certaines grosses arlésiennes ? Oui, c'était en septembre 2010. Microsoft créait la surprise en annonçant Project Draco, un jeu réempruntant énormément à la licence (morte ?) Panzer Dragoon et pour cause puisqu'on y retrouvait quelques uns des responsables de l'époque comme Yukio Futatsugi à la production et Saori Kobayashi pour les musiques. Et comme l'original, on retrouve une patte esthétique réussie, offrant des dragons magnifiques et des niveaux au design sorti d'un autre univers, où toute chose paraît démesurée dans la taille. Mais ça aurait été encore plus enivrant si la technique avait suivi. Car ne tournons pas autour du pot : Crimson Dragon est tout sauf digne de la puissance de la console.


crimson-dragon_.jpg


Comme pour Dead Rising 3, on sent que le développement commence à dater mais contrairement à ce dernier, le bébé de Grounding sous le vieillissant Unreal Engine 3 aurait très bien pu tourner sans le moindre problème sur Xbox 360. A l'identique. Face à ce constat et en l'absence de 1080p comme d'un mode 60FPS, on sent clairement le « petit projet » qui est finalement très bien là où il est : uniquement en dématérialisé et pour une vingtaine d'euros. Inutile de dire qu'au prix fort, nous n'aurions pas été loin du scandale.Passons au jeu. Si vous avez bien suivi et que vous connaissez l'ancienne série de SEGA, il s'agit donc d'un shoot sur rail où on passe d'un niveau à l'autre (via une sélection dans le menu) en shootant tout ce qui se présente face à nous, via plusieurs systèmes de tirs (qui en général peuvent locker la ou les cibles), tout en esquivant les attaques ennemies et quelques éléments du décors en déplaçant l'énorme dragon à l'écran, ou en appuyant sur une des gâchettes pour un mouvement rapide. Easy. Seulement, plusieurs problèmes se présentent rapidement à nous, et le comparatif avec Panzer Dragoon Orta a tout lieu d'être vu le genre. Si Crimson Dragon possède davantage de niveaux, ils sont également beaucoup plus courts et nous ramènent souvent dans le même décors (chaque monde possède 2, 3 ou 4 stages). Qui plus est, si la formule reste en gros la même, le trip est moins présent qu'à l'époque de la Xbox, déjà parce que Panzer Dragoon s'est toujours imposé comme une vitrine technologique sur chacun de ses supports, mais également parce que notre intéressé est un poil plus mou et moins bien mis en scène, en rajoutant qu'en fonction des stages, on s'énerve parfois tant il est difficile de repérer l'ennemi. Mais il y a tout de même des petites idées. En plus des évidents boss, chaque run est découpé en plusieurs sessions, nous demandant à chaque fois de remplir un objectif, que ce soit se faire touché le moins possible, éliminer un maximum d'ennemi, ramasser la plupart des balises sur notre chemin... Et à chaque fois, une note allant de S à... D, voir peut-être pire (en fait, nous n'avons jamais été en dessous de D). De quoi apporter un peu de variété même si on s'aperçoit dans l'ensemble que les objectifs reviennent en boucle dans les différents niveaux. En revanche, gros carton rouge pour « LA » grosse idée foireuse du jeu : avoir balancer des zones de gameplay libre. En effet, tout comme StarFox 64, plus gros représentant pour ce type d'exemple, il arrivera à certains moments clés qu'on se retrouve totalement libre de nos mouvements pour se mouvoir tranquillement au cœur d'un large globe, généralement dans le but d'affronter un boss. Problème, la caméra fait totalement n'importe quoi dans ces passages et s'il est possible de finir par s'adapter, on avouera être passé à deux doigts de la folie contre le boss final. La plaie.Dans la globalité, la déception est donc de mise au regard des attentes depuis trois ans, surtout quand on sait à quel point l'équipe a su écouter les joueurs en supprimant la compatibilité Kinect obligatoire pour n'offrir que quelques features facultatives, toutes faisables avec le D-Pad. De toute manière, Crimson Dragon n'est pas mauvais. Juste en dessous de l'original mais parvient à placer de nombreux éléments qu'on apprécie, comme l'expérience qu'on gagne pour le dragon (qui devient plus puissant et qu'on peut faire évoluer) ou pour le héros (pour acheter ensuite d'autres types de dragons). Très bonne idée également d'avoir placé des bonus d'XP à chaque fin de niveau, qu'on peut attribuer à notre dragon favori ou tout simplement à ceux restés dans la réserve pour ne pas les laisser bêtement au niveau 1. Et que dire de la reprise d'un des points forts de Dragon's Dogma où, moyennant de l'argent gagné in-game, on peut « louer » pendant un certain nombre de niveau le dragon d'un autre joueur pour nous épauler en tant qu'IA, sachant évidemment que plus le dragon est puissant, plus il vaudra cher. Enfin, malgré tous ses défauts, le jeu parvient à nous motiver un minimum car même avec une durée de vie courte en ligne droite, la replay-value est d'importance avec la possibilité de garder toute son expérience et ses dragons acquis en mode « relax » pour se lancer ensuite dans le mode normal, plus difficile, et offrant de nouveaux défis à chaque niveau permettant de débloquer des cristaux qui eux-mêmes serviront à acheter des packs de nourriture pour booster des dragons et de nouvelles attaques secondaires, sachant qu'il existe trois types d'éléments (4 en comptant le dragon de type chaos offert si vous achetez le jeu dans les 30 premiers jours suivants sa sortie). Note : Si l'expérience s'avère 100 % solo, en exceptant la location de dragons en ligne, le développeur nous promet une mise à jour courant décembre qui permettra de jouer les différents niveaux en coopération jusqu'à trois.

Commenter cet article

> Et aussi

 

------------------

----------------

----------------

----------------

----------------

-----------------

Cliquez sur le logo pour écouter les programme de RNC Radio Normandie Cherbourg la webradio de Cherbourg

---------------

> Réseaux

-------------

Evènements

--------------

---------------

-------------

A découvrir 

La cité de la mer a Cherbourg-en-cotentin

-----------

BON PLAN

Xbox séries x en promo sur amazon